En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 17 min 46 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 48 min 22 sec
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 2 heures 56 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 16 heures 38 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 17 heures 34 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 21 heures 5 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 18 min 24 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 15 heures 27 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 16 heures 52 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 19 heures 2 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Femme de courage

Décès de Simone Veil : entre banalisation et difficultés, la lente transformation de l’avortement depuis 1974

Publié le 01 juillet 2017
La mort de Simone Veil, ministre qui fit légaliser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en 1974, est l'occasion de se pencher sur le bilan de cette loi 43 ans plus tard. Il est globalement positif, malgré des zones d'ombres toujours très préoccupantes.
Christian Jamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mort de Simone Veil, ministre qui fit légaliser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en 1974, est l'occasion de se pencher sur le bilan de cette loi 43 ans plus tard. Il est globalement positif, malgré des zones d'ombres toujours très préoccupantes.

Atlantico : Le décès de Simone Veil est l'occasion de nous rappeler le rôle très important qu'elle a joué dans l'évolution de notre société en faisant légaliser l'avortement en 1974. Que peut-on dire de la situation actuelle de l'avortement en France ? Comment ont évolué les chiffres de l'avortement au cours de ces 4 dernières décennies ? 

Christian Jamin : Ce qu'il faut dire pour commencer, c'est que ce type de loi sont à la fois la cause et la conséquence de l'évolution des sociétés. C'est parce que la société avait évolué que Simone Veil a pu faire passer cette loi, et Simone a fait évoluer la société par cette loi. La loi Veil fait en cela partie des quelques grandes lois sociétales, comme celle de Neuwirth sur la contraception ou celle sur la peine de mort. Et face à de telles lois il est difficile de juger de l'impact réel de l'action légale par rapport à l'évolution sociétale, parce que les deux sont souvent intimement liés. 

En ce qui concerne l'IVG, on a assisté pendant les 30 dernières années à une augmentation du nombre d'IVG. On aurait pu penser que la démocratisation aurait pu diminuer le nombre des IVG sur le temps, mais malheureusement ce n'est pas le cas. On est dans une turpitude, une stabilité affligeante en France, car même si l'IVG est un droit, cela reste une solution de désespoir face à une grossesse non-désirée si ce n'est non-programmée. 

Le taux d'IVG ne bouge désespérément pas depuis de nombreuses années et c'est très difficile de comprendre ce qu'il se passe.  

L'avortement tel qu'il est pratiqué répond-il aux exigences de "compréhension et d'appui moral" dont les femmes "en grande détresse" avait tant besoin quand Simone Veil plaida pour la légalisation de l'avortement ? En quoi l'approche de Simone Veil diffère-t-elle de celle qui prédomine aujourd'hui ? 

En effet, et ce qu'il faut dire en premier lieu, c'est que l'IVG a énormément évolué sur le plan technique et est devenue beaucoup plus simple, notamment parce que les techniques chirurgicales se sont améliorées et que sont apparues les interventions médicamenteuses. 

L'image intrusive et brutale de l'époque est devenue aujourd'hui beaucoup plus banalisée, et est rentrée dans les mœurs médicales sans réels risques, le phénomène étant probablement aidé par la légalisation et les évolutions techniques.

À l'époque où est passée la loi, l'IVG était moralement beaucoup plus combattue qu'elle ne l'est aujourd'hui. Il y a eu une espèce de forcing de la part de Mme Veil. Depuis, on observe une double banalisation, que ce soit sur le plan moral, mais aussi médicalement. De banalisation en banalisation, on est arrivé aujourd'hui à ce qui est probablement un certain nombre de dérives qui font que l'IVG qui correspond au départ pour Simone Veil à une situation de détresse le reste encore mais devient aussi pour certains une sorte de plan B ou presque de contraception du fait d'une certaine facilité pour certaines femmes. L'IVG a été banalisée ce qui fait qu'elle reste indispensable nécessaire et sur laquelle il ne faudrait pas revenir, sauf que parfois les situations aberrantes font que certaines femmes pratique par exemple un IVG parce qu'elle souhaite avoir un enfant, mais seulement quelques mois plus tard. Il y a aussi une dérive dans ce sens. 

D'un point de vue médical, dans quelle mesure le territoire est-il égalitairement, ou inégalitairement traité aujourd'hui du point de vue de l'avortement ?

La situation s'est formidablement améliorée au cours du temps, d'abord parce que les hôpitaux ont l'obligation d'accueillir des femmes qui demandent une IVG, et parce que l'hospitalisation n'est aujourd'hui plus nécessaire et peut donc être menée en ville. Je dirai que dans les grandes métropoles, c'est extrêmement simple d'avoir à faire à une IVG. 

En revanche, sur le plan moral (je ne parle pas de religions) n'est pas accepté partout. Il reste des petites villes dans lesquelles l'anonymat est moins bien préservé et où cela pose encore des problèmes. Mais dans les grands centres, le problème est résolu. 

Bien sûr il faut rester vigilant parce qu'il y a eu une attaque contre la contraception en 2012-2013 par notre précédent ministre qui aujourd'hui laisse des séquelles considérables sur l'utilisation de la contraception puisque les femmes désormais s'en méfient. On est pas l'abri d'un nouveau ministre maladroit qui pourrait par des mesures intempestives remettre en cause la réalité sociétale de l'interruption de grossesse, mais aussi son aspect admis médicalement et sociétalement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cauchoise
- 02/07/2017 - 08:50
IVG et gratuité totale
Je suis probablement très rétrograde, mais il me semble que les femmes qui utilisent l'IVG comme contraception-bis devraient avoir à payer de leur poche et laisser la gratuité aux "situations de détresse" prévues par Simone Veil. Une IVG précoce coûte 250 euros, une tardive le double, ce n'est pas la mer à boire quand on pense que des femmes dépensent jusqu'à 200 euros mensuellement en tabac.
Sangha26
- 01/07/2017 - 14:19
une fois de plus : où est le relecteur ? le correcteur ?
Oui, ça continue, chez Atlantico ! ça ne fait pas sérieux, c'est désolant ! En effet, quand on lit cela : "parfois les situations aberrantes font que certaines femmes pratique par exemple un IVG parce qu'elle souhaite avoir un enfant"... Mauvais français, mauvaise orthographe...
De grâce, un peu plus de sérieux et de professionnalisme !
Michèle Plahiers
- 01/07/2017 - 12:19
Le stérilet
Les femmes ont un attitude très ambivalente face au stérilet....