En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 43 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 12 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 16 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 20 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 13 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 55 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 31 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 15 heures 23 sec
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 27 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 16 heures 11 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bzzzz !

Pesticides et abeilles, un sujet polémique... Mais de quoi parle-t-on au juste ?

Publié le 26 juin 2017
Les comptes-rendus sur la passe d'armes politicienne entre les ministres de l'Agriculture Stéphane Travert et de la Transition écologique Nicolas Hulot mélangent volontiers plusieurs sujets différents, de même qu'informations réelles et idées reçues. Démêlage.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les comptes-rendus sur la passe d'armes politicienne entre les ministres de l'Agriculture Stéphane Travert et de la Transition écologique Nicolas Hulot mélangent volontiers plusieurs sujets différents, de même qu'informations réelles et idées reçues. Démêlage.
 

Prenons d'abord les faits de la matinée, repris par la presse entière. RMC fait état d'un document de travail interministériel selon lequel le gouvernement s'apprêterait à réautoriser les néonicotinoides et l'épandage aérien. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, a répondu se dire prêt à discuter de ses sujets (vidéo ci-dessous).

 

 
Immédiatement derrière, Nicolas Hulot a répondu par sur son compte Twitter :

@RMCinfo les interdictions de neonicotinoides & épandage aerien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens

— Nicolas Hulot (@N_Hulot) 26 juin 2017
Et voilà la polémique engagée ! Deux ministres qui s'opposent, sur fond de promesses électorales proférées lors de la campagne présidentielle, disant une chose et son contraire, selon l'auditoire. Les éditorialistes s'emparent du sujet politique (finalement, ne milieu de journée, on apprenait que Matignon donnait raison à Nicolas Hulot...). Mais beaucoup montrent une connaissance finalement assez faible sur le sujet. De quoi parle-t-on au juste ?
 

Plusieurs sujets différents

D'abord, l'épandage aérien, les néonicotinoides, les abeilles et les pesticides, le droit européen... Tout cela est bien souvent entremêlé confusément.
 
L'épandage aérien, par exemple, c'est un sujet à part entière, indépendant des autres. Il est ("était" devrais-je écrire) utilisé pour les grandes surfaces céréalières qui méritent un traitement rapide en raison d'un danger, la propagation d'une maladie par exemple. L'épandage aérien est ainsi 10 à 20 fois plus rapide que des applications par tracteurs. On lui reproche néanmoins un risque plus important de propagation des produits au-delà du champ, d'où son interdiction ces dernières années. Néanmoins, une demande de la profession agricole pour sa réintroduction existe effectivement, pour les cas exceptionnels de maladies réclamant une intervention urgente, et dans un cadre d'application quasi draconien (pas de vent, et autres nombreuses dispositions visant à éviter la propagation). Pour autant, à l'heure où cet article est écrit, l'épandage aérien est interdit en France et a vocation à la rester.
 
L'interdiction des néonicotinoides (il s'agit d'une famille de substances insecticides) en France date de la loi sur la biodiversité, adoptée en juillet 2016. Auparavant, il n'y avait eu des interdictions que pour des durées limitées. Dès la promulgation de la loi, des voix s'étaient élevées pour évoquer une différence majeure du droit français avec le droit européen. La France devenait ainsi l'unique pays européen à interdire les néonicotinoides. Et le cas n'est pas le même que pour les OGM, où globalement l'Europe autorise leurs cultures mais accepte des moratoires nationaux. Là, les droits nationaux des pays-membres sont dans l'obligation de tenir compte du droit européen. D'où l'intervention du ministre de l'Agriculture pour une mise en conformité de la France par rapport au droit européen.
 

Qu'en est-il exactement de l'intérêt des néonicotinoides pour les agriculteurs ?

La course aux rendements est souvent décriée par nombre de détracteurs. Si elle reste obligatoire, ce n'est pas obligatoirement à cause de notre "système", mais tout simplement parce que notre pays n'est pas le seul sur le marché. Eugénia Pommaret, directrice générale de l'UIPP (Union des industries de la protection des plantes), précise ainsi à WikiAgri que "la levée de l'interdiction des néonicotinoides correspond à une de nos demandes", car "la France est l'unique pays européen à les interdire, tous les autres les utilisent", avec donc à l'arrivée une distorsion de concurrence flagrante en termes de rendements à l'hectare avec nos voisins, amis et néanmoins concurrents.
 
Pour donner des éléments chiffrés, au moment où Stéphane Le Foll, précédent ministre de l'Agriculture, avait interdit le Cruiser (produit de Syngenta contenant des néonicotinoides) sur colza, Syngenta avait calculé le manque à gagner pour la filière colza française à 100 millions d'euros (pertes de productions par quintaux, mais aussi valorisations, semences...).
 
Précision : aujourd'hui, il n'existe pas d'alternative aux néonicotinoides, même si des recherches ont été entamées pour en trouver.
 

Quel est le degré réel de dangerosité des néonicotinoides ?

Tous les produits visant à protéger les plantes et à assurer leur croissance font l'objet d'AMM (autorisations de mises sur le marché), sur le même modèle que les produits pharmaceutiques ou médicaux par exemple. Et de la même manière, avant d'être mis en vente et en usage, il subit toute une série de tests et doit obtenir différents agréments, au niveau des Etats-membres, mais aussi de l'Union européenne. Créer le produit peut prendre un an, obtenir l'autorisation de le mettre en vente (donc cette fameuse AMM) durera trois ans, parfois davantage. Il en est ainsi de tous les pesticides, engrais, et donc en particulier des néonicotinoides.
 
Angélique Delahaye, député européen et agricultrice, qui siège à la commission "agriculture" au Parlement européen, a suivi particulièrement le sujet des molécules, qui fait l'objet de multiples débats. Elle précise : "Il faut savoir que, en Europe, les AMM pour les produits phytosanitaires sont bien plus drastiques que pour les médicaments. Ce qui est sans doute très bien pour notre santé, mais pas sans conséquences économiques. Les agriculteurs européens sont en distorsion de concurrence avec leurs homologues du monde entier, et donc désormais, les agriculteurs français avec les autres européens. Il faut savoir trouver la juste mesure..."
 
En France, l'Anses (l'agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a évalué les néonicotinoides. En estimant qu'il fallait renforcer la sécurité quant aux conditions d'utilisation des produits en contenant. Mais sans pour autant conseiller l'interdiction.
 
Pour reprendre la comparaison plus haut, il en est de même pour les produits issus de l'industrie chimique que pour les médicaments : ils doivent être utilisés à bon escient, et en tenant compte de précautions d'usage. Le danger le plus grand vient de mauvaises applications de la notice... Ce qui n'empêche pas l'utilité du produit pour ce pour quoi il a été conçu.
 

Et la mortalité des abeilles ?

La disparition des abeilles est imputée très souvent aux seuls pesticides. Dans l'actualité du jour, Libération (pour citer un exemple) titre "Couac gouvernemental au sujet des pesticides tueurs d'abeilles". Le raccourci est devenu "évident"... Alors qu'il ne s'agit que d'une idée reçue, pas d'une réalité prouvée scientifiquement ! Tous les spécialistes de la question s'entendent sur le fait que la surmortalité des abeilles est d'origine multifactorielle. Comprenez par là qu'il n'y a une cause et une seule, mais plusieurs. Oui, l'usage des pesticides "n'importe comment" est l'une de ces causes. Mais il y a aussi l'évolution du climat, ou encore le varroa (une maladie), ou encore la loque américaine (une bactérie), ou encore le nosema (un champignon), ou encore les mauvaises pratiques apicoles (qui dépendent donc des apiculteurs), sans parler de produits chimiques... utilisés par certains apiculteurs pour lutter contre le varroa. Ou encore de l'arrivée du frelon asiatique, "concurrent" de l'abeille importé par bateau...
 
J'avais personnellement interviewé un chercheur belge dédié à la problématique "abeilles" en 2013. Bach Kim Nguyen (c'est son nom) me disait alors qu'il craignait l'arrêt des recherches sur les autres facteurs de mortalité des abeilles à partir du moment où seuls les pesticides étaient incriminés. En d'autres termes, il ne s'agit pas de dédouaner l'importance des pesticides, mais en la surévaluant, on risque de ne jamais permettre aux chercheurs d'avoir les moyens de déterminer l'ensemble des causes réelles.
 
Plus récemment, en 2015, Fayçal Meziani, référent expert national apiculture à la DGAL (direction générale de l'alimentation, qui dépend du ministère de l'Agriculture) a rédigé un rapport sur la mortalité des abeilles, issue de la surveillance officielle effectuée en France. Y sont recherchées les causes de mortalité. Ce rapport officiel, tout à fait indépendant, fait état des causes multiples. On y trouve notamment ce schéma sur les "agents pathogènes", qui font partie des responsables, eux aussi !
 

Ce que font aujourd'hui les agriculteurs pour préserver les abeilles

Pour autant, il est apparu que certaines pratiques agricoles favorisait la protection des abeilles, et les agriculteurs s'y sont soumis, peut-être au départ avec difficulté, mais finalement de bonne grâce. Certaines d'entre elles réclament de réels efforts en effet. Il s'agit notamment de pulvériser aux moments où les abeilles sont le moins dans les airs, c'est-à-dire... Pas en plein jour ! Soit au petit matin, soit tard le soir. Ou carrément la nuit, au risque, comme c'est arrivé parfois, de recevoir des injonctions pour "tapage nocturne" !

Et maintenant ?

Le Premier ministre Edouard Philippe a donc finalement tranché en faveur de Nicolas Hulot, et finalement le contraire eut été étonnant. Mais derrière la question des néonicotinoides, bien d'autres restent en suspens aujourd'hui : la France va-t-elle porter un projet d'interdiction des néonicotinoides sur l'Europe entière pour faire cesser la distorsion de concurrence (ou tout simplement pour des raisons environnementales, puisque c'est la raison invoquée) ? Et sur quoi vont reposer ses arguments ? Comment va--t-elle prendre en compte les causes multifactorielles de la disparition des abeilles ? Et plus généralement, comment travailler en posant les sujets tranquillement et en sous-pensant le pour et le contre des mesures, sans se soumettre en quelques heures à une opinion populaire qui mérite d'être informée avant d'être suivie ?

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 27/06/2017 - 18:48
pesticides ? vaste rigolade
Je connais fort bien le milieu des apiculteurs professionnels...

Ils ont modifié la génétique des abeilles pour les rendre plus productives mais au dépend de leur adaptation au climat, au terroir (il faut maintenant les nourrir en hiver, les traiter, etc)

En important des abeille d'autres pays, pour modifier cette génétique, ils sont importé des parasites (dont le terrible Varroa destructor)

En faisant de la transhumance de ruche, ils ont propagé ces parasites dans la France entière.

Les apiculteurs français qui ne sont pas dans les zones de cultures où on utilise les pesticides ont autant de soucis que ceux qui sont dans les zones souvent traitées. Etrange non ?

Ceci dit, un apiculteur sérieux qui fait bien son métier (lutte contre le Varroa avec ... un pesticide, nourissage des ruches, renouvellement des essains, etc.) maintient ses ruches en bon état (10 à 15% de pertes par an, compensés par le renouvellement).

Ces fichus abeilles modernes bourrées de parasites prennent la place et contaminent les abeilles solitaires, bien meilleures pollinisatrices.

Bref...

Une fois de plus l'agriculture est critiquée par Marie Antoinette.

SD..
- 27/06/2017 - 07:45
Belette critique un détail
Mais qui ne change pas le fond de l'article qui à le mérite de résumer la situation.
Au contraire de nombreux médias qui prennent le train du café du commerce en marche...
. Le responsable du syndicat des apiculteurs français disait lui même cet hiver que les pesticides seraient responsable de seulement 7% de la mortalité des abeilles. Donc maintenant au lieu de mourir à une vitesse 100, elles vont mourir à une vitesse 93; c'est vrai, c'est mieux, mais vraiment pas de quoi se vanter!!!
pierre marie
- 26/06/2017 - 17:24
lamentable, une fois de plus
le varroa n'est pas une maladie. C'est un parasite. Parasite qui ravage toutes les abeilles.

pfft..