En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

07.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 27 min 56 sec
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 3 heures 21 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 4 heures 41 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 5 heures 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 5 heures 42 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 7 heures 5 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 9 heures 13 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 1 heure 41 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 6 heures 6 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 8 heures 36 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 21 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Entre lutte active et nécessaire discrétion : la curieuse action politique face aux sectes en France

Publié le 25 juin 2017
Plus que dans toute autre démocratie, les sectes font l’objet d’une attention particulière en France. Retraçant l’histoire de ces controverses depuis plus de quatre décennies, l’ouvrage d’Étienne Ollion montre comment les sectes sont devenues un objet politique et médiatique de premier plan. Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte (2/2).
Etienne Ollion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étienne Ollion est spécialiste de sociologie politique. Ses travaux portent sur la sociologie de l’État et du champ politique dans une perspective comparative. Chercheur au CNRS (université de Strasbourg), il est régulièrement invité à enseigner dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus que dans toute autre démocratie, les sectes font l’objet d’une attention particulière en France. Retraçant l’histoire de ces controverses depuis plus de quatre décennies, l’ouvrage d’Étienne Ollion montre comment les sectes sont devenues un objet politique et médiatique de premier plan. Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte (2/2).

Curieuse situation que celle de la politique des sectes en France depuis les années 2000. Officiellement, la position française d’une lutte active contre ces groupes est largement défendue et affichée. Le dispositif de surveillance qui a été mis en place dans les années précédentes le montre bien : à différents niveaux de l’État, administrations comme responsables politiques assurent au quotidien la prise en charge du sujet. Catégorie désormais établie de l’action publique, la « lutte contre les sectes » dispose de moyens spécifiques, d’agents spécialisés, et de dispositifs propres. Signe qu’elle est considérée comme un problème public de premier plan, les sectes sont l’objet unique d’un organisme interministériel dédié, placé sous la responsabilité directe du Premier ministre.

Dans le même temps, cette décennie fut aussi celle où un déplacement non moins significatif s’est opéré, puisque la position offensive revendiquée jusqu’alors fut progressivement atténuée. Du côté de l’exécutif, le sujet semblait avoir perdu de son importance. L’époque où le ministre des Affaires étrangères croisait le fer publiquement avec son homologue étatsunienne sur le sujet était désormais révolue. La mission interministérielle en charge de la coordination des politiques dans ce domaine fut, elle, largement transformée après 2002. Son personnel fut partiellement remplacé, et son périmètre restreint. Bientôt, les budgets en hausse constante depuis des années seront stabilisés, avant de diminuer. La controverse internationale, qui avait vu la France être critiquée par différents pays et institutions internationales pour sa politique dans le domaine était passée par là. Les mobilisations décrites aux chapitres précédents ont conduit les responsables politiques français à revoir l’importance donnée à la politique des sectes.

Faut-il conclure pourtant qu’après une très rapide expansion, la politique française aurait presque aussitôt reculé et que les pouvoirs publics se seraient désengagés ? Partiellement vraie, cette analyse risque toutefois de manquer le déplacement qui s’est produit alors, et qui a vu d’autres formes d’action publique, moins visibles parce que moins directes, être mises en place. Devant une situation devenue difficilement tenable face à la montée des critiques internationales, les responsables français ont en effet privilégié des modes d’intervention plus discrets. Plutôt qu’agir directement via la législation, les contrôles administratifs directs, ou l’interdiction pure et simple des groupes – une mesure souvent demandée par les opposants –, ils ont mis en place d’autres modalités d’intervention.

L’une consiste à orienter l’attention du public vers ces groupes. Largement utilisée dès 1995 avec la création d’une « liste des sectes » inscrite dans le rapport parlementaire, cette pratique va évoluer pour ne plus prendre la forme d’une mise à l’index explicite, souvent dénoncée par les critiques de la politique française. Mais, sous cette forme atténuée, elle va s’accroître après 2000, à mesure que se mettent en place des mesures de prévention, à l’école comme dans différents services de l’État. L’autre modalité consiste à favoriser l’action de tiers, en premier lieu des associations antisectes, qui virent leurs attributions s’étendre, et leurs budgets augmenter puis se maintenir durant toutes ces années.

Dans un cas comme dans l’autre, la gestion du problème des sectes fut donc organisée par l’État plutôt que directement prise en charge, déléguée plutôt qu’assurée en son nom propre. Une telle division du travail, qui permet la mise à distance des activités les plus exposées (le « sale boulot » bien étudié par la sociologie du travail) à la critique au moment  où celles-ci sont particulièrement fortes, n’est évidemment pas le résultat d’un plan prévu de longue date, ni organisée suite à une négociation consensuelle. Il s’agit plutôt du résultat de compromis suite à des luttes internes au sein du champ du pouvoir. Elle a toutefois permis plusieurs années durant, à la « lutte » de se maintenir face à l’adversité.

Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires