En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 4 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 10 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 25 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 35 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 33 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 10 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 37 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 48 min
Atlanti-culture

"Les noces de Figaro" : de belles "Noces" malgré Julie Gayet

Publié le 22 juin 2017
L'un des plus beaux opéras de Mozart présenté en plein air dans une série d'endroits prestigieux, c'est l'une des grandes attractions culturelles de l'été. Une réussite sur le plan des voix et de la direction musicale. Par contre, quelle platitude dans la mise en scène !
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'un des plus beaux opéras de Mozart présenté en plein air dans une série d'endroits prestigieux, c'est l'une des grandes attractions culturelles de l'été. Une réussite sur le plan des voix et de la direction musicale. Par contre, quelle platitude dans la mise en scène !

OPERA

« LES NOCES DE FIGARO » 

DE W.A. MOZART 

 MISE EN SCENE: JULIE GAYET

INFORMATIONS ET RESERVATIONS

OPERA EN PLEIN AIR

www.operaenpleinair.com

En tournée de juin à septembre dans différents châteaux

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Adapté du Mariage de Figaro de Beaumarchais par le  librettiste Lorenzo da Ponte, Les Noces de Figaro, dont Mozart écrivit la partition en seulement  six semaines, est considéré comme l’un des opéras les plus parfaits du répertoire.

L’action se déroule au château Almaviva, près de Séville. Suzanne et Figaro, tous deux au service du Comte et de la Comtesse, préparent joyeusement   leur mariage. Mais voilà que Suzanne apprend à son futur mari que le Comte, lassé de son épouse, lui fait la cour. Pour sa part, Figaro est convoité par la gouvernante du château, Marceline, qui veut en faire son mari. Et  pour couronner le tout, Chérubin, un page qui tombe amoureux de toutes les femmes qu’il rencontre, aimerait bien que la Comtesse lui accorde ses faveurs… De coups de théâtre en rebondissements, de supercheries en jeux de rôle, tout finira par s’arranger et l’écheveau des couples, par se démêler.

LES POINTS FORTS

- L’œuvre en elle-même.  Pour ces Noces, Mozart a poussé à son paroxysme cette particularité  qui fait l’essence de son génie lyrique : le mélange de genres et de tons. Résultat,  son opéra est un chef d’œuvre, qui, sur des airs d’une sublime beauté, fait alterner, quand il ne les superpose pas, comédie, gaité, passion, désamour, mélancolie et tristesse. Et cela à un rythme trépidant, sans qu’à un seul moment quelque chose ne pèse ou ne pose. Si Mozart a mérité ce qualificatif de divin, c’est bien, entre autres, pour cet opéra-là.

- La distribution est assez formidable. Voix claire et solide, la soprano Norma Nahoun compose une Suzanne sensuelle et fine-mouche. Elle forme un beau couple avec le Figaro de Norman Patzke. La présence  et le timbre de voix  de ce baryton basse lui valent d’ailleurs une belle ovation finale. Le Chérubin de Cécile Madelin émeut. La jeune chanteuse, lauréate de nombreux concours, va devoir s’affirmer, mais sa voix, bien que fluette, est juste, et son physique, charmant. Laurent Kubla a l’abattage et le coffre qui conviennent pour composer un Comte remarquable d’assurance. Lies  Vandewege étant souffrante le soir de la première, on n’a pas pu juger de sa Comtesse.

- Assemblé, comme depuis plusieurs années, par la violoniste Anne Gravoin, l’orchestre fait étinceler la musique de Mozart.  Il faut dire qu’il est placé sous la baguette d’un chef aussi précis qu’attentif, Yannis Pouspourikas.

- Le lieu de ces Noces, en l’occurrence, le parc de Sceaux. La scène est montée devant Le  Château, qui sert de décor naturel. Ici, comme aurait dit Paul Claudel, l’œil écoute. La création a lieu dans le cadre  d’Opéra en Plein Air, une manifestation inventée il y a presque vingt ans  pour donner à  faire découvrir le répertoire lyrique dans des lieux prestigieux du patrimoine architectural français. Ce soir là, ces Noces étaient présentées à Sceaux mais elles vont se donner tout l’été  dans d’autres sites aussi prestigieux.

POINTS FAIBLES

La mise en scène. … Etait-ce une bonne idée de confier à Julie Gayet les rênes de ces Noces ?  Au vu du résultat, la réponse est non. Le programme indique que la  comédienne a chanté jadis le rôle de Barberine, mais cela ne l’a guère inspirée pour mener à bien sa mise en scène, qui est d’une platitude assez désarmante. On ne peut pas dire qu’il y ait contresens, mais  il n’y a aucun point de vue, juste une mise en place. Les chanteurs, heureusement bons (voir plus haut), sont livrés à eux mêmes. Peut-être la comédienne a –t-elle été impressionnée  par le décor (le château de Sceaux) et la somptuosité céleste de la musique, et qu’elle n’a voulu ni faire oublier le premier, ni nuire à la seconde?

EN DEUX MOTS

Cela fait dix sept ans maintenant qu’Opéra en plein Air propose chaque début d’été une création lyrique dans des cadres exceptionnels. Ce mariage entre musique et patrimoine, renouvelé chaque année, est toujours  un événement délicieux. Pour exalter la beauté d’une œuvre musicale, rien de mieux en effet que de la donner dans un lieu grandiose. Quand l’air est doux, que la nuit tombe, que le site est majestueux et la musique, somptueuse, on est porté à la bienveillance. On  en oublie les défauts  de la production, on en  pardonne les petits couacs. Il  suffit  de se repaitre  de la splendeur du lieu, puis de fermer les yeux, et de se laisser aller. Si, comme c’est le cas de ces Noces de Figaro, orchestre et voix sont de bon niveau, la soirée  peut  même devenir… divine.

UN EXTRAIT

« Une nouvelle fois nous allons pouvoir écarquiller les yeux pour découvrir les superbes châteaux qui servent de décors à cette féérie musicale. Puis les fermer dans la douceur du soir pour écouter le divin Mozart et les voix magnifiques qui ont été retenues pour  donner encore plus de majesté à ses Noces de Figaro ». (Patrick Poivre d’Arvor, parrain du Festival Opéra en Plein Air).

LE COMPOSITEUR

Né à Salzbourg le 27 janvier 1756 d’un père musicien qui deviendra son professeur et son mentor, Wolfgang Amadeus Mozart est un enfant prodige.  A quatre ans, Il apprend  le clavecin; à quatre ans  et à six,  commence à composer. Grâce à son père qui le produit sur de nombreuses scènes, il  connaît très rapidement la célébrité.  Il n’a pas seize ans lorsqu’il est engagé comme premier violon au service du prince de Salzbourg où, en plus de ses prestations de soliste, on lui demande de composer.  Il démissionne de ce poste où il étouffe, devient organiste à la cathédrale de Salzbourg , puis se fixe à Vienne, qu’il ne quittera plus. 

Quand il s’éteint, dans le plus grand dénuement, dans la nuit du 5 au 6 décembre 1791, le jeune compositeur d’à peine 35 ans aura créé une des sommes les plus importantes de la musique (environ 600 pièces), comportant des chefs d’œuvre classiques dans presque tous les domaines : musique lyrique, religieuse, symphonique, concertante, etc…

Parmi ses opéras dits de la maturité, les Noces de Figaro, créé  avec succès le 1 er mai 1786 à Vienne, est devenu l’un des ouvrages les plus  populaires de l’art lyrique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires