En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 17 heures 11 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 19 heures 3 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 52 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 21 heures 25 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 45 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 22 heures 1 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 22 heures 39 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 14 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 17 heures 1 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 58 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 21 heures 34 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 23 heures 26 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment les Français en sont venus à douter des "valeurs de la République"

Publié le 17 juin 2017
En crise morale, sociale et économique, déchirée par des questionnements identitaires inédits, meurtrie par les attentats, la France se pose mille questions. Nous aussi ! Comme souvent en période de crise - et en période pré-présidentielle, la France est le sujet de préoccupation préféré des Français. Extrait de "Ce qui nous rassemble - Comment peut-on encore être français ?" d'Arnaud Zegierman et Thierry Keller, aux Editions Les Belles Lettres (1/2).
Thierry Keller
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, Thierry Keller est directeur éditorial du magazine de prospective Usbek & Rica.
Voir la bio
Arnaud Zegierman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Zegierman est sociologue et co-fondateur de l'institut Viavoice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En crise morale, sociale et économique, déchirée par des questionnements identitaires inédits, meurtrie par les attentats, la France se pose mille questions. Nous aussi ! Comme souvent en période de crise - et en période pré-présidentielle, la France est le sujet de préoccupation préféré des Français. Extrait de "Ce qui nous rassemble - Comment peut-on encore être français ?" d'Arnaud Zegierman et Thierry Keller, aux Editions Les Belles Lettres (1/2).

En France, la République, ce sont des institutions, et ce sont des valeurs. Or, il n’a échappé à personne que les discours sur les « valeurs de la République », en dépit de l’éphémère « esprit du 11 janvier », sont devenus inopérants : d’après un sondage IFOP datant de mai 2015 pour le site Atlantico, 65 % des Français ne se reconnaissent plus dans les termes de « République » et de « valeurs républicaines » (dont 70 % chez les électeurs du Front national) parce qu’ils ont « été trop utilisés et ont perdu de leur force et de leur sens ». On a beau les invoquer, les mots magiques ne font plus effet. Pire, ils sont des repoussoirs. Est-ce parce qu’on ne leur fait plus confiance, à la manière d’un amoureux déçu qui ne croit plus au bla-bla de l’ancien être aimé ? Ou parce que les mentalités ont brutalement basculé vers autre chose, un désir d’ordre qui ne nous dit rien qui vaille ? D’après ce même sondage, « 67 % des Français estiment qu’il faudrait que la direction du pays soit confiée à des experts non élus qui réaliseraient les réformes nécessaires », et « 40 % seraient favorables à l’arrivée d’un pouvoir politique autoritaire ». Alors quoi ? D’un côté on réclame plus de démocratie, des modes de prise de décisions moins verticaux, et de l’autre un gouvernement non élu qui ferait fi de l’État de droit ? Ne nous emballons pas : selon notre enquête, 85 % des Français considèrent comme « important » ou « très important » de « voter à chaque élection » (97 % chez les plus de 65 ans !). L’attachement au vote, mais aussi au « programme » (plus qu’aux individus qui les portent) ne sont pas susceptibles d’être jetés aux orties du jour au lendemain. Mais il y a doute. Et donc éloignement, en particulier chez une partie de la jeunesse de France, pour qui la République est une vieille chose au minimum ringarde, au pire à combattre.

Dans son rapport parlementaire intitulé Génération radicale, l’iconoclaste (quoique socialiste) député Malek Boutih, pointait à l’été 2015 l’éloignement grandissant d’une partie de la jeunesse française vis-à-vis du modèle politique de leur pays. Sorti en juillet 2015, entre Charlie et le Bataclan, le rapport pose le cadre d’emblée : « Du point de vue de nos agresseurs, le point faible de la France n’est pas tant son déclin économique que son modèle républicain fragilisé. »

Plongée dans une mondialisation libérale qui fabrique du désarroi, bien obligée de constater les limites des réponses politiques à la Syriza ou Podemos, aussi bien que des printemps arabes, habituée à vivre dans un monde anxiogène depuis le 11 septembre, reléguée aux marges territoriales du pays et enfermée socialement, une partie de la jeunesse de France, notamment celle qui est issue de l’immigration, ne voit pas dans la République l’élément émancipateur qui pourrait la « sortir de là ». Mais pas seulement elle : la jeunesse « blanche » des classes moyennes navigue entre petits boulots, addictions diverses et sentiment de frustration, sentiment encore plus exacerbé dans les zones rurales et périurbaines. Au total, une grande partie de la jeunesse est susceptible de basculer dans la radicalité. Cette dernière est de deux ordres : « Il apparaît nettement que le radicalisme islamiste est aujourd’hui le plus dangereux, du point de vue de son emprise et des failles qu’il creuse au sein de notre société. » Islamisme, menace numéro 1, prévient le député. Mais aussi radicalité frontiste : « L’implantation de l’extrême droite dans le paysage politique, et notamment son audience auprès de la jeunesse, est également très préoccupante car facteur de division et de délitement de la cohésion nationale. »

Islam politique d’un côté, Front national de l’autre : on se croirait dans le Houellebecq de Soumission (Fayard, 2015), lui qui imaginait dans son roman polémique un second tour de présidentielle opposant le parti des musulmans aux identitaires, avec victoire des premiers et imposition d’une « charia douce », s’en prenant à l’un des fondements de la République : la laïcité à l’École.

C’est bien la République en tant que projet philosophique, en tant que transcendance et que réalité tangible, qui ne parvient plus à entraîner.

Extrait de "Ce qui nous rassemble - Comment peut-on encore être français ?" d'Arnaud Zegierman et Thierry Keller, aux Editions Les Belles Lettres

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/06/2017 - 19:33
à propos. ..C''est quoi les
à propos. ..C''est quoi les valeurs de la république ?
Ganesha
- 18/06/2017 - 09:36
Lexxis, le bon choix !
D'accord avec Lexxis, mais je m'exprimerai de façon encore plus claire et explicite ! Comme dirait Henri Guaino, voilà un article ''à vomir'' ! Quel est le message principal qu'on essaie ici de faire entrer dans le crâne des lecteurs ? ''L'Islamisme et le Front National, c'est pareil !'' Conclusion évidente : votez Macron ! Les auteurs, leur magazine inconnu, leur fondation ''Viavoice'', leur bouquin : simple propagande électorale finançée par un de nos milliardaires. La preuve que Marine Le Pen était le ''bon choix'', c'est qu'elle provoque une telle panique dans l'oligarchie financière qui nous gouverne !
lexxis
- 18/06/2017 - 07:48
NE PAS SE TROMPER D'ENNEMI
Malgré le respect incontestable qu'inspire Malek Boutih, opposer quasiment sur le même. plan le radicalisme frontiste et le radicalisme islamiste est une faute majeure. C'est même le péché capital de l'immense majorité de nos politiques qui privilégient l'accent mis sur le risque politique que représente le FN par rapport à leurs mandats vis-à-vis du risque physique et plus que représente l'islamisme par rapport au terrorisme qui tue. Et si l'on prend comme étalon indiscutable le nombre de morts causé par ces deux radicalismes, on voit que ceux qui les assimilent tout comme ceux qui les rapprochent, non seulement font fausse route, mais engagent le pays tout entier dans une voie sans issue, dont seul l'islamisme tire actuellement et tirera profit. Ii est temps de rouvrir enfin les yeux, les deux radicalismes ne se valent pas et il n'y en a qu'un qui menace actuellement la vie de nos compatriotes. Mais manifestement notre classe politique, qui ne raisonne lâchement qu'en terme d'électorat, préfère maintenir une confusion qui au regard des faits n'est rien moins que criminelle.