En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 37 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 7 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 44 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 44 min
© STR / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP
© STR / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP
Mission réussite

Retour sur terre pour Thomas Pesquet : tout ce que nous permettent d'apprendre les séjours dans la station spatiale internationale

Publié le 02 juin 2017
6 mois dans l'espace, c'est court, mais en même temps, l'occasion de faire énormément de travail pour Thomas Pesquet. Et tout montre que cette opération fut une réussite absolue.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
6 mois dans l'espace, c'est court, mais en même temps, l'occasion de faire énormément de travail pour Thomas Pesquet. Et tout montre que cette opération fut une réussite absolue.

Atlantico : Thomas Pesquet est sur le point de revenir de sa mission dans la Station Spatiale dans l'espace. On l'a beaucoup suivi sur les réseaux sociaux, notamment en découvrant certains superbes clichés de la terre pris de l'espace. Mais au delà de l'opération de communication très réussie, à quoi ont servi ses 6 mois dans l'espace ?

Olivier Sanguy : Les 6 mois dans l'espace de Thomas Pesquet ont eu la même utilité que les autres missions des astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS), à savoir la science et l'avancement des technologies spatiales. Pour la science, n'oublions pas que l'ISS associe 5 agences spatiales (Russie avec Roscosmos, USA avec la NASA, Europe avec l'ESA, Japon avec la JAXA et Canada avec l'ASC) afin de disposer là-haut de plusieurs laboratoires capables de mener des expériences impossibles à réaliser sur Terre. C'est bien évidemment l'impesanteur qui est avant tout exploitée, mais aussi l'exposition au vide orbital pour certaines études. La science menée là-haut est souvent de nature fondamentale, donc avec des retombées sur le long terme. On étudie ainsi le comportement de la matière ou de la combustion en impesanteur, ce qui est au final très différent de ce qu'on fait au sol où on étudie aussi la matière et la combustion... mais dans un environnement soumis à la pesanteur ! La comparaison des résultats fait du coup progresser nos connaissances. Pour la combustion, on espère par exemple appliquer ce qu'on apprend pour mettre au point des moteurs bien plus propres qu'aujourd'hui. L'astronaute est à ce titre un laborantin qui applique les procédures définies par des scientifiques.
 
En dépit des progrès de la robotique, on ne peut pas toujours remplacer l'humain pour mener certaines manipulations délicates ! Des expériences peuvent toutefois avoir des applications plus immédiates. Thomas Pesquet a ainsi utilisé un appareil d'échographie dont la sonde est téléguidée par un médecin au sol. Cette technologie, perfectionnée pour le spatial, a déjà et aura de plus en plus des applications concrètes pour les terriens. On compte ainsi faire reculer les déserts médicaux puisque des spécialistes très pointus de l'échographie pourront examiner des patients très éloignés. Pour le deuxième volet, à savoir l'avancement des technologies spatiales, l'ISS en elle-même est une sorte d'expérience grandeur nature. Voilà le plus gros objet jamais assemblé sur orbite (400 tonnes au total) qui consiste à faire fonctionner des modules et des systèmes informatiques complexes issus de Russie, des USA, d'Europe, du Canada et du Japon. Et ça marche ! Les 5 agences impliquées ont aussi appris à travailler ensemble sur un projet de grande envergure en dépit de cultures internes très différentes. Enfin, les astronautes sont des cobayes : les médecins étudient grâce à eux les effets des vols spatiaux sur le long terme et les moyens de contrecarrer certaines conséquences comme la perte de masse osseuse ou musculaire, la modification du système immunitaire, etc. À long terme, il s'agit de préparer le voyage vers Mars.
 
La mission de Thomas Pesquet sera-t-elle terminée une fois arrivée ?
 

Non, car en tant que cobaye d'expériences médicales, sa mission continue au sol puisqu'il sera soumis à plusieurs examens (dont certains réalisés à peine quelques heures après son retour !) afin de documenter comment son corps se réadapte à la vie terrestre, soumis à la pesanteur. Les données recueillies iront compléter celles acquises avec les autres astronautes. Thomas Pesquet est aussi désormais détenteur d'un savoir-faire rare : celui d'une personne qui a vécu un vol spatial. Il y a seulement un peu plus de 500 personnes qui détiennent ce vécu. Comme ses collègues qui ont volé, Thomas Pesquet pourra apporter son expérience à ceux qui au sol préparent les futures missions ou conçoivent les engins spatiaux de demain. Enfin, sa mission de partage continue puisqu'il ne manquera pas de relater son vol avec des conférences, en allant à la rencontre du public, etc.

Globalement, quel bilan peut-on tirer dès aujourd'hui du séjour de Thomas Pesquet dans la Station Spatiale Internationale ?
 

Très sincèrement, cette mission s'est avérée extrêmement productive sur le plan scientifique. Thomas Pesquet a ainsi mené 60 expériences scientifiques : un bilan remarquable. Il a de plus participé à deux sorties en scaphandre, montrant que la politique de préparation mise en place par l'Agence Spatiale Européenne porte ses fruits. Les astronautes européens suivent en effet à Cologne, sous la direction d'Hervé Stevenin, un pré-entraînement aux rigueurs et aux règles de la sortie en scaphandre, une activité considérée comme l'une des plus difficiles là-haut. Du coup, lorsque les astronautes européens arrivent à la NASA aux États-Unis ou en Russie pour y suivre l'entraînement, les instructeurs remarquent que ce sont d'excellents élèves ! Enfin, dans une perspective un peu plus "locale", Thomas Pesquet a su partager sa mission sur les réseaux sociaux, donnant une image positive de la France tout en poussant la jeunesse du pays à se tourner vers les carrières scientifiques.?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires