En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 5 min 58 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 min 22 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 24 min 4 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 24 min 5 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 24 min 5 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 24 min 5 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 24 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 17 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 20 min 55 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 24 min 4 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 24 min 4 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 24 min 5 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 24 min 5 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 24 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 14 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bien-pensance

Pourquoi il serait temps que quelqu’un ose dire au CSA qu'il outrepasse les missions qui lui sont confiées

Publié le 27 avril 2017
Le CSA demande à TF1 et à France 2 de changer le duo pour présenter le débat de l’entre deux tours (David Pujadas - Gilles Bouleau) pour cause de parité. Une intervention qui ne semble pas correspondre à une compétence précise du conseil.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le CSA demande à TF1 et à France 2 de changer le duo pour présenter le débat de l’entre deux tours (David Pujadas - Gilles Bouleau) pour cause de parité. Une intervention qui ne semble pas correspondre à une compétence précise du conseil.
 

Atlantico : Le CSA est il toujours dans son rôle avec une telle demande ? 

Maxime Tandonnet : Non, cette intervention ne semble pas correspondre à une compétence précise du CSA. Il suffit de consulter le site de cette autorité indépendante qui décrit précisément sa mission en matière de programmation. Le CSA veille au pluralisme, à l’expression des courants d’opinion, à l’honnêteté de l’information, à la protection de l’enfance et de l’adolescence, à la défense et à l’illustration de la langue française. Certes cette intervention auprès de TF1 et France 2 peut se rattacher à sa mission de lutter contre les discriminations et de veiller à ce que « la programmation audiovisuelle respecte la diversité de la société française ». Mais cette mission est à caractère général, elle ne paraît pas impliquer le pouvoir d’une intervention a priori sur une émission particulière. D’ailleurs le même site du CSA précise : « le CSA n’est pas un organe de censure. Il n’intervient jamais auprès d’une chaîne de télévision ou radio avant la diffusion d’un programme ». 

 

N'est on pas encore une fois dans une caricature de ce qui est appelé la dictature de la bien bien-pensance ? Quels sont les risques inhérents à de telles demandes ? 

Il y a deux questions qui sont posées me semble-t-il. La première, est celle du rôle du CSA dans cette affaire. Il semble, au regard des règles du CSA telles qu’elles figurent sur son site, qu’il va au-delà de sa mission. Cette évolution est inquiétante car elle fait de cette institution un gardien du temple sur les émissions de radio et de télévision et donc il faut y voir un risque de limitation de la liberté d’opinion et d’expression des chaînes de radio et de télévision au nom des « valeurs » très générales, dont on ne voit pas où il peut s’arrêter. La seconde porte sur la question de fond. Le débat télévisé du second tour est un moment emblématique, une sorte de grand rendez-vous symbolique de la Nation autour d’un débat démocratique. De mémoire, il me semble aussi que la tradition, depuis très longtemps, est de le faire arbitrer ce débat par une femme et un homme. Il me paraît donc opportun de préserver cette tradition de parité entre les deux sexes. Mais cela aurait dû être spontané de la part des deux chaînes et il est regrettable que cette question ait donné lieu à l’intervention du CSA. 

Quels sont les moyens les plus effiaces pour promouvoir la diversité, ici demandée par le CSA, sans en passer par une forme de censure ?

Nous sommes le plus souvent dans le symbole, dans l’emblématique. Je ne dis pas que ce n’est pas nécessaire, mais cela ne règle pas les problèmes de fond. Nos sociétés donnent lieu à un grand écart entre le visible, le médiatisé, la surface des choses, et la réalité quotidienne. Se battre pour donner la même place aux hommes et aux femmes dans la sphère virtuelle, celle des médias, c’est une chose. Mais cela ne change pas forcément les mœurs de la société : les inégalités de salaires pour un travail équivalent, les femmes battues par leur conjoint, les comportements sexistes au quotidien, les agressions contre les femmes dans la rue. Au-delà du symbolique, le rôle des médias devrait être d’informer l’opinion publique de ces réalités et de les dénoncer pour les combattre. C’est aussi le rôle des politiques et in fine une affaire de respect de la règle de droit et de sanctions éventuelles de certains comportements. Il y a des phénomènes dont on parle peu mais qui sont insoutenables dans la société française, par exemple les violences quotidiennes envers les femmes, sous toutes leurs formes. D’ailleurs, tout au long de la campagne électorale, je réalise en vous parlant que personne n’a dit un mot de la lutte contre ce fléau. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/04/2017 - 23:03
95% de pub pour la lessive Macron, 5% pour Marine...
Que fait le CSA? Ben...rien, car il regarde ailleurs! Il fait de l'égalitarisme primaire et du sexisme à rebours, pour éviter de voir ce véritable déni de démocratie...encore un machin pervers et inutile créé par la gauche (sens large)!
jpd
- 27/04/2017 - 19:38
CSA?
Ministère de l'information et de la censure.
ikaris
- 27/04/2017 - 16:26
Le CSA, nouveau big brother
Effectivement l'interviewé a raison, le CSA cherche toujours à élargir la mission qui lui est confié : il essaie régulièrement de provoquer des débats sur sa suveillance d'internet ... en considérant Internet comme un "média" à l'instar de la radio ou de la télé et donc qui mériterait sa surveillance : Web radio, Web TV. En fait c'est plutôt l'inverse : Internet banalisant la TV et la radio il faut supprimer cette daube. On est vraiment toujours dans l'infantilisation du français où le pauvre devrait être protéger du sexisme, de l'homophobie et tout ce qui peut se déverser sur son écran. Le plus révoltant est bien entendu son appétence pour la "diversité" alors qu'il tolère la création de chaines spécialisés : beurs, homosexuels, noirs ....