En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 8 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 20 heures 1 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 21 heures 50 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 22 heures 23 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 22 heures 43 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 23 heures 36 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 jour 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 15 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 17 heures 59 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 19 heures 56 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 22 heures 32 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 jour 24 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 16 heures
© jody amiet / AFP
© jody amiet / AFP
Questionnement

Crise en Guyane : pourquoi il est grand temps de réfléchir au modèle d’intégration inventé pour les DOM

Publié le 01 avril 2017
Le mouvement de protestation entre dans son treizième jour en Guyane. Alors que ce territoire est plombé par un chômage de masse et un niveau de violence très important, il convient de s'interroger sur le modèle d'intégration proposé depuis 1945.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement de protestation entre dans son treizième jour en Guyane. Alors que ce territoire est plombé par un chômage de masse et un niveau de violence très important, il convient de s'interroger sur le modèle d'intégration proposé depuis 1945.

La Guyane s’est invitée dans le débat public à la faveur d’une crise aigüe, comme c’est toujours le cas pour l’Outre-mer. Se succèdent alors à Paris des commentaires légers, teintés de mauvaise conscience quand ils ne sont pas profondément faux tels que l’assertion d’Emmanuel Macron sur le caractère insulaire de la Guyane.

Dans un réflexe pavlovien, tous proclament l’inestimable richesse de l’Outre-mer pour la France, dont on peine bien pourtant depuis des décennies à faire fructifier les fruits, la nécessité d’une égalité encore plus « réelle », pour reprendre les termes surréalistes de la dernière loi votée sous l’ère Hollande, voire la négligence coupable de la Métropole et de ses fonctionnaires qui administreraient ces territoires avec un prisme colonial.

Tout ceci est pathétique, traduisant à la fois une méconnaissance, un prisme idéologique et un manque de travail qui empêchent de regarder la réalité.

La réalité est la suivante : les départements d’Outre-mer sont sinistrés économiquement et socialement, sans industrie, avec un secteur du tourisme moribond malgré des atouts naturels et en infrastructures évidents, plombés par un secteur public  hypertrophié, marqués par un taux de chômage insupportable notamment pour les jeunes, connaissant un niveau de violence sociale et intrafamiliale inégalé et devant faire face à un coût de la vie exorbitant.

Devant cet échec complet qui ne date pas d’hier, on se garde bien de s’interroger en profondeur sur les règles politiques et administratives qui régissent ces territoires. Au contraire on s’enferre en demandant encore plus d’égalité et en se fixant des objectifs irréalistes qui ne viendront qu’aggraver les maux qu’on prétend corriger. En parallèle, pour faire bonne mesure, on imagine plus d’autonomie, la fameuse possibilité d’expérimentation locale, sans que ces dispositions soient utilisées car elles entrent en contradiction avec l’objectif même d’égalité affirmé par ailleurs.

Il est grand temps de questionner le modèle d’intégration.Il fut imaginé en 1945, autour du concept d’identité législative inventé pour les départements d’Outre-mer. Il s’agit d’un modèle de rationalisme et d’universalisme français, qui fait fi de la géographie, du climat, de l’histoire et pour ainsi dire de la réalité. Le principe est en effet d’appliquer dans des territoires situés à des milliers de kilomètres de Paris des lois identiques à celles pensées pour résoudre la Métropole. Et les règles européennes sont venues se surajouter.Rêve révolutionnaire de création d’un homme nouveau, projet assimilationniste, soutenu à l’origine par de grands esprits tels qu’Aimé Césaire, mais qui s’en détourna ensuite pour en dénoncer les échecs insupportables.

Si cette construction politique des DOM a pu avoir un sens pendant un temps, en affirmant haut et fort le principe d’égalité à rebours des pratiques coloniales et de recours à l’esclavage d’antan, en favorisant un certain rattrapage des niveaux de développement sur ceux de la métropole, en inventant pour tout dire un modèle distinct du processus historique d’indépendance, celle-ci est aujourd’hui à bout de souffle et contre-productive.

Nous ne tomberons pas dans le travers dénoncé plus haut consistant, en quelques lignes, à dresser un programme complet de redressement de l’Outre-mer, cette entreprise doit d’abord passer par un réel travail scientifique porté par une autorité politique appuyé sur des économistes, des juristes et des sociologues.

Dressons néanmoins quelques pistes de travail. L’enjeu est de regarder comment ces territoires peuvent trouver une voie de développement féconde, respectueuse de leur identité, de leurs potentialités, de leur environnement régional. Cela ne passe sans doute pas par l’amour absolu de l’égalité française, avec des mêmes règles et des mêmes droits partout.

Cela passe plus probablement par un modèle d’autonomie plus grande laissé aux élus locaux, avec l’accompagnement financier et technique requis, ainsi que l’esquisse François Fillon.

Cette autonomie plus grande ne remettrait pas en cause le fait de se sentir viscéralement Français, comme l’exposait Aimé Césaire ; elle serait au fond plus respectueuse de ces territoires et de leur population, comme cela semble être leur aspiration profonde.

Pour lancer un tel débat, rien de pire que la formule malheureuse de la ministre des Outre-mer, Erika Bareigts, sur le balcon de la préfecture, présentant « des excuses au peuple guyanais », formule contraire à tous les principes de notre République.

Sans trop y croire, espérerons que cette crise soit l’occasion d’ouvrir un débat nécessaire sur la pertinence du statut des « départements d’outre-mer-régions ultra-périphériques de l’Union européenne ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Scarabas
- 18/04/2017 - 15:04
Halte au colonialisme
L'indépendance est bien sûr la bonne solution.
moneo
- 01/04/2017 - 18:19
hum?
Plus d'autonomie ???pourquoi ? ça marche en France la décentralisation? ça marche en nelle calédonie ? dans cette île on est allé aussi loin que possible dans l'autonomie et en laissant en l'air la promesse dune indépendance
question messieurs le hauts fonctionnaires :en quoi la décentralisation calédonienne a amélioré la situation économique?Par contre pour des raisons politiques ona créé des subdivisions administratives de l'île et on a multiplié les fonctionnaires qui en plus ont les salaires indexés bien au de la des dernières études effectuées.sur le coût de la vie
la vérité est simple ;Les pauvre guyanais assistés par la métropole sont les riches des pays voisins Brésil et Surinam d'ou une invasion pour être soignés gratuitement et percevoir l'argent braguette ...problème identique avec les Comores et Mayotte dans l'océan indien
Macron nous a dit qu'on ne pouvait empêcher l'envahissement de l 'île par les embarcations qui viennent faire accoucher le femmes à Mayotte .dés lors comment peut on arrêter l'invasion de la Guyane
enfin comment former par l apprentissage aux métiers envisageables sur l'île.IL faut juste poser le bons diagnostics et du concret
Anguerrand
- 01/04/2017 - 16:28
Mais que l'on se débarrasse de ces territoires
Les DOM-TOM ne sont sources que de problèmes et d'un coût exorbitant. De plus ils nous haïssent et votent à gauche afin de conserver les aides démentielles que les français leurs versent soit des milliards de nos impots. Tout ça pour être traité de racistes. Faisons un référendum national et laissons ces assistés vivre avec l'argent qu'ils produisent. En un an, ils auront le niveau de vie des pays qui les entourent. Un commentateurs proposait que nous vendions ces DOM TOM pour renflouer notre dette, ne plus envoyer des milliards et éviter la rentrée d'illégaux énormes. Mayotte est la plus grande maternité de "France " avant la Guyane, à Mayotte toutes les femmes des îles l'entourant comme Anjouan , et nous font plein de nouveau petits français. Quel candidat proposé une telle solution, aucun, , les français continueront à payer et être traité de racistes et colons, la gauche d'y chercher des voix pour les elections.