En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 14 heures 47 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 16 heures 7 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 20 heures 2 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 20 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 22 heures 31 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 15 heures 34 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 16 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 19 heures 55 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 22 heures 31 min
L'oeuf et la poule

Crise du logement à Paris : les recettes miracles des candidats ignorent les origines du problème

Publié le 05 mars 2012
L'arrivée de la problématique logement dans la campagne n'est pas une surprise. Les candidats proposent chacun leur solution pour régler un problème dont les racines sont historiques. Mauvaise politique d'aménagement du territoire, évolution des réalités sociales et migratoires, autant de maux qui restent peu évoqués dans le débat.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'arrivée de la problématique logement dans la campagne n'est pas une surprise. Les candidats proposent chacun leur solution pour régler un problème dont les racines sont historiques. Mauvaise politique d'aménagement du territoire, évolution des réalités sociales et migratoires, autant de maux qui restent peu évoqués dans le débat.

Il n’est pas surprenant que le débat présidentiel ait porté sur la difficulté de se loger à Paris et dans les grandes métropoles pour les revenus modestes et même moyens.

La mondialisation entraîne partout une stagnation des revenus ordinaires, mais aussi des prix des produits de large consommation, largement importés des pays émergents, l’un compensant en partie l’autre. Au contraire, les très hauts revenus et toutes les valeurs d’actifs se trouvent en hausse : actions (avec des fluctuations, bien sûr) mais aussi immobilier, notamment, dans les quartiers les plus recherchés des métropoles internationales comme Paris. Entre une économie des riches où prix et revenus se sont envolés et une économie des pauvres où ils stagnent, l’immobilier constitue la zone d’interférence : bien de placement pour les plus aisés, nécessité pour les autres.

Cette difficulté à se loger entraîne une demande croissante de logements du secteur protégé, principalement HLM, pour plusieurs raisons. La fragilité des couples fait que bien souvent, au lieu d’un logement, il en faut deux. L'immigration, pas vraiment contrôlée depuis le traité d’Amsterdam (1997), touche d’abord les grande villes. Cette demande en hausse se conjugue avec une offre insuffisante du fait des restrictions de certaines municipalités conservatrices mais aussi de l’absence d’un volontarisme suffisant de la part des gouvernements qui se sont succédés (et que les candidats se proposent tous de rattraper !).

Mais la question ne se serait pas posée avec autant d’acuité si elle n’avait été compliquée par l’abandon de la politique d’aménagement du territoire au cours des dernières décennies. Quand exactement ? Il est difficile de le dire avec précision.

A la fin des années quatre-vingt dix, nous dispositions d’un politique équilibrée. Le livre de Jean-François Gravier, Paris et le désert français (1947), faisait encore autorité et la nécessité de desserrer la métropole parisienne au bénéfice de la province n’était pas discutée. Elle avait favorisée l’essor de plusieurs grandes villes de province. A cela s’était ajoutée une politique des villes moyennes, des petites villes et du monde rural destinée à étaler la population sur tout le territoire. A partir de la venue de la gauche au pouvoir, la plupart de ces dispositifs, décentralisation oblige, ont été transférés aux régions qui ont eu, chacune, des politiques différentes. Etroitement surveillée par Bruxelles, au motif d’assurer la libre concurrence, l’action des régions ne l’était guère par l’Etat central.

Mais à partir de 1990, la mode est revenue aux grandes métropoles. Défendre le monde rural ou les petites villes est devenu ringard, passéiste, voire, aux yeux de certains idéologues de gauche « pétainiste » ( on ne s’en était pas avisé entre 1945 et 1990 !) . Il a été convenu, gauche et droite confondues, que l’aménagement du territoire de papa était dépassé, "qu’à l’heure de l’Europe" et de la mondialisation, la France devait jouer moderne et tout miser sur la promotion de quelques grandes métropoles, à commencer par la principale, la parisienne.

La stratégie du Grand Paris, lancée par l’actuel président, s’inscrit dans la même perspective. Qu’il faille distinguer entre le rayonnement qualitatif de Paris, sans doute nécessaire, et son poids démographique, l’un n’allant pas nécessairement avec l’autre, était une théorie trop subtile pour une haute administration habituée à agir à partir de schémas simples.

On ajoutera les veux dogmes de l’urbanisme à la française : refus du mitage et souci d’économiser les terres agricoles (et donc restriction du périmètre d’urbanisation), nécessité de rapprocher autant que possible les lieux d’habitation des lieux de travail (dogme que le RER et le TGV auraient pu relativiser) et toutes les conditions d’une pénurie de logement avaient été accumulées au fil des ans.

Comme il est à peu près impossible de faire baisser le prix de l’ immobilier parisien – même s’il connaît aujourd’hui un palier – ou d’augmenter  les revenus, la solution à ce problème passe provisoirement par un volontarisme accru en matière de logement social.

Mais la solution à long terme ne saurait être, outre un contrôle sérieux de l’immigration, qu’une reprise hardie de la politique d’aménagement du territoire, scandaleusement remisée aux oubliettes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 05/03/2012 - 21:08
La raison principale: La France plombée par le Socialisme
Les 35 heures, les lois sociales prohibitives, l'absence de cohérence de la politique éducative depuis les années 80 et son inadéquation avec les besoins industriels, ont crées la faiblesse des PME françaises par rapport aux PME allemandes. Les grandes entreprises, au contraire, ont su s'adapter aux effets délétères des politiques Socialistes en délocalisant leurs sites de production, en optimisant fiscalement par leurs investissements étrangers et en maintenant leurs emplois tertiaires et bien payés dans les grandes villes françaises. D'où une raréfaction de l'offre et une inflation des loyers. La solution: certainement pas une politique interventionniste Socialiste qui ne fera que grossir les hyper mégapoles au bord de l'asphyxie et rendra leurs communications plus difficiles et ne résoudra pas le fond du problème: la désindustrialisation par la faiblesse des PME que la Gauche a organisée!
MONEO98
- 05/03/2012 - 19:16
trop de réglementations
le prix du foncier dépend de sa rareté: ubu préside à la délimitation des zones constructibles ou pas
Autorisez la construction partout ,les prix du foncier s'effondreraient... des études ont montré qu'aux usa les prix étaient les plus chers là ou il y avait le plus de restrictions à construire et inversement
cela ne ferait l'affaire de personne (autorités et proprietaires actuels)..donc ça ne fera pas.
l'immobilier locatif est devenu tellement au détriment des propriétaires que sans niches il n'y a plus d'amateurs..., l'année 2012 va le démontrer, si besoin
Dire que la Puissance Publique doit construire du social c'est oublier qu'elle est totalement fauchée et vu sa fiscalité n'a plus les moyens d 'y trouver son financement....
bref comme d'habitude trop d'Etat tue la croissance et nuit à l'ajustement par les marchés;mais cela est inaudible dans le pays le plus communiste de l'europe
iznogoud
- 05/03/2012 - 16:11
Prêts à taux 0, aides.... protections des locataires....
Prêts trop peu chers et aidés (taux zéro) => envolée des prix
Trop de protection des locataires => fuite des propriétaires ou cherté des loyers.

Les solutions ne sont pas "pollitically correct", mais elles sont pourtant simples.....