En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Bonnes feuilles

L'enfance studieuse d'Emmanuel Macron, pourtant surnommé "le vilain petit canard de la famille"

Publié le 19 mars 2017
Elles s’appellent Luisa Valls, Anne Fillon, Pierrette Le Pen, Jeanine Mélenchon, Viviane Le Maire, Andrée Sarkozy ou Emma Bayrou… Qui sont les mères des femmes et des hommes politiques ? Ont-elles forgé leur caractère, et jusqu’à quel point ? Extrait de "Les politiques aussi ont une mère" de Bernard Pascuito et Olivier Biscaye, aux Editions Albin Michel (2/2).
Bernard Pascuito
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Pascuito est journaliste et éditeur. Il a notamment été reporter, puis rédacteur en chef à France dimanche. En 2004, il a fondé sa propre maison d'édition.Biographe, il a publié des ouvrages sur des célébrités diverses, parmi lesquels :...
Voir la bio
Olivier Biscaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien directeur des rédactions du Groupe Nice-matin et Var-matin de 2009 à 2014, Olivier Biscaye, 38 ans, a occupé des fonctions de rédacteur en chef en presse quotidienne et hebdomadaire de 2003 à 2008. Journaliste politique, il a collaboré, animé et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elles s’appellent Luisa Valls, Anne Fillon, Pierrette Le Pen, Jeanine Mélenchon, Viviane Le Maire, Andrée Sarkozy ou Emma Bayrou… Qui sont les mères des femmes et des hommes politiques ? Ont-elles forgé leur caractère, et jusqu’à quel point ? Extrait de "Les politiques aussi ont une mère" de Bernard Pascuito et Olivier Biscaye, aux Editions Albin Michel (2/2).

Quitter ses parents. Un désir qu’on peut imaginer chez un adolescent en pleine révolte. Mais chez un enfant ! Emmanuel l’a tenté pourtant. Pas comme un caprice mais comme une nécessité. C’était une urgence. L’idée le taraude depuis quelque temps. Emmanuel a cinq ans quand il fait son annonce déconcertante. Le blondinet aux yeux bleus, haut comme trois pommes, ne veut plus vivre avec Françoise et Jean-Michel. Il souhaite s’installer chez sa grand-mère maternelle, Germaine. Drôle d’idée tout de même. Mais le garçonnet n’en démord pas. Il est certain que ce sera mieux ainsi.

On imagine alors les parents, assis dans le canapé du salon, surpris et amusés, peut-être un peu inquiets et blessés par tant d’aplomb, s’interrogeant sur les vraies raisons d’une telle requête. Il avance des arguments à ses yeux crédibles. Comme il passe le plus clair de son temps dans la maison de sa mamie adorée, pourquoi ne pas s’y installer définitivement ? C’est vrai que Germaine élève pour ainsi dire son petit-fils depuis qu’il a fait ses premiers pas. Emmanuel a dormi tant de fois chez sa grand-mère que ça ne changerait pas grand-chose finalement. Et c’est si bien ! Le matin, le garçonnet a l’habitude d’aller rejoindre Germaine dans sa chambre « pour écouter ses anecdotes de guerre et ses récits d’amitiés[1] ». Un vrai roman quotidien qui le fait voyager dans la vie de sa grand-mère. Il n’oubliera d’ailleurs jamais « l’odeur du café qu’elle allait parfois préparer dès le milieu de la nuit. Et la porte de ma chambre entrouverte dès 7 heures lorsque je n’étais pas venu encore la rejoindre, s’exclamant avec une inquiétude feinte : “Tu dors encore ?” »… Déménager n’a donc rien de curieux, pense-t-il. C’est même logique, on vous dit. « Alors, c’est d’accord, je peux aller vivre chez ma mamie ? » Non, trois fois non !

La plaidoirie d’Emmanuel n’aura pas convaincu Françoise et Jean-Michel qui refusent tout net. C’est le père qui a parlé. La maman ne dit rien. Souvent, quand elle s’oppose à Emmanuel, c’est par le silence. Il comprend. Chez les Macron, qui ne dit mot ne consent pas forcément. Jean-Michel peut expliquer une décision, Françoise se fait souvent comprendre avec un regard. L’affaire est close donc, mais elle marque la famille[2]. De son côté, l’enfant n’est pas traumatisé par ce refus et n’en nourrit pas d’aigreur particulière. Il ne comprend pas la décision de ses parents mais ne leur en veut pas. Leur a-t-il vraiment tout dit ? Depuis la naissance de son frère cadet Laurent, Emmanuel a le sentiment qu’il est passé au second plan. Il n’est plus la priorité, estime-t-il. Rien d’inhabituel… Ce qui lui pèse encore davantage, c’est l’absence de ses parents, très accaparés par leurs activités professionnelles. C’est vrai que son père, neurologue, agrégé de médecine, travaille énormément, comme sa mère, pédiatre, médecin-conseil de la Sécurité sociale depuis plusieurs années, qui enchaîne des journées très chargées. À Amiens, ils ont une réputation de « gros bosseurs », de professionnels sérieux, impliqués. Les temps de loisirs en famille sont donc trop rares aux yeux d’Emmanuel.

Les Macron se partagent entre leur bureau et leur engagement dans la vie de la cité. Mais ne négligent pas pour autant l’éducation de leurs enfants. Parents peu présents mais parents attentifs. Ils suivent la scolarité d’Emmanuel comme celle de ses frère et sœur. Avec eux, la fratrie partage l’amour de la littérature française, de l’histoire et de la philosophie. Il a été biberonné aux grands auteurs classiques, à la poésie. D’ailleurs, à ses heures perdues, Emmanuel les passe dans la lecture, un peu hors du monde. Françoise et Jean-Michel ont à cœur que leurs enfants apprennent les valeurs de rigueur, du travail bien fait, le goût de l’effort, indispensables à leur évolution. Résultat, Emmanuel additionne les lauriers dans toutes les matières, sans exception. « Mes parents voyaient l’éducation comme un apprentissage de la liberté. » Si les discussions tournent souvent autour de la profession médicale, Emmanuel n’est pas convaincu pour autant de suivre leur voie, même s’il est toujours attiré par les sciences. « Emmanuel est le vilain petit canard de la famille Macron », plaisante une de ses tantes qui égrène la liste des cousins ou oncles médecins. Son frère Laurent est cardiologue, sa sœur Estelle néphrologue. « Je voulais tout simplement un monde, une aventure qui me soient propres. J’ai toujours eu cette volonté-là, choisir ma vie. » Dans un monde corseté, codifié et parfois tout tracé, il n’est pas rare que l’un des enfants s’affranchisse de son milieu. Celui des Macron est d’abord bourgeois, de droite et conventionnel. Une bourgeoisie de province qui se caractérise surtout par sa discrétion. Emmanuel le reconnaît volontiers, ses parents ne lui ont rien imposé. « Je n’ai pas eu de pression. » Une fois encore, Françoise parle peu quand les mots pourraient être désagréables. Elle s’exprime plus facilement quand il s’agit de dire un mot tendre.

« Sois libre », ne cesse d’ailleurs d’insister sa grand-mère. Germaine, c’est sa boussole. Pendant les absences de Françoise et Jean-Michel, c’est elle qui s’occupe du garçonnet. Il la vénère. Il aime sa gentillesse, sa joie de vivre, les histoires qu’elle lui raconte et le temps qu’elle lui consacre, tous les mercredis et samedis. « Je me souviens de son image. De sa voix. Je me souviens de ses souvenirs. De sa liberté. De son exigence. » Et du chocolat chaud qu’ils dégustaient « en écoutant Chopin, en découvrant Giraudoux ». Elle lui apprend le monde, répète qu’il doit très bien travailler à l’école et toujours viser l’excellence. Sa grand-mère ne se contentera pas d’une seconde place à l’école, elle exige la première pour ce petit-fils à qui elle prédit un avenir brillant. Germaine croit dans Emmanuel. Une fois les cours terminés, il passe de « longues heures » à apprendre la grammaire, l’histoire, la géographie… Il lit beaucoup, et à voix haute, « Molière et Racine, Mauriac et Giono ». Gide et Cocteau sont ses « compagnons irremplaçables ». Sa vie de petit-fils, c’est peut-être d’abord celle des livres. « Une vie immobile, une vie heureuse, à lire et à écrire. » Bien calé dans sa ville natale.


[1] Emmanuel Macron, Révolution, XO, 2016.

[2] Entretien avec des proches, octobre et novembre 2016, Amiens, Paris.

Extrait de Les politiques aussi ont une mère de Bernard Pascuito et Olivier Biscaye, aux Editions Albin Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 20/03/2017 - 17:48
Il est totalement évident que l'enfance et l'education
est totalement determinente dans toute la vie d'un être humain. C'est aussi la raison pour laquelle Macron est très comparable et amis de Hollande. C'était lui le plus proche conseiller de Hollande et son chouchou. Par conséquent, je crains qu'il sera sympathique, mais mou incapable de prendre des décisions fortes indispensables ou de négocier des accords dans l'intérêt de la France necessaire a la fonction de Président. Les deux MLP et Macron sont des novices qui mettront comme Hollande deux ans à comprendre leur rôle et d'être en capacité de gouverner et feront du sur place. Ce soir nous allons écouter leurs promesses pour se faire élire, comme d'habitudes mais ayant les programmes les plus coûteux ne pourront les réaliser. Seul le programme de Fillon est équilibré car mettrait à égalité parfaite public et privé, 20 milliards d'économie par ans, soit 100 millards sur 5 ans. Il est le seul à vouloir revenir à l'équilibre budgétaire quant les autres comptent augmenter de nouveau la dette léguée à nos enfants.
Citoyen Ordinaire
- 20/03/2017 - 13:21
On s'en branle un peu non ?
Plutôt s’intéresser à ses non dits d'aujourd'hui et à ses projets de s'attaquer aux pauvres...
ISABLEUE
- 20/03/2017 - 12:31
Franchement....
l'ainé jaloux des autres enfants, quoi de plus normal.. les souvenirs des grands parents, l'odeur du café , le gout des confitures etc... tout le monde garde cela dans ce cœur... je ne comprends pas où l'auteur veut en venir....