En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 33 min 7 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 27 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 5 heures 30 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 6 heures 33 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 8 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 4 heures 58 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 5 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 12 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 7 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 15 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 8 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 9 heures 38 min
Atlanti-culture

Coup de coeur de la semaine : "Loving"

Publié le 19 février 2017
Avec son dernier film sur la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis à la fin des années 50, Jeff Nichols a réussi un coup de maître: histoire, images, direction d'acteurs. On n'est pas loin du chef d'oeuvre.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec son dernier film sur la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis à la fin des années 50, Jeff Nichols a réussi un coup de maître: histoire, images, direction d'acteurs. On n'est pas loin du chef d'oeuvre.

CINEMA

 

LOVING 

de JEFF  NICHOLS

avec JOEL EDGERTON et RUTH NEGGA

 

 

LE REALISATEUR

 

Ancien étudiant à la North Carolina School of Arts, section cinéma, Jeff Nichols, né le 7 décembre 1978 à Little Rock en Arkansas, s’est fait un nom dès son premier film en tant que réalisateur, Shotgun Stories, un électrique néo-western tourné dans les plaines de son Etat natal et porté par la prestation viscérale de Michael Shannon. 

 

Depuis, outre ses activités de directeur de production, le jeune cinéaste américain a tourné quatre autres films : Take Shelter en 2011, un drame vibrant qui repartit de Cannes auréolé du Grand Prix de la Semaine internationale de la critique; Mud en 2012, interprété par un impressionnant Matthew Mc Conaughey et qui fut sélectionné en compétition officielle du festival de Cannes; Midnight Special en 2016; et ce Loving, sorti la même année aux Etats-Unis, et qui fut également choisi pour la compétition officielle du dernier festival de Cannes.

 

Particularité de Jeff Nichols : il est fidèle. Son chef opérateur, Adam Stone, rencontré alors qu’il était encore étudiant, est au générique de tous ses films. L’acteur Michael Shannon, aussi, même si dans ce Loving, il n’a qu’une seule scène (mais quelle scène !). La fidélité de Jeff Nichols vaut aussi pour son inspiration. Tous ses scénarios sont ancrés  dans le Sud des Etats-Unis.

 

THEME

 

Loving est un film tiré d’une histoire vraie, celle d’un couple qui, à la fin des années 50, osa contrevenir aux lois ségrégationnistes alors en vigueur dans leur contrée. Nous sommes à Central Point, en Virginie, en 1958. Richard Loving, un homme taiseux, têtu, travailleur, et maçon de profession, aime la douce Mildred Dolores. Quand Mildred tombe enceinte de leur premier enfant, Richard décide de l’épouser. Le mariage a lieu à Washington, puis les deux amoureux retournent vivre à Central Point. 

Ce qui devrait être un mariage normal ne le sera pas. Mildred est noire, Richard est blanc, et dans leur Etat, les mariages mixtes sont interdits.  Après une arrestation très brutale, le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’Etat. Il doit obtempérer. Mais considérant que leurs droits civiques ne sont pas respectés, et ayant envie de rentrer "chez eux", les jeunes époux  finiront  par porter plainte et solliciter l’aide du ministre de la Justice, Robert Kennedy. Leur combat, soutenu par des juristes d’exception, durera sept ans. En 1967, une décision de la Cour Suprême déclarera anticonstitutionnelle toute loi interdisant les mariages mixtes. Malgré eux, les Loving entreront dans l’Histoire.

 

POINTS FORTS

 

- Au début des années 2010,  l’histoire de ce couple avait donné lieu à un documentaire qui avait bouleversé critique et public. Parmi les spectateurs se trouvait Colin Firth, qui, le premier, y vit un formidable sujet pour le cinéma. Le comédien avait raison : Loving a suscité ce biopic en forme de mélodrame d’une intensité rare.  

 

Le formidable est que ce film, écrit et conduit  par Jeff Nichols, évite tous les écueils du genre. Il n’est ni académique, ni spectaculaire, ni tonitruant, ni pleurnichard, ni hyperbolique dans les sentiments. Il est, au contraire, d’une sobriété exemplaire. Chaque scène, chaque plan est signifiant, mais sans effet ni affect. Précise, tout autant que discrète et tendre, la caméra s’arrête sur le quotidien d’un couple simple, qui, ne demandant rien d’autre que de pouvoir vivre librement au grand jour, s’est placé, malgré lui, dans la position intenable des hors-la-loi. On s’attache d’autant plus à ces deux là que, dans leurs rêves, ils n’accordent de place, ni à l’argent, ni à la réussite, ni non plus à la notoriété. Chez eux, l’amour et la liberté ont pris tout l’espace.

 

- La façon dont Jeff Nichols filme leur histoire est magnifique. Elle est à la fois ample et intime. Les cadrages sont parfaits, les dialogues au cordeau. Pas un mot de trop. Aucun pathos ; des ellipses, irréprochables, qui n’édulcorent rien, n’obstruent jamais non plus la compréhension de l’intrigue. Et d’un bout à l’autre, une émotion qui sourd sous chaque image.

 

- Les interprètes du film sont au niveau de la réalisation. Dans le rôle de Mildred, exceptionnelle de grâce, de retenue et de détermination, Ruth Negga. Avec ce rôle, la comédienne londonienne de trente-quatre ans, née d’une mère irlandaise et d’un père éthiopien, et jusque là essentiellement connue au théâtre, fait une entrée fracassante au cinéma. Elle est d’ailleurs en lice pour l’Oscar 2017 de la meilleure actrice. L’acteur australien, Joël Edgerton, qui campe un Richard Loving mutique, époustouflant d’intensité,  mérite les mêmes dithyrambes. 

 

POINTS FAIBLES

 

Sauf à aimer les films dégoulinants de bons sentiments ou rythmés artificiellement par un montage bourré d‘effets, il n’y a pas de point faible.

 

EN DEUX MOTS

 

En 2007, son premier film Shotgun Stories avait placé d’emblée Jeff Nichols dans la cour des grands réalisateurs. Ce n’est pas son cinquième opus qui l’en fera sortir. Avec ce Loving, qui, une fois encore, explore le Sud Américain dans ce que cette région n’a pas de plus glorieux,  le cinéaste confirme son talent, son souffle et sa singularité. Il nous donne du cinéma comme on l’aime, d’une grande beauté formelle, du fond (mais sans pathos et sans donner de leçon), et aussi, des acteurs à leur meilleur, dont on comprend à la façon dont il les filme, à quel point il les aime. 

 

UN EXTRAIT

 

"Dans son cinéma, Jeff n’est jamais dans l’esbroufe. Dans Loving, il adopte un point de vue très subtil sur l’affaire de ce couple. C’est grâce à ces nuances qu’il tient un propos extrêmement actuel dans lequel tout le monde peut se reconnaître". Joel Edgerton.

 

RECOMMANDATION : EN PRIORITÉ

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires