En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 4 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 9 heures 11 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 9 heures 56 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 13 heures 9 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 4 heures 37 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 8 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 9 heures 32 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 10 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 14 heures 23 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 16 heures 16 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Bonnes feuilles

Le chômage, cette si cruelle exception française...

Publié le 19 février 2017
Au terme d’un quinquennat désastreux, la France est devenue l’homme malade d’une Europe, elle-même menacée de désintégration par le Brexit. Pourtant, la France et les Français ne sont nullement condamnés au déclin. Ni à l’humiliation. Ils disposent d’atouts majeurs, à commencer par les talents et les cerveaux, la culture et la civilisation dont ils sont les dépositaires. Et les solutions du mal français sont parfaitement connues. Ne nous manque que l’essentiel : la volonté (pour nous redresser) et le chemin (pour nous réformer). Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel (2/2).
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au terme d’un quinquennat désastreux, la France est devenue l’homme malade d’une Europe, elle-même menacée de désintégration par le Brexit. Pourtant, la France et les Français ne sont nullement condamnés au déclin. Ni à l’humiliation. Ils disposent d’atouts majeurs, à commencer par les talents et les cerveaux, la culture et la civilisation dont ils sont les dépositaires. Et les solutions du mal français sont parfaitement connues. Ne nous manque que l’essentiel : la volonté (pour nous redresser) et le chemin (pour nous réformer). Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel (2/2).

La lutte contre l’emploi

8 juin 2015

Plus que jamais, la France s’affirme comme la terre d’élection du chômage permanent. À la fin d’avril 2015, elle compte 3,54 millions de chômeurs de catégorie A et 5,64 millions de personnes à la recherche d’un emploi. La nature structurelle du chômage français est confirmée par l’explosion du chômage de longue durée, en hausse de 10 % sur un an et de 140 % depuis 2008. Son envol a pour corollaire la suppression de 74 000 postes de travail en un an, qui ramène le nombre d’emplois marchands en dessous de 15,8 millions.

La situation du marché du travail français est d’autant plus inquiétante que les séquelles de quatre décennies de chômage de masse pourraient être aggravées par la révolution des technologies de l’information, qui remettront en cause la moitié des emplois actuellement existants d’ici à 2030.

Le chômage est un cancer qui détruit non seulement l’économie, mais la société et la nation. Il bride la reprise. Il impulse la spirale infernale de la paupérisation et de l’exclusion. Il broie les individus qu’il fait basculer dans l’anomie. Il désintègre les territoires et la cohésion de la nation. Il fait le lit de l’extrémisme et des populismes.

Toutes les démocraties, depuis les tragiques années 1930, savent donc que le chômage est l’ennemi mortel du développement comme de la liberté. Dès lors, tout doit être tenté pour l’enrayer. Et force est de constater que c’est possible, car le chômage n’a rien d’une fatalité. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont réussi à rétablir le plein emploi avec des taux de chômage ramenés à 5,4 %, 5,6 % et 4,7 %. Partout, la reprise s’accompagne de créations d’emplois : 2,95 millions aux États-Unis et 700 000 en Espagne en 2014 ; 1,8 million au Royaume-Uni au cours des cinq dernières années ; 42,8 millions de postes de travail en Allemagne ce qui constitue un record historique.

La responsabilité du chômage français ne peut être imputée à la mondialisation ou à l’Europe. Son origine est nationale. Elle est très simple : les autres pays luttent contre le chômage ; la France, elle, lutte contre l’emploi – avec une efficacité particulièrement remarquable depuis 2012 puisque, dans un contexte de reprise mondiale, François Hollande aura tenu la gageure de créer 642 000 chômeurs et de détruire 300 000 emplois.

Le retour au plein emploi dans les pays développés ne doit rien au hasard. Il résulte des réformes pour conforter la rentabilité des entreprises et encourager l’emploi marchand, diminuer le coût du travail, réduire les freins à l’embauche, introduire plus de flexibilité, diminuer les inégalités au sein du marché du travail, investir dans la formation et l’éducation. Ce n’est pas la reprise qui a réduit le chômage. Ce sont les réformes qui ont déclenché la reprise et permis le redressement des pays développés, la restauration des marges des entreprises générant l’investissement et l’emploi, qui dégagent les ressources fiscales permettant le rééquilibrage des finances publiques et le désendettement des États.

La France a pris le parti inverse. Elle attend tout d’un retour providentiel d’une croissance tirée par l’extérieur. Elle a misé sur un choc fiscal qui a ruiné les entreprises, bloqué l’investissement et effondré sa compétitivité. Non seulement elle s’est refusée à engager des réformes du marché du travail, mais elle fait le contraire : augmentation du Smic et du coût du travail (34,6 euros par heure contre 31,4 euros en Allemagne, 28,3 en Italie et 21,3 en Espagne) ; durcissement de la législation et des obstacles au licenciement ; augmentation des inégalités entre le noyau dur des ultraprotégés et la galaxie des précaires ; envol des prélèvements dus par les entreprises (18 % du PIB contre 14,5 % en Italie, 12 % en Espagne et 9 % en Allemagne) ; multiplication des emplois aidés dans le secteur non marchand (480 000) ; pénalisation de l’apprentissage et des emplois familiaux ; désintégration de l’enseignement public qui rejette chaque année 161 000 jeunes sans aucune formation, nombre promis à exploser avec la pseudo-réforme du collège.

Le chômage voit culminer la schizophrénie de nos dirigeants. Les mots ne cessent de jurer avec les faits. D’un côté, François Hollande prétend lier son destin au reflux du chômage. De l’autre, il poursuit une politique du plein chômage. Avec pour derniers avatars le monstre bureaucratique du compte de pénibilité et l’inouïe loi Rebsamen qui, conçue pour simplifier et alléger les seuils sociaux, alourdit les obligations des entreprises à tout niveau et abaisse le seuil supérieur de 5 000 à 1 000 salariés. Encore le pire est-il à venir avec la déclaration de François Hollande selon laquelle le temps de la redistribution est venu, au moment où l’effondrement de l’appareil de production s’emballe et où de premières tensions apparaissent sur les taux d’intérêt.

Tout a été tenté en France pour lutter contre l’emploi, mais rien n’a été entrepris pour lutter contre le chômage. Les remèdes sont parfaitement connus : redressement du taux de marge des entreprises et innovation ; baisse des impôts et des prélèvements sur le travail ; flexibilité du marché et des contrats ; développement du travail indépendant ; sortie des 35 heures ; dégressivité des indemnités de chômage ; basculement des crédits affectés aux emplois aidés vers l’alternance et l’apprentissage ; réforme du système éducatif.

Tout est su, peu est dit, rien n’est fait. Voilà pourquoi le chômage reste une exception française. Voilà pourquoi il est avant tout un problème politique. Un problème de volonté et de courage. Pourtant, s’il est vrai que les réformes indispensables pour lutter contre le chômage comportent un risque, la poursuite de la politique de lutte contre l’emploi qui crée le chômage de masse donne la certitude d’être battu, comme l’ont éprouvé toutes les majorités depuis 1981. Sans réformes, il n’y a pas de diminution du chômage. Et sans diminution du chômage, il n’y a pas de réélection.

Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/02/2017 - 20:04
Programme de Marine Le Pen pour l'emploi
34 Mettre en place un plan de ré-industrialisation dans le cadre d’une coopération associant l’industrie et l’État-stratège pour privilégier l’économie réelle face à la nance spéculative.
35 Soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d’un protectionnisme intelligent et le rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à notre économie, levier de notre compétitivité.
36 A n d’assurer la protection des consommateurs et la concurrence loyale, interdire l’importation et la vente de produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français. Parallèlement, soutenir le « Fabriqué en France » par un étiquetage obligatoire, clair et loyal sur l’origine des produits et denrées commercialisés en France