En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 8 heures 11 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 49 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 43 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 46 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 51 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 41 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 53 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 17 heures 19 min
© Capture d'écran / Opéra de Paris
© Capture d'écran / Opéra de Paris
Atlanti-culture

Le coup de cœur de la semaine : "Cosi fan tutte" : Musicalement et vocalement, Mozart au sommet

Publié le 12 février 2017
L'Opéra de Paris offre une version d'une qualité exceptionnelle de "Cosi Fan Tutte". Sauf sur un point : la mise en scène, aïe, aïe, aïe...
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Opéra de Paris offre une version d'une qualité exceptionnelle de "Cosi Fan Tutte". Sauf sur un point : la mise en scène, aïe, aïe, aïe...
OPERA
 
"COSI FAN TUTTE" 
de MOZART
mise en scène : ANNE TERESA DE KEERSMAEKER
direction musicale : PHILIPPE JORDAN
 
 
INFORMATIONS/RESERVATIONS
 
OPERA DE PARIS
Palais Garnier
Place de l’Opéra
75009 Paris
jusqu’au 19 février
 
 
LE COMPOSITEUR
 
Né à Salzbourg le 27 janvier 1756, Wolfgang Amedeus Mozart est un enfant prodige. Il commence à prendre des leçons de clavecin à quatre ans et à six, il fait ses premiers pas dans la composition. Grâce à son mentor de père, il connaît très vite la célébrité, comme compositeur et comme interprète car non seulement, il joue aussi du violon, du piano forte, de l’orgue, mais en plus, il chante !
Il occupera plusieurs postes musicaux dans différentes institutions,  et cela, jusqu’à sa mort, dans la misère le 27 janvier1791 à Vienne, où, faute de moyens financiers, ses proches durent se résoudre à l’enterrer dans la fosse commune.
Malgré sa brève existence, Mozart reste comme l’un des compositeurs les plus prolixes, car cet artiste, qualifié de « divin », s’est  essayé à tous les styles, de l’opéra  à la musique sacrée, en passant par la musique de chambre, etc… Beaucoup de ses pièces sont considérées comme des chefs d’œuvre.
Après «  les Noces de Figaro » ( 1786) et « Don Giovanni » (1787), « Cosi fan tutte » (1789) est le troisième  opéra de sa  trilogie avec le librettiste italien Da Ponte. L’œuvre fut créée à Vienne le 26 janvier 1790, soit un an, presque jour pour jour avant la disparition du compositeur.
 
THEME
 
Contrairement aux « Noces de Figaro » et à « Don Giovanni », « Cosi fan tutte » n’est pas l’adaptation d’une œuvre littéraire. Même si on y retrouve, entre autres, des bribes des « Métamorphoses » d’Ovide, le livret  serait inspiré d’une histoire véridique, qui circulait dans les salons viennois de l’époque.
Il s’agit de deux hommes qui vont parier sur la fidélité de leur promise respective et dont ils sont fort amoureux. Pour ce faire, ces deux compères  vont monter une petite mise en scène. Avec l’aide d’un troisième larron, ils vont faire croire à leur amoureuse, en pleurs, qu’ils doivent, soudain, partir à la guerre. Ils vont revenir à elles, travestis et méconnaissables, et leur faire une cour assidue, chacun essayant de séduire la fiancée de l’autre. L’une va résister un peu plus longtemps que l’autre, mais toutes les deux finiront par succomber au charme de ces nouveaux prétendants… 
Ainsi, font-elles toutes (en Italien, Cosi fan tutte), va conclure Mozart, partagé entre folle gaité et profonde mélancolie.
 
 
POINTS FORTS
 
- D’abord, la partition, l’une les plus divines qui soient, et  qui offre aux chanteurs et à l’orchestre des moments d’une beauté assez sublime . Mozart n’a que 34 ans quand il la compose. D’un côté, c’est un jeune homme jeune, vif, malicieux, sensuel et ludique, de l’autre, un adulte, triste et désenchanté. Sa précocité lui ayant tout fait connaître de la nature humaine, il ne se fait plus guère d’illusion, ni sur la sincérité, ni sur la fidélité. Peut-être, aussi, devine-t-il, déjà, qu’il ne vivra plus longtemps. En tous cas, tous ces sentiments, à la fois contradictoires et complémentaires, vont cohabiter dans sa musique, qui va alterner moments d’une allégresse et d’une pureté  à faire venir les larmes aux yeux, et passages d’une profondeur et d’une gravité bouleversantes aussi. 
Le « divin » Mozart est au summum de son art…
 
- La distribution. Elle est composée de six chanteurs, qui, tous, ici, ont  (encore) l’âge de leur rôle, et sont, tous, parfaits dans leurs personnages respectifs. Tous possèdent un magnifique timbre de voix. Ils chantent à merveille et bougent avec une vivacité qui fait plaisir à voir. Leurs personnages sont à l’aube de leur vie d’adulte et leur prestation a quelque chose de printanier qui met le public en joie…
 
- La direction d’orchestre. Assurée par Philippe Jordan, et passées les premières mesures un peu ternes ce soir là, elle est, comme d’habitude avec ce chef, sensationnelle de précision, de délicatesse et d’élégance. On écoute… et on imagine, tant le son est céleste, que Mozart est là, au dessus de l’épaule de cet immense chef. Mais comment fait-il pour diriger parallèlement (et avec autant d’intelligence) « Lohengrin » à Bastille ?
 
- Le décor. Blanc, minimaliste (le plateau est nu, bordé à cour et à jardin de panneaux de plexiglas qui permettent de voir les coulisses), il laisse tout son volume au chant, au déplacement des interprètes…
 
POINTS FAIBLES
 
La mise en scène… Aie , aïe , aïe. On a beau admirer Anne Teresa de Keersmaeker, s’être précipité à cette création, on ne peut qu’avouer notre déception. 
La chorégraphe belge a doublé chacun des six chanteurs d’un danseur. L’idée aurait pu être formidable, si les mouvements de ces derniers avaient accompagné, magnifié la partition musicale. Hélas, ils se limitent à des déplacements et gesticulations géométriques, pas toujours gracieux, et souvent, semble-t-il, à contre-sens des intentions du compositeur. 
Les danseurs tournoient comme des toupies autour des chanteurs, que la mise en scène contraint à se pencher dans tous les sens ou à se jeter au sol. 
Visuellement, ce n’est ni ridicule ni hideux, mais « Cosi … » perd sa sensualité joyeuse et  sa profonde mélancolie.
 
EN DEUX MOTS
 
Les opéras de Mozart ont ceci d’unique : à la seule condition d’être bien  dirigés et chantés, ils peuvent supporter tous les traitements scéniques. Le compositeur est tellement génial, qu’il l’emporte toujours.  Le soir de la première de ce « Cosi … », à travers les ovations qui accueillirent, aux saluts, les chanteurs et le chef, il était palpable que c’est aussi  au compositeur qu’on rendait grâce. 
Et ces applaudissements, plus qu’enthousiastes,  finirent par couvrir les huées qu’une partie de la salle  destina à Anne Teresa de Keersmaeker, dont quoi qu’il en soit , on  attend, avec une impatience  bienveillante, la prochaine création chorégraphique.   
 
UN EXTRAIT
 
Ou plutôt deux:
- « L’œuvre se replie sur l’essentiel : l’humain, le sentiment, l’émotion. C’est le Mozart le plus intime qui s’y exprime, tout en cherchant une perfection formelle absolue ». Philippe Jordan, directeur musical. 2017
- « Heureux celui qui prend toute chose du bon côté, et dans les revers de fortunes et de mésaventures se laisse  guider par la raison». Lorenzo da Ponte, librettiste.1790
 
 
RECOMMANDATION : EXCELLENT malgré les réserves émises quant à la mise en scène.
 
                                                                     
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires