En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 17 min 58 sec
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 1 heure 38 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 5 heures 33 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 8 heures 2 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 1 heure 5 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 2 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 8 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Le Prophète et le Prolétariat, ou la conjonction des ressentiment

Publié le 11 février 2017
Il existe assez de racismes véritables pour que l’on n’en invente pas d’imaginaires.Depuis trente-cinq ans, le terme d’« islamophobie » anéantit toute parole critique envers l’islam. Il a pour double finalité de bâillonner les Occidentaux et de disqualifier les musulmans réformateurs. Une grande religion comme l’islam n’est pas réductible à un peuple puisqu’elle a une vocation universelle. Lui épargner l’épreuve de l’examen, entrepris depuis des siècles avec le christianisme et le judaïsme, c’est l’enfermer dans ses difficultés actuelles. Et condamner à jamais ses fidèles au rôle de victimes, exonérées de toute responsabilité dans les violences qu’elles commettent (1/2). "Un racisme imaginaire", publié chez Grasset.
Pascal Bruckner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Bruckner est un romancier et essayiste. Il est l’auteur, entre autres, de La tentation de l’innocence (prix Médicis de l’essai, 1995), Les voleurs de beauté (prix Renaudot, 1997), Misère de la prospérité (prix du Meilleur livre d’économie, prix...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il existe assez de racismes véritables pour que l’on n’en invente pas d’imaginaires.Depuis trente-cinq ans, le terme d’« islamophobie » anéantit toute parole critique envers l’islam. Il a pour double finalité de bâillonner les Occidentaux et de disqualifier les musulmans réformateurs. Une grande religion comme l’islam n’est pas réductible à un peuple puisqu’elle a une vocation universelle. Lui épargner l’épreuve de l’examen, entrepris depuis des siècles avec le christianisme et le judaïsme, c’est l’enfermer dans ses difficultés actuelles. Et condamner à jamais ses fidèles au rôle de victimes, exonérées de toute responsabilité dans les violences qu’elles commettent (1/2). "Un racisme imaginaire", publié chez Grasset.

En 1994, un certain Chris Harman, leader du SWP (Socialist Workers Party), le minuscule parti trotskiste britannique affilié à la quatrième Internationale, écrit un long article intitulé « Le Prophète et le Prolétariat ». Il y prône une alliance entre militants de gauche et associations musulmanes radicales qu’on aurait tort, selon lui, de qualifier de rétrogrades. Il faut au contraire ramener les brebis égarées de l’islamisme dans le giron de la gauche et les mobiliser au service de la seule cause qui vaille : la destruction du capitalisme. « Par le passé, la gauche a commis deux erreurs face aux islamistes. La première a été de les considérer comme des fascistes avec lesquels rien de commun n’était possible.

La seconde a été de les considérer comme des progressistes qu’il ne fallait pas critiquer. L’islam, comme toutes les grandes religions, a toujours su s’adapter aux conditions matérielles et osciller entre la promesse d’une certaine protection pour les opprimés et d’une protection pour les oppresseurs, garantis de tout renversement par la force. » Rappelant qu’aux riches est faite seulement l’obligation de l’impôt islamique, le zakat de 2,5 % en faveur des pauvres, Chris Harman voit dans l’appel au retour du califat, aux pratiques en usage au temps du Prophète, une façon de se révolter contre la situation de l’époque. Il s’agit de ressusciter l’esprit fondateur de l’islam comme le fit Khomeini en son temps. Les fondamentalistes ne veulent pas tant revenir en arrière que fusionner tradition et modernité, en régénérant la religion. Tous ne sont donc pas réactionnaires. L’islamisme, explique le leader trotskiste, est un mouvement révolutionnaire qui porte de réels intérêts de classe mais ne va pas jusqu’au bout de sa logique. Certaines classes, notamment dans l’agriculture, ont perdu le confort de leur mode de vie antérieur sans acquérir une quelconque sécurité matérielle. La mosquée devient alors leur point de repère, un sas entre une modernité mal comprise et un environnement traditionnel. Mais ces mouvements politico-religieux ne sont pas vraiment progressistes : ils épargnent les classes dominantes et s’ils mobilisent la colère populaire, ils l’étouffent aussi. La religion, selon un paradoxe déjà perçu par Marx, est indistinctement résistance et oppression.

De là qu’en terre d’Islam, les soulèvements dégénèrent souvent en combats fratricides. Les islamistes savent cristalliser la colère de la majorité et obéir « aux ordres d’un Comité central occulte » mais ils s’arrêtent à mi-chemin. Leur radicalisme est une « utopie émanant d’une fraction déchue de la nouvelle petite bourgeoisie ». On ne peut ni les condamner ni les approuver dans leur répression des femmes libres, des homosexuels et des minorités ethniques ou religieuses. Conclusion : « Les islamistes ne sont pas nos alliés mais nous ne devons pas les écarter tout à fait » car ils oscillent entre rébellion radicale et compromissions. Les communistes révolutionnaires doivent alors profiter de ces contradictions. « Là où les islamistes sont dans l’opposition, notre règle de conduite doit être : “Avec les islamistes quelques fois, avec l’État jamais”. » L’ironie de cette analyse tient tout entière dans sa disproportion : elle provient d’une secte microscopique, issue d’une dissidence d’un mouvement communiste à l’agonie, et qui juge opportun ou non de s’allier à une religion forte d’un milliard et demi d’hommes. L’islam parle au nom de Dieu, Chris Harman au nom de Léon Trotski, ce Staline avorté, le perdant radical du bolchevisme, assassiné au Mexique en 1940 par Ramón Mercader, sur ordre du Petit Père des peuples. D’où le désé- quilibre du Socialist Workers Party : ce groupuscule de quelques milliers d’adhérents, produit de multiples scissions de la quatrième Internationale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 11/02/2017 - 21:52
Ben oui, les gauchistes sortent des wagons de conneries
... d'ailleurs en 68 ils ont explosé leurs quotas et tu en sais quelque chose, hein ? C'est tout de même ballot que tu sois sorti de la chapelle marxiste pour entrer presque directement chez les néo-cons car finalement tu n'auras jamais été dans le camps de la France. Alors oui, c'est sympa de viser les islamistes mais pense un peu plus au pays qui t'a nourri malgré toutes tes conneries