En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Le cerveau et ses préjugés racistes

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 14 heures 16 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 15 heures 54 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 18 heures 48 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 22 heures 51 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 22 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 23 heures 23 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 16 heures 10 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 20 heures 13 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 20 heures 46 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 22 heures 34 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 22 heures 58 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 23 heures 22 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 23 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Trou noir

Pourquoi les excédents commerciaux records allemands devraient nous inspirer autre chose que de la simple admiration

Publié le 10 février 2017
Année après année, Berlin enchaîne des chiffres commerciaux de plus en plus impressionnants. Pourtant, et au lieu de jalouser les résultats allemands, les dirigeants français feraient mieux de prendre la mesure des effets désastreux de cette politique sur l'équilibre économique européen
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Année après année, Berlin enchaîne des chiffres commerciaux de plus en plus impressionnants. Pourtant, et au lieu de jalouser les résultats allemands, les dirigeants français feraient mieux de prendre la mesure des effets désastreux de cette politique sur l'équilibre économique européen

Atlantico : Pour cette année 2016, l'Allemagne affiche un excédent commercial de 252 milliards d'euros. Berlin affiche des records historiques les uns après les autres au cours de ces dernières années. Par quels moyens l'Allemagne parvient elle à afficher de tels résultats ?

Nicolas Goetzmann : Ce qui est le plus intéressant avec ce chiffre, c'est que les commentaires sont élogieux vis-à-vis de la position commerciale allemande. Or, il s'agit d'une cause essentielle du déséquilibre économique européen. Parce que les questions de commerce international sont souvent analysées d'un point de vue simpliste bâti sur le concept de "compétitivité". Mais la balance commerciale est en réalité le fruit d'une identité comptable autre que celle du simple rapport "importations-exportations", il s'agit du rapport entre épargne et investissement. Lorsque l'épargne est supérieure à l'investissement, le résultat est une balance commerciale positive. En l'occurrence, l'Allemagne affiche un surplus d'épargne conséquent couplé avec un taux d'investissement relativement faible, et inférieur à celui de la France. De plus, il ne s'agit pas d'un surplus d'épargne des ménages, selon le présupposé d'une population allemande vertueuse, mais d'un surplus d'épargne de la part des entreprises. Or, ce surplus d'épargne des entreprises est la conséquence d'une distribution des revenus inégalitaire. En gros, la population allemande ne voit pas la couleur de ses efforts, et son niveau de revenu est décorrélé de sa capacité de production. Ainsi, la population allemande n'a pas les moyens d'absorber l'ensemble de ce qu'elle produit, c'est ce qui explique l'excédent commercial.

Selon une note publiée par la DG trésor, cet excédent commercial allemand aurait pour effet de "peser sur la demande adressée aux autres économies de la zone euro". Quels sont les mécanismes à l'œuvre ? 

L'Allemagne agit comme une sorte de trou noir de la demande au sein de la zone euro ; puisqu'il s'agit de la plus grande économie du continent. En choisissant délibérément d'être en état de sous consommation et de sous-investissement, l'Allemagne parvient à ce résultat excédentaire, mais elle déséquilibre le continent en produisant un "manque" de demande. C'est exactement le problème pointé par la note de la DG Trésor :

"Ces déséquilibres pourraient nuire durablement à l'activité économique en zone euro. D'une part, la faiblesse de la demande interne des pays en excédent courant (liée notamment à une hausse du niveau d'épargne désiré par les agents) pèse sur la demande adressée aux autres économies de la zone euro"

Donc, au lieu de regarder l'Allemagne avec admiration en supposant que ce résultat est la conséquence de la très bonne qualité de ses produits, il faudrait comprendre qu'il s'agit d'une agression commerciale caractérisée. Il est d'ailleurs intéressant de noter que les règles européennes indiquent qu'un excédent commercial d'un pays membre ne doit pas dépasser le seuil de 6% du PIB. Or, le solde allemand est supérieur à ce chiffre depuis plusieurs années, et Wolfgang Schäuble, ministre des finances du pays, a déjà pu indiquer qu'il n'avait aucune intention de changer de stratégie.

La DG trésor semble également remettre en cause le processus général de baisse du coût du travail en Europe, selon la logique de compétitivité. Quelles en sont les raisons ?

Voici ce qu'indique la DG Trésor :

"Dans ce contexte, la procédure pour déséquilibres macroéconomiques (MIP), destinée à corriger ces déséquilibres, a encouragé un mouvement de baisse du coût du travail. En particulier le cadre d'analyse retenu prévoit une évaluation asymétrique entre excédent et déficit courant, ce dernier étant considéré plus risqué. Ainsi, si elle a contribué à réduire les déficits courants, cette procédure ne permet pas de répondre à l'amplification des excédents courants néerlandais et allemands en parallèle. Elle a donc encouragé le mouvement général de baisse du coût du travail, pesant sur la demande et l'inflation, sans permettre de faire converger symétriquement les soldes courants."

La logique est la suivante. Puisque l'Allemagne sous paye ses salariés par rapport à leur capacité de production, les autres pays sont entrainés dans une compétition absurde pour pouvoir rivaliser. Mais pour qu'une forme d'équilibre puisse voir le jour, il faudrait déjà que l'Allemagne corrige sa position, c’est-à-dire qu'elle laisse les salaires progresser pour combler l'écart qui existe aujourdhui. La seconde raison de la problématique posée par la baisse du cout unitaire du travail est que celle-ci engendre une stagnation voir une baisse de la consommation et donc, de l'intérêt des entreprises à investir dans les pays concernés. La croissance ne va pas revenir toute seule, sans consommation et sans investissement. C'est une logique de dépression. Le bon moyen pour rééquilibrer l'ensemble, c'est que l'Allemagne pousse ses salaires et ses investissements, et que les autres pays se corrigent en relatif au rythme d'une croissance soutenue en Europe. Sans cela, la convergence européenne ne pourra pas se produire. Un tel défi dépend beaucoup de la Banque centrale européenne qui est seule à pouvoir véritablement soutenir la croissance en Europe, ce qui aboutira à une forme de contrainte à la hausse sur les salaires allemands. En effet, puisque le pays affiche un contexte de plein emploi, plus la demande sera forte, plus les salariés gagneront en pouvoir de négociation. Mais le gouvernement doit également pousser les syndicats en ce sens. De plus, une relance budgétaire allemande permettra de donner un coup de pouce à un tel processus. Le problème, c'est que pour le moment, Berlin ne veut rien entendre. Au final, au lieu de s'émerveiller devant l'excédent allemand, les dirigeants français devraient en faire un casus belli au niveau européen. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Danper
- 11/02/2017 - 11:40
Hollande et la Gauche, les grands coupables
Lorsque Renzi a proposé que l'Allemagne soit sanctionnée pour non-respect des limites de l'excédent budgétaire et commercial, personne n'a suivi et surtout pas la France. Il est en effet impossible de réduire les déficits et de faire une relance en même temps quand la dette atteint 132 % du PIB (environ 100 % pour la France). De plus, cela fait des années que l'Italie rentre dans les paramètres de déficit de 3% avec comme conséquence une croissance inférieure à la moyenne de moins de 1%. La France qui ne respecte pas ce critère depuis des années maintient une croissance légèrement supérieure financée entièrement par l'augmentation de sa dette. En conclusion, l'Allemagne appuyée par la France impose aux autre partenaires des règles que ces deux pays ne respectent pas, bien que d'une manière différente. Pour terminer,
il est évident que les gouvernements sont responsables du creusement de la dette et coupables de ne pas vouloir la réduire par facilité alors que les circonstances sont encore favorables (intérêts à taux zéro et énergie encore bon marché). Le paradoxe st que l'Allemagne s'appuie sur le partenaire le moins vertueux, la France, pour sanctionner ceux qui font des efforts
lexxis
- 11/02/2017 - 10:03
PROBLÈME!
Vous avez vu la carrure internationale flageolante de 'Moi, Président,je", un casus belli, vous rigolez?
Jardinier
- 10/02/2017 - 19:08
Montagne fm,
L'article dit juste la vérité. Et comme une autre vérité est que rien ne sortira du dialogue de sourd avec les allemands, il faudra reprendre notre liberté.