En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 7 heures 35 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 21 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 24 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 16 heures 55 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 16 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 16 heures 58 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 3 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 11 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 1 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 14 heures 42 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 16 heures 55 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 16 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Un gaucho cache un socialo ?

Pourquoi Benoît Hamon n’est pas le Syriza que beaucoup y voient

Publié le 03 février 2017
Beaucoup décrivent Benoit Hamon comme un homme très à gauche. Pourtant il est loin de cette image proche d'un Jean-Luc Mélenchon. En effet, le candidat de la gauche à l'élection présidentielle représente cette nouvelle voie socialiste qui s'éloigne des envolées marxistes d'un Mélenchon et des dérives "libérales" du gouvernement.
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup décrivent Benoit Hamon comme un homme très à gauche. Pourtant il est loin de cette image proche d'un Jean-Luc Mélenchon. En effet, le candidat de la gauche à l'élection présidentielle représente cette nouvelle voie socialiste qui s'éloigne des envolées marxistes d'un Mélenchon et des dérives "libérales" du gouvernement.

Atlantico : Benoit Hamon a été désigné comme candidat de la gauche à l’issus de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pour certains c’est la victoire de l’aile gauche du PS compatible avec Jean-Luc Mélenchon. Benoit Hamon est-il aussi à gauche qu'on le dit actuellement dans le fond, ou s'agit-il plutôt d'un socialisme du XXIème siècle ?

Virginie Martin : La gauche de Benoît Hamon est une gauche qui n’est pas résignée, elle ne dit pas que le changement est impossible, c’est le refus de cette gauche qui ne parle que de pragmatisme. La gauche du pragmatisme, mot valise multiforme qui ne veut plus rien dire a sacrifié beaucoup de ses idéaux, de ses objectifs de transformations. En une semaine Benoît Hamon multiplie par deux les intentions de vote et hormis l’effet réel des primaires, il redonne à la gauche ce pour quoi elle est faite, c’est-à-dire une vision d’un nouveau type de société. Il refuse d’accepter la société actuelle comme acquise et qu’on ne pourrait pas changer. Depuis 10 ans nous avons l’impression qu’il est impossible de proposer d’autres modèles. La gauche de Benoît Hamon ne renonce pas.

Jean-Luc Mélenchon reprend les mots de l’ordre établi, l’Europe, le pouvoir d’achat, le chômage… et en quelque sorte veut renverser ces données. Benoît Hamon d’une certaine manière prend une troisième voie s’éloignant du pragmatisme consensuel. Il fait entendre une solution, la gauche peut encore donner des pistes d’avenir et espérer autre chose. Il prend des éléments de la modernité, (le digital, les robots), d’actualité (la pénibilité, le burn-out)... Il parle de la question écologique comme de quelque chose de fond. Avec ces questions il sort de la pensée dominante mainstream actuelle. Alors que Mélenchon et Le Pen s’opposent de manière frontale, Benoît Hamon trouve cette troisième voie. En matière d’économie il ne se plie pas à l’orthodoxie ambiante il prend les chemins de l’hétérodoxie. Pour ce qui est du monde de l’entreprise, il apporte aussi une vision critique mais qui ne renie pas l’entreprise en tant que telle… Il est plus à gauche que ce que le PS était devenu tellement il a sacrifié au « pragmatisme » ambiant. Jean-Luc Mélenchon met encore le travail au coeur de ses propos, l’anti Europe au coeur de son programme. Benoît Hamon ne promet pas le plein emploi, il a constaté la raréfaction du travail ainsi que ses mutations. Il voit que le journaliste va être remplacé par le témoin direct, le professeur par les MOOCs, les hôtes de caisse par des machines … Le travail est en pleine mutation et c’est lié à la robotisation et le numérique. Benoît Hamon représente une nouvelle gauche sans ce sur-moi marxiste de Jean-Luc Mélenchon. Benoît Hamon reste réaliste, il ne va pas se battre contre l’économie de marché bien qu’il soit plus hétérodoxe même constat sur l’Europe, il est bien plus modéré. 

Eric Verhaeghe : L'avenir nous le dira! Benoît Hamon maintient une certaine ambiguïté sur le sujet, avec une habileté consommée d'ailleurs. Prenons l'exemple de son revenu universel. Le packaging du produit donne le sentiment de la modernité. Quand Hamon annonce qu'il s'agit de la nouvelle forme de protection sociale du XXIè siècle, on se dit qu'il nous annonce une réforme salutaire de la sécurité sociale que la droite n'aura probablement pas la liberté de pratiquer (si tant est qu'elle en ait envie). Mais, au moment de passer à l'acte, on a bien entendu que la mise en place de la réforme serait très longue. Hamon commencera donc par augmenter les aides sociales. En ce sens, il y a un décalage déceptif entre les ambitions affichées, qui peuvent donner le sentiment d'une rupture novatrice, et la réalité pressentie, qui risque de faire flop et se limiter à des réformes de type Mélenchon, c'est-à-dire une simple augmentation de la dépense publique et du rôle de l'Etat dans la sphère sociale. Une fois de plus, l'épreuve de vérité portera bien sur la capacité du candidat à transformer ses ambitions en politique publique effective. Et là, le bât blesse, le mélenchonisme guette. 

Pourquoi Benoit Hamon a cette image d’homme très à gauche alors que comme Manuel Valls il vient du rocardisme ? Que reste-t-il de l'enseignement de Rocard dans sa manière de faire de la politique ?

Virginie Martin : Aujourd’hui certains osent dire que même Macron viendrait du rocardisme. A l’heure actuelle pour se réclamer d’une gauche acceptable et sympathique il faut se réclamer du rocardisme. Mais de quel Michel Rocard parle-t-on ? Celui qui s’est opposé à Mitterrand ? Celui qui a été premier Ministre ? Ou du Rocard du PSU ? Chaque candidat se réclame du Rocard qui semble l’arranger. Michel Rocard ne s’est jamais prononcé sur les questions d’identité ou de laïcité de façon virulente comme un Manuel Valls qui pourtant se réclame de son héritage et a été en effet très proche de lui. Par contre, Michel Rocard particulièrement à la fin de sa vie a beaucoup travaillé les questions écologiques comme peut le faire Benoît Hamon. Rocard reste la figure surplombante de la gauche. Il a une aura intellectuelle importante dans l’imaginaire collectif alors que Mitterrand est la figure de Machiavel. Il est toujours plus agréable de se retrouver dans l'intellectuel, le concepteur. Manuel Valls comme Benoît Hamon peuvent se retrouver dans la figure de Rocard, mais pour des raisons différentes...

Eric Verhaeghe : Il y a des explications "techniques" et objectives à cette image. D'abord, Hamon est quand même très lié à la gauche du parti, notamment à Martine Aubry. Lorsque celle-ci a inventé les 35 heures, Hamon appartenait à son cabinet et était en charge du sujet. Par ailleurs, Hamon anime des courants marqués à gauche au sein du PS. Son image gauchisée n'est donc pas une surprise complète. En revanche, Hamon dépasse le cadre ordinaire de cette vision de gauche, et il est capable, à titre personnel, de synthèses très hollandaises (pour le coup) et d'un réalisme visionnaire méthode Rocard. Pour le coup, là encore, sa théorie du revenu universel illustre bien ce trait de caractère, qu'il replace habilement dans la tradition rocardienne du RMI. C'est en cela qu'il y a du rocardisme dans Hamon. Dans un attachement à l'Europe d'abord, qui est indépassable: Hamon est objectivement dépourvu de conscience identitaire française au sens d'une réminiscence celte qui guiderait sa vision du monde. Dans une capacité au réalisme ensuite. Celle-ci ne tardera pas à se montrer dans la campagne, car je suis convaincu que Hamon sera capable de chasser sur les terres de Macron en matière de modernité, et de proposer des idées un peu déroutantes qui pourront fédérer pas mal d'électeurs traditionnels du PS.

Selon-vous, ce discours très à gauche de Benoit Hamon est-il un leurre pour les électeurs déçus du socialisme ?

Virginie Martin : Le tournant libéral qu’a pris le gouvernement ne correspondait pas à la vision de la gauche de certains de ses membres comme Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg et de beaucoup d’électeurs. La nomination d’Emmanuel Macron qui vient du milieu de la finance, la loi El Khomri-Macron, la volonté d’autorité et de laïcité de Manuel Valls ont créé une rupture. Les différentes dérives du gouvernement sur la fin posent la question de la disparition de certains marqueurs du socialisme. Bien évidemment que Najat Vallaud Belkacem et Christina Taubira ont effectué des travaux d’une gauche progressiste que Ségolène Royale aussi s’est battue pour l’écologie… Mais sur certains points, lorsque nous voyons à quel point le gouvernement est allé loin dans les symboles de la libéralisation économique, de l’identité, de l’autorité, nous pouvons constater une rupture avec l’imaginaire de la gauche. Benoît Hamon n’est pas très à gauche comme un Jean-Luc Mélenchon, il est simplement à gauche par rapport à un gouvernement qui a abandonné certains marqueurs de la gauche. L’erreur pour Hollande a été de placer Manuel Valls à la tête du gouvernement alors qu’il était le grand perdant de la primaire de 2012 avec seulement 5%, celui-ci a nommé Emmanuel Macron, ça fait beaucoup, et c’est un sacré grand écart avec le discours fameux du bourget.

Eric Verhaeghe : En tout cas, Hamon est habité par une certitude qui me semble pertinente: le bilan du gouvernement est un poids à porter, et même un boulet. S'il veut se faire une place dans la campagne, il est obligé de s'en démarquer et de donner des gages de son intention de faire autrement. L'espèce de flat policy menée par Hollande ne fait rêver personne et n'a aucun avenir. La boîte à outils de Hollande (qui résume assez bien son quinquennat) est un vrai tue-charisme et tue-rêve. On voit mal combien de Français peuvent être rassemblés derrière un étendard à l'effigie de Super-Mario, ce héros de jeu vidéo qui constitue une sorte d'anti-héros. Hamon a très bien compris qu'il fallait prendre le contre-pied de cette image pour réussir sa campagne et avoir une chance d'être élu. Ce cheminement passe par une marginalisation de Mélenchon et par une marginalisation de Hamon. Il n'est pas du tout impossible qu'il y arrive grâce à sa technique. En revanche, rien ne nous garantit qu'il mettra sa politique en oeuvre. Hamon est en effet ambigu sur la question des engagements européens et il se réserve la possibilité de mettre la police douce pour satisfaire l'Allemagne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 03/02/2017 - 13:10
r ikaris -
Oui Ikaris, ça pue le terranoviste a plein la culotte et c'est ce que j'avais précisément écrit dans un post il y a deux heures lequel a disparu!!!
Ici, on doit pouvoir dire Fillon voyou, Melenchon Barjot, ou Macron connard mais on ne peut pas faire des plaisanteries à la Timsit! Je voulais tester . Bravo le censeur!!! Y avait plus de boulot chez Honnecker ? Recyclé à Atlantico! voyez bien qu'on trouve du boulot!
cloette
- 03/02/2017 - 13:05
Hamon
Est un leurre comme Macron comme tout le PS au grand complet .
kelenborn
- 03/02/2017 - 13:05
Pas drôle
Il faut croire qu'ici la censure a l'oeil vigilant. On peut produire des articles misérabilistes éscribouillés par une bobotte mais on n'a pas le droit de dire que cela ferait rire un T......... ( non non c'est pas terroriste!)
Un article très commenté sur Causeur : plus de 600 commentaires, sur Atlantico: 60 commentaires!!! On a le destin que l'on se choisit!
Et on a les lecteurs que l'on mérite