En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 23 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 1 jour
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 1 jour
© Reuters
© Reuters
Quand la souffrance meurt

Espoir sur le front des anti-douleurs : les avancées des neurosciences permettent d’espérer un monde où les traitements ne riment plus avec la dépendance ou les overdoses

Publié le 31 janvier 2017
Le laboratoire pharmaceutique américain Trévéna a développé un nouvel antidouleur : l'Oliceridine. Selon les premiers résultats des essais publiés par le site du Musée Smithsonian de Washington, ses effets seraient plus rapides, plus puissants que la morphine habituelle. Il aurait l'avantage de supprimer les effets secondaires indésirables.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le laboratoire pharmaceutique américain Trévéna a développé un nouvel antidouleur : l'Oliceridine. Selon les premiers résultats des essais publiés par le site du Musée Smithsonian de Washington, ses effets seraient plus rapides, plus puissants que la morphine habituelle. Il aurait l'avantage de supprimer les effets secondaires indésirables.

Atlantico : Des recherches menées par Trevena, un laboratoire pharmaceutique américain, ont permis de mettre au point un nouveau médicament qui est en cours de test, l'Oliceridine. Il s'agit d'un anti douleur plus puissant que la morphine, mais dépourvu de ses effets secondaires les plus dangereux. Quelle est le principe d'action de cette molécule ? En quoi se distingue-t-elle de la morphine ? Quel pourrait-être son champ d'application ? Cette molécule est elle d'ores et déjà l'étude en France ?

Stéphane Gayet : L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a proposé de classer les médicaments analgésiques (médicaments qui suppriment ou atténuent les douleurs, sans modifier de façon importante l’état de conscience, à la différence des narcotiques qui provoquent un sommeil artificiel ou narcose) en trois niveaux appelés paliers. Le palier I s’adresse aux douleurs faibles à modérées, le palier II aux douleurs modérées à intenses et le palier III aux douleurs intenses à très intenses.

Les douleurs ayant résisté aux produits des paliers I et II nécessitent la mise en route d'un traitement opiacé (palier III). Mais, pour les douleurs initialement très intenses, on peut d'emblée débuter par le palier III. Les opiacés sont les dérivés de l’opium. Ce dernier est directement issu du latex du pavot somnifère ou Papaver somniferum. La morphine est le principal alcaloïde (c’est-à-dire une substance azotée basique et insoluble dans l’eau, produite par un végétal) de l’opium. Elle est la chef de file des analgésiques opiacés, c’est le produit de référence (quant à l’héroïne, il s’agit d’un dérivé semi-synthétique de la morphine : elle a autrefois été utilisée comme analgésique, mais ne l’est plus). Les analgésiques de palier III ne doivent pas être réservés aux seuls malades cancéreux : leur prescription est uniquement conditionnée par l'intensité de la douleur (pourtant, un traitement par la morphine est encore, pour beaucoup de personnes, synonyme de mort et de situation irréversible). Il existe une très grande variabilité d’un individu à l’autre des doses nécessaires pour soulager les douleurs et il n’y a aucune limite supérieure définie a priori. En principe, si la morphine est prescrite selon les règles, il n'y a pas de risque de toxicomanie (addiction) ; il faut insister sur ce point. En France, la prescription d'opiacés nécessite l'utilisation d'ordonnances sécurisées et doit être rédigée en toutes lettres, y compris les chiffres indiquant la posologie (dose), sans dépasser la durée légale de prescription de chacun d'eux (7, 14 ou 28 jours selon le produit).

La morphine a une excellente activité pharmacologique, mais ses effets secondaires gênent son utilisation. Ce sont : la constipation qui est constante, les nausées et les vomissements qui surviennent chez un tiers des patients lors de la mise en route du traitement, la confusion ou les hallucinations qui peuvent nécessiter de diminuer les doses ou d’associer un neuroleptique, la somnolence en début de traitement qui correspond à un sommeil récupérateur en rapport avec une dette de sommeil due à la douleur, ainsi que la rétention d'urine (globe vésical) qui est relativement fréquente, en particulier chez le sujet âgé. En revanche, la dépression respiratoire, tant redoutée, n'est pas à craindre avec le schéma thérapeutique recommandé (augmentation progressive des doses). De la même, façon l’addiction (toxicomanie) à la morphine n’est pas le fait de sa seule utilisation thérapeutique, du moins quand elle est prescrite selon les règles.

En raison de ses effets secondaires souvent gênants, on cherche depuis des décennies des produits ayant une activité pharmacologique du même type que la morphine, mais avec une bien meilleure tolérance. La mise au point du tramadol de niveau ou palier II (TOPALGIC) a déjà été un énorme progrès, car cet analgésique est assez bien toléré, mais il est moins puissant que la morphine. L’oliceridine (TRV 130) – encore en développement - apporte une analgésie plus rapide que la morphine, mais elle ne semble pas avoir une tolérance significativement meilleure. Elle serait surtout intéressante pour traiter les douleurs postopératoires. En revanche, la molécule PZM 21 – également en développement, mais depuis très peu de temps - a un effet analgésique comparable à celui de la morphine, mais il dure beaucoup plus longtemps, et ce produit ne provoque pratiquement pas d'effet indésirable sur la respiration. De plus, il semblerait que le PZM 21 génère moins d’addiction que la morphine et les produits apparentés. La TRV 130 et la PZM 21 restent bien sûr des analgésiques opiacés. Comme la morphine et tous les opiacés, ces produits agissent directement sur le système nerveux central. Ils bloquent l’influx nerveux douloureux (dit nociceptif) en se fixant sur les récepteurs appelés opioïdes. Tous les opiacés agissent schématiquement de cette façon. La douleur ne parvient plus aux centres nerveux qui en temps normal reçoivent ces messages. Ces deux molécules ne sont donc qu’en développement. Leur commercialisation n’est pas pour demain. Il est certain que, dans la mesure où de nouveaux opiacés tels que ces deux-là arriveront dans l’arsenal thérapeutique, on pourra avec plus de sécurité et de confort soulager un grand nombre de patients, pour lequel on est aujourd’hui parfois un peu désarmé.

La morphine, produit dérivé de l'opium est très addictive. Aux Etats-Unis, depuis 1999, les cas d'overdoses et de sur-prescriptions ont quadruplé. Quelle est la situation pour la France ? Les prescriptions de morphine ont-elles entraînées une hausse des overdoses comparables ? La France est elle également touchés par cet inquiétant phénomène d'addiction ? 

Il a fallu attendre le XXe siècle pour que la morphine connaisse une réglementation à des fins strictement médicales. En effet, durant ce siècle, les deux guerres mondiales firent littéralement exploser la consommation de morphine. Durant la Première Guerre mondiale, elle était utilisée en tant qu’antalgique (médicament diminuant la perception des sensations douloureuses), pour soigner les nombreux blessés, mais également pour des soins palliatifs avec un usage important dans la pratique de l’euthanasie.

 

La consommation de morphine, au niveau mondial, a plus que quadruplé entre 1992 et 2011, passant de 10 tonnes à plus de 42 tonnes. Cependant, il existe de nombreuses variations des quantités utilisées entre les pays, du fait de leur réglementation ou de l’utilisation ou pas de la morphine dans la prise en charge de la douleur. En 2011, ce sont les États-Unis qui ont consommé le plus de morphine. Avec plus de 23,1 tonnes, ce pays a absorbé plus de la moitié de la production mondiale (55 %). Ensuite, on trouve le Canada et le Royaume-Uni (chacun 3 tonnes, soit 7 % du total), la France (2 tonnes, soit 5 %), l’Autriche et l’Allemagne (chacun 1,9 tonne, soit 4 %), puis l’Australie et la Chine (chacun 1 tonne, soit 2 %). Cependant, si l’on étudie le détail de cette consommation, il faut regarder le nombre de doses quotidiennes consommées par million d’habitants et par jour. Dans ce cas, ce ne sont plus les États-Unis qui occupent la tête du classement, mais l’Autriche. L’explication de la forte consommation de morphine par ce pays est simple. En effet, la morphine y est utilisée, certes pour le traitement de la douleur, mais également pour le traitement de substitution de la dépendance aux opiacés. En France, les 2 tonnes de morphine consommées se répartissent sur différentes spécialités pharmaceutiques. Selon l’enquête OPPIDUM 2012 (Observation des produits psychotropes illicites ou détournés de leur utilisation médicamenteuse) effectuée par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et du réseau des CEIP (Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance), enquête menée principalement dans des centres de soins pour usagers de drogues, 76 % des personnes ayant déclaré consommer du sulfate de morphine (SKENAN) signalent l’avoir obtenu de manière illégale. La morphine, principalement sous forme de sulfate, fait donc l’objet en France d’une toxicomanie à partir d’un médicament commercialisé. Le trafic est principalement alimenté par des usagers réguliers de ce médicament qui pratiquent eux-mêmes un commerce clandestin. Les stratégies pour se procurer légalement ce médicament en quantité suffisante pour effectuer un commerce rentable ne manquent pas… La toxicomanie (addiction) à la morphine est donc bien réelle en France, mais elle est extrêmement difficile à estimer sur le plan quantitatif.

Quels sont les espoirs pour ces patients ? L'oliceridine est elle une solution ? Dans l'attente, quels sont les moyens permettant aux patients de sortir de cet engrenage ? 

Médicalement, les effets secondaires de la morphine et de ses proches dérivés sont assez bien maîtrisés par les professionnels de santé. Il s’agit d’analgésiques de niveau III, d’efficacité remarquable. Ainsi, on a les moyens de soulager presque toutes les formes de douleur aujourd’hui, sans parler du traitement de leur cause (traitement dit étiologique). La toxicomanie, l’addiction à ces médicaments opiacés, n’est en principe due qu’à un mésusage - non médicalement encadré ni prescrit - d’analgésiques opiacés. Mais il faut préciser que la morphine est cependant moins addictive que l’héroïne, et elle est même parfois proposée pour son sevrage (substitution).

 

Parmi les analgésiques de palier III, entre le chlorhydrate de morphine injectable, le chlorhydrate de morphine oral, la morphine orale simple ou à libération prolongée, le fentanyl, l’hydromorphone, l’oxycodone et la buprénorphine, on a tout de même pas mal de formes commerciales à notre disposition. À un degré inférieur, c’est-à-dire au palier II, le tramadol et la codéine rendent de grands services et, sous réserve de la tolérance de leurs effets secondaires (constipation notamment), ils peuvent être largement utilisés, notamment en raison du fait qu’ils ne sont pas contraints par les règles de prescription des analgésiques opiacés. C’est radicalement différent… jusqu’à ce que l’on mette fin à cette relative, mais bien confortable liberté.

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
- 31/01/2017 - 10:29
Recherche de molécules pour remplacer la morphine : espoirs
L'oliceridine est citée dans les réponses, ainsi qu'un autre produit plus récent n'ayant pas encore de dénomination commune internationale (DCI), mais uniquement un nom de code. L'idée à retenir est que la morphine est un produit d'efficacité spectaculaire, mais aux effets secondaires gênants et parfois vraiment très gênants. Dès lors, grâce à l'outil informatique et à de grosses bases de données tant chimiques que pharmacologiques, des scientifiques déploient beaucoup d'ardeur pour essayer de trouver un ou plusieurs produits ayant les mêmes effets spectaculaires que la morphine sur la douleur, mais avec nettement moins d'effets secondaires. Deux molécules sont porteuses d'espoir dont l'oliceridine et une autre très récente.
alize55
- 31/01/2017 - 09:07
Article peu compréhensible
pour les profanes, ce Monsieur devrait se mettre au niveau du lecteur lambda, le journaliste pose une question avec un nom précis et ce monsieur répond en en citant d'autres, difficile de comprendre.