En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 18 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 jours 23 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 21 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 12 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 44 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Du pain sur la planche

Voyage à Berlin : ce que projette François Fillon pour renouveler la relation franco-allemande

Publié le 27 janvier 2017
Conduite de la politique de l’euro, attitude européenne face aux crises qui l’entourent – incarnées notamment par Vladimir Poutine et Donald Trump –, sans oublier le Brexit : voici donc l’ordre du jour, extrêmement dense, qui attend François Fillon et Angela Merkel.
Gérard Longuet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Longuet est sénateur de la Meuse, il a notamment été président du groupe UMP au Sénat de 2009 à 2011.De 2011 à 2012, il a occupé la fonction de ministre de la Défense et des Anciens combattants. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Conduite de la politique de l’euro, attitude européenne face aux crises qui l’entourent – incarnées notamment par Vladimir Poutine et Donald Trump –, sans oublier le Brexit : voici donc l’ordre du jour, extrêmement dense, qui attend François Fillon et Angela Merkel.

Atlantico : Ce lundi, François Fillon est en visite à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel. Comment le candidat LR à la présidentielle conçoit-il la relation que la France doit entretenir avec l'Allemagne ? Que souhaite-t-il obtenir de notre voisin outre-Rhin ? 

Gérard Longuet : Il convient de distinguer deux niveaux dans la relation entre François Fillon et Angela Merkel. Tout d’abord, il convient de considérer la relation personnelle. Celle-ci s’est formée dans l’exercice des responsabilités et au sein du PPE. En effet, nous sommes membres de la même formation et il est donc arrivé à François Fillon de rencontrer Madame Merkel dans ce cadre du PPE. Le deuxième niveau de réflexion est différent : François Fillon se revendique du gaullisme. Dans cet héritage, on retrouve la réconciliation allemande, spectaculairement initiée par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer en 1963. A cette époque, un tel rapprochement n’était pas si facile pour les Allemands, en raison de la Guerre froide, de la menace soviétique, etc. qui les conduisaient à être proches des Américains. Le traité de l’Elysée se voulait donc être un traité de rapprochement franco-allemand d’affichage européen, et implicitement, de responsabilité face aux Etats-Unis. Cela tombe plutôt bien compte tenu des deux niveaux que je viens d’évoquer. D’une part, il y a un problème politique en Europe qui concerne le PPE, et ce depuis le départ du Royaume-Uni à la demande d’un candidat conservateur. La reconstruction européenne repose désormais sur le centre-droit dont manifestement Angela Merkel et François Fillon sont les deux porte-paroles les plus illustres en Europe. D’autre part, l’élection de Donald Trump nécessite assurément pour l’Europe d’afficher un projet politique de moyen terme, en tenant compte des quatre prochaines années, mais aussi du Brexit.

Cette rencontre est donc très importante : il y a à la fois une coordination politique et une coopération binationale dont j’ai toujours pensé qu’elle était au cœur de la construction européenne dans l’héritage de Robert Schuman. 

Quels sont les principaux points de désaccords entre François Fillon et Angela Merkel ? Dans quelles mesure certains événements récents, comme l'attentat de Berlin ou l'élection de Donald Trump, peuvent-ils atténuer ou accentuer ces désaccords ? 

Je ne pense pas qu’il y ait de désaccords. En revanche, il peut y avoir deux doutes. Le premier est un doute allemand quant à la capacité de la France à s’engager dans les réformes nécessaires pour satisfaire durablement aux critères de la monnaie commune. Sur le fond, les intentions de François Fillon sont claires ; il s’est d’ailleurs expliqué de son vote négatif sur le traité de Maastricht. Par ailleurs, il a demandé – et je pense qu’il le demandera à Madame Merkel – que l’Europe soit aussi un gouvernement politique de l’euro à 17. Cette attitude intéresse les Allemands, tout en les interpellant. Elle les intéresse dans la mesure où cela crédibilise la monnaie unique auxquels les Allemands – pour beaucoup d’entre eux – se sont résignés, et dont ils veulent une stabilité de fonctionnement. Dans le même temps, les Allemands ont peur qu’un gouvernement politique de l’euro les isole des pays de l’Est qui n’ont pas encore fait le choix de la monnaie unique comme la Pologne par exemple. Or les Allemands ont absolument besoin de ces pays, qu’ils souhaitent arrimer à la construction européenne. Voilà un premier point qu’il faut clarifier entre François Fillon et Angela Merkel : comment gouverne-t-on l’euro ? Et est-ce que cette gouvernance aboutirait à une Europe à deux vitesses ?

Le deuxième sujet qui pourrait susciter des doutes est le réalisme dans la lutte contre le terrorisme. Assez naturellement, l’Allemagne regarde davantage vers l’Est (pays baltes, Ukraine, Balkans) par rapport à la France. De notre côté, notre regard est surtout orienté en direction de l’Afrique. Entre les deux, le véritable problème, celui qui a provoqué un exode massif de populations, réside d’une part dans la volonté de la Turquie face à la guerre civile syrienne et irakienne, et d’autre part dans la déstabilisation libyenne. Cette dernière conduit le pays à être la terre de tous les passeurs les plus actifs et scandaleux. Sur les origines du problème, je crois que le diagnostic est partagé entre François Fillon et Madame Merkel. Toutefois, l’expression en est différente, notamment parce que l’Allemagne a été elle-même frappée par l’exode massif de populations en provenance de l’Est européen en 1945. Elle considère donc qu’elle a les moyens matériels d’apporter une réponse matérielle à des populations en difficulté. Nous Français, nous sommes tout à fait prêts à aider ces populations, mais chez elles, en contribuant au retour à la paix. De ce point de vue, François Fillon est certainement plus réaliste que d’autres puisque l’évolution en Syrie montre qu’une forme de cessez-le-feu a l’air d’être possible. Madame Merkel sera sans doute intéressée par l’analyse de François Fillon sur la Libye et sur la Syrie.

Cependant, l’un et l’autre vont se poser la question de l’attitude vis-à-vis de la Russie. En effet, cette dernière est un acteur important dans les Balkans à travers la Serbie ; dans les pays baltes à travers les attitudes parfois encombrantes de la Russie. La solution diplomatique de l’affaire de Crimée pose un problème de principes, qui doivent être respectés, y compris par les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies dont la Russie fait partie.

Conduite de la politique de l’euro, attitude européenne face aux crises qui l’entourent –  incarnées notamment par Vladimir Poutine et Donald Trump –, sans oublier le Brexit : voici donc l’ordre du jour, extrêmement dense, qui attend François Fillon et Madame Merkel. 

Dans une interview accordée au Monde ce dimanche, François Fillon a proposé "une alliance européenne de défense". Comment Angela Merkel pourrait-elle réagir à cette proposition ? 

L’Europe de la défense passe par le préalable suivant : une autorité politique européenne acceptée par les grands Etats membres (France, Allemagne, Italie, Espagne, Pologne etc.). Il n’y a donc pas de défense s’il n’y  a pas de projet politique. Mettre en œuvre un gouvernement politique à 26 est une tâche compliquée. A 17 en revanche, cela me paraît davantage réalisable. L’Europe de la défense n’existera que le jour où les grands pays continentaux se sentiront engagés par des décisions politiques prises en commun. Aujourd’hui, cela n’est pas le cas. Ils sont engagés dans ce système complexe de la construction européenne, par un compromis permanent entre le Parlement, la Commission, le Conseil des ministres – avec des capacités de blocage qui peuvent parfois aboutir à des situations extrêmes comme lorsque la  Wallonie avait décidé de bloquer l’accord entre l’UE et le Canada.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 24/01/2017 - 22:54
Un Pays fort
Qui développe pleinement ses potentialités voilà ce que je veux pour la France qui est un pays privilégié plein de moyens pourvu qu'on exploite son génie.
Jardinier
- 24/01/2017 - 15:37
L'article me met le doute sur "l'alliance européene de défense"
Dans mon esprit, j'avais compris cela comme une alliance militaire classique, entre alliés européens, ce qui est faisable et meme souhaitable dans le cadre d'une remise en cause américaine de l'otan, et qui peut se faire même sans l'UE. C'est à mon avis ce que ces mots alliance européenne de défense veulent dire, et non pas défense européenne liée à une "autorité politique européenne" comme dans cet article, c'est à dire encore plus d'intégration dont plus personne ne veut. Bref c'est pas clair. Pour le reste de sa politique européenne, pas de changements, c'est la politique suivie depuis Giscard, difficile de se présenter en souverainiste après.
BOCE64
- 24/01/2017 - 10:59
UE
ON ne se soumet pas à l'UE , UE c'est Nous !!