En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Quand le pouvoir sort de l'ombre

Emmanuel Macron, Alain Minc et la Primaire de la gauche : "En marche" ou la Révolution par les élites

Publié le 27 janvier 2017
Aujourd'hui, la révolution qui se produit en France n'est pas celle du peuple mais des ploutocrates qui souhaitent s'emparer du pouvoir politique.
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, la révolution qui se produit en France n'est pas celle du peuple mais des ploutocrates qui souhaitent s'emparer du pouvoir politique.

Les guerres des gauches sont bien déclarées ce soir

Tout d’abord, au sein de la primaire entre Manuel Valls et Benoît Hamon. Ici, ce seront deux projets de société qui s’affronteront dimanche prochain ; l’un tout en République, en laïcité et en sécurité ; l’autre tout en écologie, en conception du travail et en modernité.

En arrière plan, une gauche s’agite : celle d’un Mélenchon qui ne lâche rien et duplique même sa radicalité en hologramme.

Enfin, un autre mouvement reste placé à gauche et veut faire marcher sa Révolution.

Il va visiblement revoir ses copies tant nous avons l’habitude de mettre le mot "révolution" dans la bouche du peuple, un peuple qui voudrait prendre une partie du pouvoir, de l’argent, de la visibilité ; un peuple de "laisser pour compte"  – qui aurait enfin voulu avoir accès aux services et aux conforts de la modernité.

La révolution, intuitivement et historiquement, est une émancipation, l’émancipation de ceux enfermés dans les geôles de la tradition, de la pauvreté, des injustices ; c’est l’émancipation de ceux qui n’ont pas une vie assez bonne (comme aurait dit Judith Butler) pour être pleinement reconnus.

La révolution s’accompagne de coups d’Etat qu’ils soient en France lors du 18 brumaire ou durant février 1917 en Russie.

Elle met fin à la société des ordres et aux privilèges, elle abolit le servage et affranchit les serfs.

Nous assistons en France, aujourd’hui, à une révolution d’un type un peu nouveau ; une révolution des élites non politiques ou para politiques qui ont tout mais, qui, à l’instar de Trump, veulent aussi s’emparer directement du politique.

Une révolution des élites cristallisées sur le jeune Macron ; la nuit debout des traders comme dirait un politologue.

La cohorte des suiveurs de celui qui marche devant, telle une caution politique, est impressionnante : c’est le who’s who des médias, des lobbies, des visiteurs du soir, des hommes du CAC 40, des seconds couteaux de formations politiques, les sucessman du digital, les startupeurs du nord-est parisien, les go between façon ouest de la capitale… le monde des élites économiques et médiatiques.

Tout ce petit monde marche en Weston – mais aussi en Louboutin  – pour faire la Révolution et mettre hors des murs de l’Elysée la bourgeoisie d’Etat installée sous les ors de la République depuis trop longtemps à leur goût. 

Cette oligarchie façon Macron cumulant les ENA, Sciences Po et autres Business School ne veut plus tendre le micro à Obama, elle veut être Obama elle-même ; elle ne veut plus faire du lobbying pour ses entreprises du CAC 40, elle veut faire elle-même la loi ; les Uber ne veulent plus se battre contre le Parlement, ils veulent être le Parlement…

Un rétro-pantouflage grandeur nature qu’on essaye de nommer révolution…

Des hommes et des femmes du privé qui n’auront plus besoin de faire du lobbying auprès des ministres, ils deviendront eux même ministres…

Finalement, à l’instar de Trump le milliardaire, ce gotha de succesman, ces ploutocrates ont enfin compris qu’il était temps pour eux d’apparaître au premier plan ; de ne plus être ceux qui ont du pouvoir dans l’ombre, ceux qui doivent plaider leur cause en sous-main, ceux qui doivent encore et malgré leurs richesses être soumis aux lois de l’intérêt général…

Ces ploutocrates n’ont plus envie de laisser aux hommes et aux femmes politiques le pouvoir ; ils veulent être le pouvoir ; tout simplement.

C’est une révolution qui est en marche, une révolution qui veut piétiner ceux qui ont consacré leur vie à la chose publique et politique, qui veut remplacer des hommes et des femmes politiques par des mini Trump qui n’auront même plus besoin d’avoir à demander un permis de construire pour ériger leur propre tour.

La révolution des élites : en voilà un beau projet en forme d’oxymore. Pourtant, ce projet va visiblement, compter dans la guerres des gauches, à moins que ça ne soit dans la guerre des droites… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
theodorum
- 24/01/2017 - 18:26
Les amis de Macron
Ses amis patrons
Alexandre Bompard en rit encore. Lors d'un dîner privé à Bercy en mars, le P-DG de la Fnac a pu savourer les talents d'imitation de son ami ministre. Accent du Sud-Ouest, postures idéologiques, Macron lui a mimé la gauche cassoulet dans ses moindres travers. «Il a une très grande capacité de mise à distance par l'humour», commente Bompard. Xavier Niel, qui échange avec le locataire de Bercy au moins une fois par mois, confirme. L'été dernier, alors que Macron passait des vacances à Los Angeles, les deux hommes se sont retrouvés pour discuter d'un projet de start-up. Mais le patron de Free lui a tout de même fait visiter, un dimanche, son Ecole 42, pépinière de geeks . Sans être aussi proches, les patrons conquis par Macron se comptent par dizaines : Weinberg (Sanofi), Pringuet (Ricard), Wahl (La Poste), Hermelin (Cap Gemini)... «Nous ne sommes pas amis, mais je le trouve courageux», commente ainsi le P-DG de Carrefour, Georges Plassat . Les stars du Web sont aussi connectées au ministre, comme Frédéric Mazzella , de BlaBlaCar, ou Eric Carreel, de Withings. Un dîner à Bercy avec une dizaine d'entre eux cet hiver s'est terminé à plus de 1 heure du matin.
Lapalatine
- 24/01/2017 - 15:34
Méfiance...
Allez savoir pourquoi....j'éprouve pour ce vieil ado (Macron) une méfiance instinctive....Les paroles sont attirantes:"Ni gauche ni droite".
Je veux bien! Mais alors, que magouillait-il chez Hollande? Qu'il le dise clairement!
Orchidee31
- 24/01/2017 - 10:24
Les français ont la mémoire courte
Qu'on arrête de nous bassiner avec le Macron qui a fait partie de ce gouvernement qui a mis la France à genoux pendant 4 ans (2 ans conseiller du casqué, merci pour ses conseils) et 2 ans ministre de l'économie (catastrophique) alors franchement voter pour cet énergumène sorti du chapeau et entretenu par la presse gocho, il ne faut pas beaucoup réfléchir.....