En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 18 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 18 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 21 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 21 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 21 heures
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
passage à vide

Ces proches de François Fillon qui grincent des dents

Publié le 20 janvier 2017
Depuis le second tour de la primaire et ses déclarations sur la Sécurité sociale, le candidat de la droite subit un véritable trou d'air. Ses soutiens sont soucieux, d’autant que le candidat semble sourd aux conseils qui lui sont prodigués.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le second tour de la primaire et ses déclarations sur la Sécurité sociale, le candidat de la droite subit un véritable trou d'air. Ses soutiens sont soucieux, d’autant que le candidat semble sourd aux conseils qui lui sont prodigués.

« Cet homme fonctionne de façon très étrange, il est très seul. Son entourage, c'est trois personnes et on ne peut pas dire qu'elles soient d'une grande influence. En fait, on ne sait pas qui il écoute »... L'ancien ministre qui parle ainsi connaît bien François Fillon. C'est même un soutien de longue date. Un soutien, rompu aux campagnes présidentielles, qui surveille son candidat comme une mère poule. Et depuis un mois rien ne lui a échappé, ni les erreurs de com', ni la baisse dans les sondages. Ni, surtout, la distance prise par certains élus LR et certains sympathisants qui regardent de plus en plus ostensiblement vers Emmanuel Macron. Il a entendu cette dame, samedi, lors du Conseil national qui a officiellement investi l'ancien premier ministre candidat de la droite à l'élection présidentielle, claironner aux oreilles des journalistes qu'elle avait sa carte LR mais allait voter Macron ». Rien ne lui a échappé. Pas une miette.

 

Et selon cet esprit affûté, le positionnement libéral du candidat en matière économique n'est pas le principal problème. « Bien sûr, ses déclarations sur la réduction des dépenses de santé n'ont pas aidé », explique-t-il mais, selon lui, c'est la personnalité du candidat qui pose problème. L'affichage de son catholicisme tout d'abord. « D'autant, se moque l'élu, qu'avec Bruno Retailleau et Gérard Larcher comme porte-paroles, il est entouré d'un type qui fait jeune curé, et d'un autre qui fait vieux moine ». De plus, la présence de Dominique Calmels, représentant des mormons en France et anti IVG, au sein du pôle fiscalité n'est pas pour rassurer les troupes. « La manif pour tous, c'est un gros million d'électeurs, ça ne suffit pas pour l'emporter d'autant que ça fait fuir encore plus de gens. Une partie de nos électeurs se rapprochent de Macron qui n'est pas repoussant pour la droite modérée », ajoute un autre soutien qui affirme en avoir parlé au candidat sans être certain d'avoir été entendu. « J'ai le sentiment, murmure l'élu, que François reste sourd, il n'écoute que lui-même et c'est assez dangereux durant ces périodes de gros temps. »

 

Tous notent, en outre, le manque d’enthousiasme de ce début de campagne comparé aux dernières semaines de la primaire. « Il y avait une vraie ferveur dans les meetings, on sentait une envie de vaincre. Mais depuis le second tour, c'est fini. C'est comme si le soufflé était retombé », observe un député. Beaucoup en veulent aux sarkozystes, qu'ils accusent de jouer contre leur camps tant ils ont du mal à accepter leur défaite. « Ils ne sont plus dans les cercles de décision, les journalistes ne les appellent plus 10 fois par jour, les candidats aux législatives ne les flattent plus pour s'assurer de leur future investiture, ils sont exaspérés », explique un élu. Mais surtout, pour les fillonistes, la période de deuil n’est pas achevée, ce qui explique la morosité d'une partie des troupes. « Ils passent leur temps à comparer Fillon et Sarko, du coup Fillon leur paraît fade, pas assez direct dans ses propos, pas assez proche des gens mais ils ne comprennent pas que c'est justement le style Sarkozy qu'ont rejeté les gens lors de cette primaire », explique un député.

 

Exit donc le sarko'style mais, pour ces soutiens, la posture du candidat, sa capacité à enchanter la campagne, sera, malgré tout, l'une des clés de la victoire. Puisqu'il a dit et redit qu'il ne changerait pas de cap, puisque le remède serait pire que le mal, François Fillon doit maintenant incarner son projet, le faire partager et donner envie aux électeurs de le suivre. « Il n'y a pas d'autre issue, il faut qu'il se ressaisisse, qu'il s’assume à nouveau et vite car dès que la gauche aura tourné la page de ses primaires, l’affrontement va commencer et ce sera violent. Nous aurons besoin d'un candidat bien dans ses baskets pour entraîner toute la droite avec lui », martèle l'un de ses conseillers pour qui l'hémorragie vers le leader de En marche est un vrai risque : « Macron c'est tout ce que François n'est pas, l'optimisme, le charisme mais aussi une ligne politique modérée qui séduit, notamment, une partie des électeurs d'Alain Juppé ».

 

Cette fois, François Fillon semble avoir entendu. Afin de parer au plus pressé, son staff planche activement sur un plan anti Marcon. Premier étage de la fusée : présenter l’ancien conseiller de François Hollande comme un candidat du « système », des élites et des médias contrairement à un certain... Fillon qui a martelé, lors de ses vœux à la presse : « Il y a deux mois, je n’étais pas le candidat de l’establishment et je n’ai pas l’intention de le devenir ». Mais l'opération tuer Macron ne suffira pas. Tous comptent beaucoup sur le grand meeting du 29 janvier pour relancer la campagne et donner un nouveau souffle au candidat. Un souffle de victoire.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 20/01/2017 - 21:44
Les journalistes sont-ils tous de gauche?
Entièrement d ' accord avec DrPal.
Le " Fillon bashing" dans les médias du "service public " ( France Inter, France Info, France 2 etc...) est particulièrement indécent.
DrPal
- 20/01/2017 - 11:59
C'est marrant
Sur Fillon, on entendait exactement les mêmes "analyses" pendant la primaire de la droite. Il n'avait aucune chance parce qu'il était anxiogène (traduire: il regarde la réalité en face, il ne promet ni de raser gratis ni de ré enchanter "le rêve" des gogos), triste (trad: il ne fait de blague dans les meetings comme Sarko), terne (trad: il ne fait pas de petites phrases assassines), radical (trad: il propose de traiter vraiment, énergiquement, les problèmes qui nous plombent depuis des décennies), réac (trad: il veut sauver ce qui peut encore l'être) etc. Et nos experts, nos sondeurs, nos médias, les "frondeurs" et les aigris, qui se sont tous lamentablement plantés, nous serinent les mêmes sornettes quelques semaines plus tard!
crobard007
- 19/01/2017 - 20:10
Un type qui dit la vérité...
Inquiète forcement les démagogues...