En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 36 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 56 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 52 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 52 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 49 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 34 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 17 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 27 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 21 min
© Reuters
© Reuters
Ambigu

​Les 8 personnalités les plus riches de la planète détiennent autant que les 50% les plus pauvres… Mais combien de personnes n’auraient jamais trouvé d’emploi sans ces 8 créateurs de richesse ?

Publié le 20 janvier 2017
Dans un nouveau rapport, l'Institut Oxfam pointe une concentration de richesse "au dela du grotesque" qui sévit au sein de l'économie mondiale. Bill Gates, Mark Zuckerberg, Jeff Bezos etc...si 8 personnalités détiennent bien autant que les 50% les plus pauvres, elles sont également à l'origine de bouleversements économiques majeurs ayant permis un accroissement de la prospérité mondiale.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un nouveau rapport, l'Institut Oxfam pointe une concentration de richesse "au dela du grotesque" qui sévit au sein de l'économie mondiale. Bill Gates, Mark Zuckerberg, Jeff Bezos etc...si 8 personnalités détiennent bien autant que les 50% les plus pauvres, elles sont également à l'origine de bouleversements économiques majeurs ayant permis un accroissement de la prospérité mondiale.

Atlantico : Dans un nouveau rapport, Oxfam met en garde face à l'actuelle concentration de richesse à l'oeuvre au sein de l'économie mondiale, en indiquant que 8 personnes détiennent une richesse équivalente à celle de la moitié de la population mondiale. Les noms évoqués, Bill Gates, Armancio Ortega, Warren Buffet, Carlos Slim, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Larry Ellison, et Michael Bloomberg, signalent que les personnes "incriminées" se révèlent être des dirigeants d'empire économiques mondiaux, totalisant plus de 1.2 millions d'employés à travers le monde. En quoi est il possible de considérer que cette "contribution" à l'économie mondiale ne s'arrête pas la ?

Erwan Le Noan : A première vue, les chiffres comparés choquent : 8 hommes (pas de femmes) ont une fortune équivalente à celle de 3,6 milliards autres. La question implicite, en forme d’indignation, est très claire : faut-il considérer que dans l’économie contemporaine 8 hommes puissent valoir autant que 3,6 milliards autres ? Evidemment non et personne ne s’avancerait à le prétendre. Mais les chiffres donnent le vertige, posant en filigrane l’idée que leur fortune est illégitime.

Pour autant, il faut s’attarder un peu et regarder qui sont ces gens. Sur les 8 :

-          6 sont Américains (ainsi qu’un Espagnol et un Mexicain) : c’est un reflet des rapports économiques mondiaux ;

-          4 ont fait leurs fortunes dans les nouvelles technologies ; 2 autres viennent des médias / télécom ; un seul vient de la finance (Warren Buffet). Ils sont l’illustration de la révolution numérique / informatique en cours dans le monde.

Ces statistiques rapides ne changent pas le déséquilibre entre les fortunes, mais elles montrent que ces hommes sont devenus richissimes par leur talent et leur capacité à créer de nouvelles solutions qui, objectivement, ont satisfait des millions voire des milliards d’utilisateurs. S’ils ont de tels niveaux de richesse, c’est d’abord parce que nous nous sommes rués sur leurs inventions. Leur contribution économique est donc énorme : que serait le monde aujourd’hui s’il n’y avait pas eu Bill Gates ? Evidemment, nous pourrions vivre sans ses produits, mais de fait, des milliards d’humains ont trouvé que les acquérir permettait d’améliorer leurs vies.

Par ailleurs, leur contribution n’est pas que purement économique. Parmi ces 8 hommes, cinq ont souscrit le « giving pledge », lancé par Warren Buffet et Bill Gates : cela veut dire qu’ils se sont engagés à donner, à leur mort, plus de la moitié de leur fortune à des œuvres caritatives. D’ailleurs, la plupart sont aujourd’hui déjà parmi les principaux philanthropes de la planète.

D'un point de vue économique, cette concentration de richesses n'est elle tout de même pas révélatrice de situations de monopoles, contraire à un esprit libéral ? Comment faire la part des choses ? 

 

Les effets de l’accumulation de richesse engendrent de nombreux débats et il faut renvoyer à tous les travaux économiques qui s’y intéressent. Rien ne permet d’indiquer a priori que leur succès soit le fait d’un monopole : Facebook est-il en monopole sur le marché de la publicité en ligne, alors que son concurrent s’appelle Google ? Amancio Ortega (2e fortune mondiale) est propriétaire de Zara : peut-on vraiment prétendre que la mode féminine soit en situation de monopole ?
 
Au demeurant, quand bien même ces opérateurs seraient en monopole (ce qui reste à démontrer), cette configuration de marché n’est pas nécessairement problématique : on peut être en monopole parce qu’on est tout simplement le meilleur. La vraie question est de savoir si les opérateurs dominants peuvent être remis en cause par d’autres, si leurs marchés sont contestables par des opérateurs plus efficaces. 
Ce qui est contraire à l’esprit libéral, ce n’est pas la richesse, c’est la rente ; ce n’est pas l’accumulation, c’est l’absence de circulation. L’esprit libéral milite donc pour que la concurrence remette sans cesse en cause la position d’Amazon ou de Microsoft… 
 
A nouveau, si on regarde précisément qui sont ces milliardaires, il est un fait évident : TOUS sans exception sont des « self-made men », c’est-à-dire qu’ils ont constitué eux-mêmes leurs fortunes astronomiques. Cela ne correspond pas vraiment à des comportements de rentiers.
 
Cela ne veut pas dire que nous vivons dans un monde parfait où personne ne peut s’enrichir de façon indue, ni même que ces milliardaires n’ont pas pu un jour bénéficier de positions de marchés insuffisamment stimulées ; cela signifie simplement qu’on ne devrait pas considérer leur richesse illégitime par principe, ni même que les inégalités qui les séparent des autres sont liées à des injustices. D’une certaine manière, leurs fortunes sont parfaitement justifiées et justes, parce qu’elles sont dues à leur capacité de création. Plus encore, elles ont probablement contribué à enrichir le monde. Au demeurant, au lieu de conspuer leur richesse, on ferait mieux de se soucier de savoir comment on peut enrichir les plus pauvres (et ce n’est pas en appauvrissant les riches).
 

De plus, ne peut on pas estimer qu'une telle concentration de richesses, dans un si petit nombre de mains, peut être une menace pour la cohésion des sociétés, notamment en ce qui concerne les démocraties libérales ? 

Les démocraties semblent effectivement avoir besoin d’une forme de cohésion collective (c’est ce qu’expliquait, par exemple, Pierre Manent dans un livre intitulé La raison des Nations). Or, il est incontestable qu’aujourd’hui un grand nombre de citoyens considère que les plus riches s’extraient de la collectivité et d’une certaine manière refusent d’y appartenir par leurs comportements exorbitants de la normalité / de la moyenne. En ce sens, le débat sur les inégalités n’est que le reflet de celui sur l’identité nationale (dans ce dernier cas, les citoyens estiment de la même manière que des minorités s’extraient du consensus national par leurs revendications culturelles et religieuses, actives ou passives).

Une fois ce constat problématique fait, il reste à déterminer la réponse politique qu’on y apporte. Une première piste, socialiste (au sens large, c’est-à-dire autant de Gauche que de Droite), consiste à privilégier la redistribution par l’Etat, en taxant : on estime qu’en réduisant la fortune des plus riches, on pourra améliorer le sort des plus pauvres. Une seconde piste, libérale à mon sens, consiste à favoriser la mobilité par le marché, la concurrence et la méritocratie.

L’économiste italien Alberto Alesina (Harvard) a montré qu’en Europe, les citoyens sont convaincus que les dés de la réussite sont pipés : pour réussir, il faut avoir des pistons, être bien né. Ils n’ont pas totalement tort : la France a par exemple le système scolaire le plus déterministe de tout l’OCDE. La conséquence est que les Européens privilégient l’impôt pour redistribuer. Aux Etats-Unis, à l’inverse, les citoyens considèrent majoritairement que n’importe qui peut réussir par son travail. C’est partiellement vrai ; mais ce n’est pas totalement faux non plus (une étude de l’Université de Chicago a montré qu’en 2011, 32 % des plus riches venaient d’une famille riche, contre 60 % en 1982, illustrant une plus grande mobilité). La conséquence politique est que les Américains sont plus hostiles à la redistribution.

Aujourd’hui, la colère populaire et les divisions sociales doivent inviter les pays occidentaux à inventer de nouvelles solutions. Il faut souhaiter qu’ils privilégieront la voie de la mobilité et de la méritocratie plutôt que celle de la taxation…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/01/2017 - 06:43
Cet article est un test
Cet article est un test : les gens qui ont un minimum de bon sens et de sens commun se rendent comptent ''qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le système''. Seuls quelques obsédés essaient de justifier l'injustifiable. Le genre de crétins qui auraient défendu l'esclavage, le nazisme ou le communisme...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/01/2017 - 11:07
faut pas s'inquiéter de la nullité de nos économistes...de gôche
....tant que leurs seules références économiques seront:
la bible, dieu et lucifer..................les théories libérales auront de belles perspectives
edac44
- 18/01/2017 - 09:51
Bill Gates, un milliardaire chanceux comme tout milliardaire !
Quel que soit son talent, il faut un "brin" de chance pour réussir, quel que soit son domaine d'activité.
===================================================================>
Quand Bill Gates signe le 6 novembre 1980 un contrat qui va faire entrer Microsoft dans la cour des grands. L'éditeur, qui n'est encore qu'une start-up, est choisi par IBM pour développer l'OS de sa première ligne de PC (embarquant le processeur x86 8088 d'Intel). Gates parvient à doubler Digital Research, leader du marché des OS à l'époque avec son CP/M, dont la proposition n'est pas retenue. Pour pouvoir réaliser son tour de passe-passe, Microsoft acquiert QDOS, un clone de CP/M, pour 50 000 dollars. Le coup de génie ? Le contrat signé avec IBM n'est pas exclusif. Microsoft va pouvoir vendre son OS à d'autres constructeurs de PC. Et Bill Gates a négocié 35 dollars par copie de MS-DOS écoulé avec chaque IBM PC. Des millions d'exemplaires seront vendus à partir de 1981. C'est la fortune. IBM s'apercevra mais un peu tard qu'il vient de rater le plus fabuleux marché du 20ème siècle. Qu'en est-il aujourd'hui ??? Windows est toujours un OS (une merde) instable nécessitant régulièrement des corrections. Vive linux