En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 5 heures 9 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 36 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 16 heures 59 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 5 heures 53 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 42 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 47 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 17 heures 34 sec
© Allociné
© Allociné
MST aurait-elle la grippe ?

L’épidémie de grippe engorge les hôpitaux français : y a-t-il encore un médecin libéral dans l’avion France (et comment en sommes-nous arrivés là) ?

Publié le 13 janvier 2017
L'épidémie de grippe bouscule actuellement les urgences hospitalières. Pourtant, ce n'est pas une fatalité. Durant le quinquennat actuel, la médecine libérale a été particulièrement découragée, ce qui entraîne des problèmes d’augmentation du nombre de patients aux urgences... qui pour la plupart ne devraient pas s'y trouver.
Jean-Paul Hamon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Hamon est président de la Fédération des médecins de France.
Voir la bio
Frédéric Bizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bizard est économiste de la santé et enseignant à Sciences Po Paris. Il est un expert reconnu du secteur de la santé en France et à l'international. Il dirige la société Salamati Consulting, société de conseil en stratégie de santé.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'épidémie de grippe bouscule actuellement les urgences hospitalières. Pourtant, ce n'est pas une fatalité. Durant le quinquennat actuel, la médecine libérale a été particulièrement découragée, ce qui entraîne des problèmes d’augmentation du nombre de patients aux urgences... qui pour la plupart ne devraient pas s'y trouver.

Atlantico : "La consigne est claire : il faut déprogrammer des activités quand c’est nécessaire pour accueillir les malades victimes de la grippe" a déclaré mercredi 11 janvier Marisol Touraine. Ne trouvez-vous pas ironique de sa part de le dire au regard de l'action du gouvernement en matière de santé ? Dans quelle mesure peut-on dire que Marisol Touraine récolte aujourd'hui les fruits d'une politique qui a notamment visé à recentrer l'offre de soin vers les hôpitaux au détriment de la médecine libérale ?

Frédéric Bizard : Le fait le plus marquant est l’amateurisme dont les pouvoirs publics français font preuve chaque année avec la grippe, et pas seulement depuis l’arrivée de Marisol Touraine. On est dans un cas typique d’absence d’anticipation face à un épisode grippale qui arrive tous les ans à la même période et dont celui de cet hiver n’a rien d’exceptionnel.

La grippe saisonnière touche chaque année de 3% à 8% de la population française, avec une moyenne de 2,5 millions de personnes atteintes. L’épidémie survient entre le mois de novembre et avril, débute souvent en décembre et dure en moyenne 9 semaines. Les plus de 65 ans représentent 5% à 10% des cas mais paient le plus lourd tribut avec la quasi-totalité des quelques 2000 décès annuels liés à la grippe. L’histoire est connue, encore faudrait-il que le Ministère s’y intéresse !

Le virus principal de cet hiver 2017, connu dès le début de saison, est de type A H3N2, cousin de celui qui avait été particulièrement mortel en 2015, avec une surmortalité de plus de 15000 personnes, majoritairement des personnes âgées. Malgré cette caractéristique connue dès septembre 2016, aucune mesure préventive à la hauteur du risque n’a été prise : pas de campagne nationale intensive de sensibilisation sur les mesures d’hygiène qui sont fondamentales, pas de mesures spéciales sur les lieux sensibles comme les maisons de retraites, ni sur la vaccination des groupes cibles …

La France paie à prix cher cet amateurisme puisque la Ministre a elle-même annoncé que « le bilan épidémique sera probablement lourd cette année », ce qui annonce probablement une surmortalité de plusieurs milliers de personnes. C’est en effet trop tard pour agir quand on sait que le vaccin procure une immunité deux à trois semaines après l’injection et que le pic de l’épidémie sera la semaine prochaine. Pour illustrer l’irresponsabilité face à ce risque, le taux de vaccination du personnel soignant dans les maisons de retraite est estimé autour de 35% cette année alors que la couverture vaccinale doit être de 70% au minimum chez les groupes à risques pour avoir un effet. Sur l’ensemble des groupes à risques, on est autour de 50%.

Cette crise grippale est bien, avant tout, une défaillance (on pourrait même dire une absence) de la politique de santé publique menée. Écouter la Ministre donner les instructions de management de l’activité hospitalière citées dans votre question serait drôle s’il ne s’agissait pas de vies humaines en jeu ! C’est une défaillance politique qui se traduit par des milliers de pertes humaines évitables.

Jean-Paul Hamon : La décision de déprogrammer des opérations qui ne sont pas urgentes pour libérer des lits d’hôpitaux relève du bon sens. Avec l’hiver beaucoup de personnes âgées sont hospitalisées et pour une fois le gouvernement réagit. Les afflux aux urgences hospitalières sont actuellement inadmissibles, les médecins libéraux connaissent une affluence relative alors que l'épidémie ne fait que démarrer. L'absence de régulation aux urgences des hôpitaux fait que les patients s’entassent bien qu’ils n’aient souvent rien à y faire. Les patients atteints de la grippe ont toute leur place dans les maisons médicales de garde créées par des médecins libéraux et pas aux urgences. Il n’y a pas assez d’éducation de la population sur le bon usage de l’hôpital et Marisol Touraine en porte la responsabilité.

Comment, jusqu'à présent, décrire l'équilibre entre secteur privé et public ? Et quelle pourrait être selon vous la facture du déséquilibrage qui en est cours à la fois pour les patients, mais aussi pour les budgets ?

Frédéric Bizard : Il existe un déséquilibre structurel de la dépense de soins en France en faveur de l’hôpital qui représente 37% de la totalité des dépenses (contre 29% en moyenne dans l’OCDE) et en défaveur de la ville dont la part est de 25% (contre 33% dans l’OCDE). Notre hospitalo-centrisme historique se retrouve donc bien dans les dépenses et est un boulet dans l’ère des maladies chroniques et de la révolution technologique qui entraîne un mouvement de balancier massif vers l’ambulatoire.

Les épisodes grippaux nous rappellent qu’on aura toujours besoin d’hôpitaux avec des lits de médecine, d’autant plus que la population vieillit. Cependant, le monde hospitalier se trompe de cibles quand il évoque la question des moyens. Le problème est l’allocation des ressources et non le niveau de ces ressources. Si on prend les lits, on dispose en moyenne de 20% de plus de densité de lits que dans les autres pays de l’OCDE et le taux d’occupation est d’ailleurs plus faible. Il y a une crise sociale à l’hôpital public qui a plusieurs causes dont l’excès de procédures et de normes, un nivellement par le bas du management et une gestion déficiente de l’État. Le résultat est un trop faible investissement dans les ressources clés de l'hôpital que sont le personnel soignant et les équipements innovants. Le retard dans la digitalisation de nos hôpitaux est un exemple parmi d’autres.

La politique dogmatique anti- secteur privé menée par Mme Touraine a évidemment dégradé la couverture médicale en ville, avec des jeunes médecins qui n’osent plus s’installer tant les pouvoirs publics ont déprécié l’exercice libéral. Les cliniques privées ont été exclues du service public, i.e. que plus aucune clinique ne peut obtenir de nouvelle autorisation d’ouvrir un service d’urgences. Le rééquilibrage ville-hôpital nécessite de réformer simultanément les deux piliers de la médecine française pour les rendre plus solide dans le nouveau monde.  Dans l’esprit du modèle français, cela signifie de renforcer la médecine libérale en ville et de maintenir la mixité public-privé à l’hôpital (avec l’hôpital public comme pilier). On a détruit le modèle français sans proposer d’alternative. Il va falloir reconstruire lors du prochain quinquennat.

Jean-Paul Hamon : En ce qui concerne le budget, la facture est colossale. La directrice générale de l’offre de soin (DGOS) rêve d’ouvrir des centres de santé avec des médecins hospitaliers pour anticiper la chute de la démographie libérale. Si cela se produit, le coût sera nettement plus élevé que celui de la médecine libérale. Cela illustre les dérives actuelles de l’administration particulièrement celles en faveur du monde hospitalier qui vont coûter très cher au contribuable. Les médecins libéraux sont privés de moyens depuis des années, désormais ils vont perdre un temps considérable avec la paperasse nécessaire au tiers payant généralisé. Les jeunes ne veulent donc plus s’installer en tant que médecins libéraux. Et alors que la médecine libérale connaît une grave crise, Manuel Valls annonce qu’il veut limiter la liberté d’installation alors que seulement 9 jeunes diplômés sur 100 s’installent.

Le vrai problème du système de santé en France est le manque d’organisation des soins. Il faudrait que les étudiants fassent au moins un an de stage dans la médecine libérale pour qu’ils n’aient plus peur de s’installer. Par ailleurs, il faut éduquer la population dans le bon usage des soins. Les français ne devraient aller aux urgences que sur une ambulance ou sur recommandation d’un médecin spécialiste. Après avoir régulé l’accès aux urgences hospitalières, il faut aussi contrôler leur financement. Il ne faut pas que les directeurs d’hôpitaux soient encouragés à accueillir toutes les pathologies. Il y a 20 millions de passage aux urgences hospitalières, 15 millions de patients ne devraient pas y être et ces derniers coûtent environ 3 milliards aux collectivités. A chaque passage en urgence hospitalière, le directeur perçoit pour son hôpital 250€ en mission d'intérêt général (Migac).

Par ailleurs, dans quelle mesure une médecine salariée pourrait-elle motiver des départs des meilleurs éléments vers d'autres pays aux niveaux de revenus libres, ou d'ouvrir des cabinets non-conventionnés par la sécurité sociale ?

Frédéric Bizard : La question principale est le risque d’instaurer une médecine à deux vitesses institutionnalisée avec des dispensaires en ville pour les plus défavorisée et une médecine libérale pour les autres. Quelle régression sociale ! C’est pourtant ce que proposent sans sourciller Messieurs Valls et Montebourg dans leur programme.

Comme dans tous les secteurs, les médecins les plus doués ne subiront pas cette évolution car ils resteront libres de leur choix, dont le départ à l’étranger.

Jean-Paul Hamon : La plupart des médecins libéraux ne seraient pas mécontents d’être salariés, d’avoir : les 35 heures, 4000 ou 5000€ par mois, cinq semaines de congés payés, une formation continue remboursée… Si c’est que le gouvernement souhaite cela va leur coûter extrêmement cher mais cela peut plaire à certains jeunes médecins. Le problème sera du côté des patients et des soins. Entre un praticien qui travaille 35 heures et un autre qui exerce environ 50 heures par semaine le nombre de patients soignés diffère. Certains candidats à la primaire de la gauche pensent cette mesure financièrement possible, ce n’est pas le cas.

De plus, la relation du "médecin de famille" ne passe-t-elle pas aux oubliettes des considérations de l'Etat ? Qu'est-ce que le patient perd concrètement à devoir se rendre dans un centre de soin public quand il aurait pu consulter chez son médecin traitant ?

Frédéric Bizard : Tout le monde s’accorde sur le fait que le mode d’exercice dominant sera un exercice de groupe pluri-professionnel pour prendre en charge efficacement dans la durée les patients chroniques. Tous les politiques évoquent la nécessité de développer les maisons de santé pluri professionnelles (MSP).

L’histoire est cependant radicalement différente si le mode d’exercice dominant dans ces MSP est le libéral ou le salariat. Dans le premier cas, vous pouvez conserver une relation personnalisée type « médecine de famille », dans le deuxième cas, vous ne l’avez plus.

La volonté du gouvernement d’étatiser la médecine a pour objectif d’imposer un vaste service public national de santé, du type de l’éducation nationale, qui sera fonctionnarisé. En réalité, ce service public sera la médecine d’accès gratuite de base et peu innovante pour ceux qui ne peuvent pas se payer la médecine de qualité.

La hausse des coûts de production de cette médecine publique, par rapport à la médecine libérale, sera compensée par le fait qu’elle sera consommée par une partie réduite de la population. C’est le rationnement des soins de qualité par l’accès financier, compensé par un accès gratuit aux soins de base qui donnera l’impression d’avoir solutionné le renoncement aux soins. La médecine de ville sera dans l’état de notre politique de santé publique actuellement sous la direction opérationnelle de l’État.

La gestion actuelle de la grippe est un bon indicateur prédictif !

Jean-Paul Hamon : Travaillant personnellement dans un cabinet regroupant des médecins généralistes, nous connaissons les familles que nous soignons. Nous traitons parfois plusieurs générations dans une même famille, la proximité permet une qualité des soins meilleurs. Les informations que nous avons dans la contextualisation d’une pathologie aident sans aucun doute au soin. Cependant il ne faut pas tomber dans le cliché d’un hôpital complètement déshumanisé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 15/01/2017 - 10:24
Charybde et Scylla
ou Bachelot et Touraine. Des ministres pour tous. Santé! à la nôtre!
Surtout ne pas faire de fixation et les prendre en ...grippe.
vangog
- 13/01/2017 - 01:32
@JG j'ai cherché un argument dans votre diatribe...
bileuse...mais je n'en ai trouvé aucun auquel répondre...tant pis pour vous, car c'aurait été avec plaisir! (A propos, évitez ce type de colère malsaine, car c'est mauvais pour votre ulcère...)
JG
- 13/01/2017 - 00:12
@vangog
Voilà quand on est énervé par vos conneries, on fait des fautes d'orthographe : "Arrêtez " et non pas "arrêter"... et des répétitions qui alourdissent le style (trois fois "sujet" dans la dernière phrase....)