En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
© Reuters
Brutus

Macron et les hollandais : les coulisses d’une histoire d’amour contrariée dont la fin reste à écrire

Publié le 20 janvier 2017
La gauche sait qu'elle doit arriver unie au premier tour de la présidentielle pour espérer l'emporter. Si la plupart des socialistes espèrent toujours faire plier Emmanuel Macron, une partie d'entre eux imaginent un scénario inverse et pensent faire pression sur un Manuel Valls mal élu à la primaire de la gauche, pour qu'il se désiste face au favori des sondages.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche sait qu'elle doit arriver unie au premier tour de la présidentielle pour espérer l'emporter. Si la plupart des socialistes espèrent toujours faire plier Emmanuel Macron, une partie d'entre eux imaginent un scénario inverse et pensent faire pression sur un Manuel Valls mal élu à la primaire de la gauche, pour qu'il se désiste face au favori des sondages.

C'est un peu comme si les enfants de César, emboîtant le pas à Cléopâtre, s'appétaient à couronner Brutus. Une drôle de scène, shakespearienne à souhait. Un scénario incroyable, que certains socialistes imaginent pourtant devenir réalité. Acte Un : Emmanuel Macron se porte candidat contre François Hollande. Acte deux, Manuel Valls pousse ce dernier à abdiquer. « Aujourd’hui, Hollande doit choisir entre celui qui l'a trahi et celui qui l'a poussé dehors », résume un proche du Président qui ne porte pas l'ancien Premier ministre dans son cœur. D’où l'acte trois, improbable mais pourtant dans quelques têtes de fidèles du locataire de l’Élysée : « si Manuel est mal élu ou par très peu de votants, les hollandais fuiront chez Macron », explique un ancien membre du gouvernement qui ajoute : « et nous serons un certain nombre à demander à Manuel de se désister afin que la gauche ait une chance d'être au second tour. Ça ne sera pas la première fois que le PS soutiendra un candidat qui n'est pas membre du parti. Les sondages de début février seront déterminants». Celui qui parle ainsi n'est pas exactement un ami du candidat à la primaire du PS. Mais chez d'autres hollandais, moins anti Valls, la même petite musique flotte sur les lèvres : « si Valls est porté par deux millions d'électeurs, Emmanuel devra s'effacer, mais si Manuel ne réussit pas à créer un sursaut, c'est lui qui devra en tirer les conclusions. Au final, il faudra qu’il n'en reste qu'un ». Seuls les fervents opposants à Emmanuel Macron, comme Michel Sapin, jurent sans ciller : « un soutien du PS à Emmanuel ? Jamais, vous m’entendez : ja-mais ! ». La messe semble dite pour certains.

 

Et comme souvent, c'est Ségolène Royal qui joue les émissaires et les têtes de cordée en encourageant son entourage à vanter les mérites de l'ancien ministre de l’Économie. L'un de ses proches expliquait, en novembre dernier, « je vois comme un hommage à Ségolène cette volonté de faire bouger les lignes, d'être iconoclaste, de rassembler au-delà de son camps. Elle est attentive à la démarche d'Emmanuel Macron mais loyale à François Hollande ». Le Président était alors potentiellement candidat à sa propre succession. « Comme Macron, elle parle positivement de l'avenir, avec confiance. Comme lui, elle propose des solutions, une vision optimiste, elle n'agite pas les peurs », ajoute un fidèle lieutenant faisant allusion a un certain... Manuel Valls. La ministre de l’Environnement envoie des signaux. La conséquence d'une relation compliquée avec l'ancien locataire de Matignon, bien sûr, auquel elle s'est opposée dans le dossier Sivens, mais aussi celui des boues rouges ou encore de Notre Dame des Landes. Mais il semble difficile d'imaginer que ce signal soit émis contre l'avis du Président de la République. Entre elle et lui, il n'y a plus de guerre depuis longtemps. Ils se parlent, se conseillent et s'entraident. Rien de ce qu'elle dit ne doit gêner son ancien compagnon dont d'autres proches, dont Bernard Cazeneuve, soutiennent ouvertement Emmanuel Macron.

 

François Hollande, et derrière lui les socialistes, gardent donc deux fers au feu, se disant que face à François Fillon, toujours fidèle à une ligne très radicale, tous les espoirs sont permis si la gauche réussit à s'unir au premier tour de la présidentielle. Reste quelques détails à régler afin que cette subtile stratégie fonctionne : convaincre Manuel Valls de se désister pour céder la place à son pire ennemi et surtout, expliquer aux électeurs de gauche, qui se seront déplacés pour voter à la primaire, que l'on fait fi de leur vote. Bref, l'union n’est pas encore pour demain.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 16/01/2017 - 19:19
Encore Macron
Et quand vous nous parlerez un peu des autres candidats que le bébé Rotschild pour un monde meilleur pour les milliardaires et plus de misère pour les pauvres illétrés ouvriers ?
Jamais un mot sur Jean Lassale par exemple qui nous alerte sur les dangers des ces faux politiques qui nous trahissent....Il est tout autant candidat que Macron l'imposture.
jurgio
- 15/01/2017 - 23:46
Pour une histoire d'amour contrarié
il faudrait déjà que les protagonistes aient du sentiment. Or, Hollande est un crocodile incapable d'émotions. Ce dernier pourra très bien, et sans état d'âme, faire un bout de route avec Macron. La rancune attendra car la vengeance est un plat qui se mange froid. La fuite de l'information sur un possible soutien était pour lancer une carte postale dans l'opinion. Qui ne connaît pas l'enfumeur de Tulle ? Le pouvoir confortable de notre pauvre république démange toujours un bon à rien que seule cette sorte de politique peut nourrir.
cloette
- 15/01/2017 - 17:33
Tout à fait d'accord avec Marie- E
Macron est le faux nez de Hollande .