En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 3 heures 8 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 11 heures 56 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 13 heures 53 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 4 heures 20 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 9 heures 7 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 11 heures 29 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 12 heures 3 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 13 heures 22 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 13 heures 31 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 14 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Choisis ton poison

Quand la bataille des crèches de Noël révèle les deux chemins sur lesquels se fourvoient les tenants de la laïcité fermée

Publié le 24 décembre 2016
Alors que le débat actuel sur les crèches de Noël dans les mairies ravive les questions autour de la laïcité, cette dernière revêt la plupart du temps deux visages bien distincts, mais tout aussi néfastes à un débat serein sur la place de la religion en France.
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le débat actuel sur les crèches de Noël dans les mairies ravive les questions autour de la laïcité, cette dernière revêt la plupart du temps deux visages bien distincts, mais tout aussi néfastes à un débat serein sur la place de la religion en France.

Atlantico : Dans quelle mesure certains défenseurs de la laïcité aujourd'hui en France incarnent-ils une laïcité dite "peureuse", ne souhaitant pas évoquer notamment les crèches de Noël dans les mairies pour ne pas attiser les tensions dans la société ?

Philippe d'Iribarne : On croyait résolue la question de la laïcité, dans une sorte d’armistice tellement durable qu’il pouvait être considéré comme une vraie paix, entre l’Eglise catholique et la République. Mais la présence de l’islamisme militant, avec son projet d’emprise sur la société française, remet la question à l’ordre du jour. On peut comprendre que la crainte de voir ressurgir les tensions qui ont marqué notre société au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat incite à éviter tout ce qui peut conduire à une remise en cause d’un statu quo laborieusement acquis.

Parallèlement à cela, n'y a-t-il pas également en France un autre visage de la laïcité, beaucoup plus radical et souhaitant supprimer de l'espace public toute trace de l'héritage judéo-chrétien de la France ?

Oui, il y a effectivement des courants attachés à une forme de religion laïque qui entendent profiter des tensions actuelles pour reprendre le combat contre l’ennemi de toujours. Mais on trouve aussi une tout autre attitude à l’égard de la laïcité, inspirée par le rejet de l’héritage chrétien, chez les islamo-gauchistes qui se proposent, en mettant en avant une laïcité "ouverte", de noyer les traces chrétiennes dans le flot des traces musulmanes. Pendant ce temps, les adeptes laïcards d’une laïcité dure peuvent être rejoints par des courants qui sont prêts à sacrifier les traces de l’héritage chrétien au nom de leur souci de lutter contre l’emprise islamique. Ainsi, quand il s’est agi d’interdire le port du voile islamique à l’école, c’est l’ensemble des signes religieux qui a été mis en cause. Si l’on adopte cette perspective, les symboles chrétiens, comme les crèches, deviennent une victime collatérale de la lutte contre l’emprise de l’islamisme.

En quoi ces deux formes de laïcité ne permettent-elles pas d'appréhender avec justesse et précision la question de la place de la religion dans notre société française ?

L’erreur est de vouloir aborder sous le registre de la laïcité -nécessairement neutre par rapport à la diversité des religions- des questions qui sont en fait spécifiques à l’islam. La décision du Conseil d’Etat confirmant la fermeture administrative de la mosquée d’Ecquevilly s’est située sur un bien meilleur terrain, celui de la condamnation des appels à la discrimination et à la haine. L’ordonnance du Conseil du 6 décembre note que, dans les prêches prononcés dans cette mosquée, les juifs et les chrétiens sont "dénoncés comme falsifiant les textes sacrés et appelés à se convertir sur un ton menaçant". Quand l’imam impliqué s’est défendu en faisant remarquer que certains des propos qui lui étaient reprochés n’étaient que la reprise de versets du Coran, l’ordonnance a répliqué que le fait que ces mots soient extraits du Coran "n’en diminue pas la violence". Est également entrée en jeu, dans la décision administrative de fermeture de la mosquée, son influence sur la vie locale, entre les femmes ne sortant plus de chez elles, et les tensions à l’école entre les enfants musulmans pratiquants et les autres.

Il s’agit de tenir compte, comme le note Nathalie Kosciusko-Morizet, du fait que "si le terrorisme prospère, il le fait sur un système de pensée de rupture, basé sur l’exclusion ou l’excommunication de l’autre, c'est-à-dire une ségrégation identitaire et communautaire qui prédispose au basculement dans la violence" (Le Monde, 10 décembre 2016). Sans se borner aux réactions face aux prêches porteurs de haine, toute une action est à mener pour lutter contre une forme de contrôle mafieux, au nom de la religion, de certains territoires. Certes, une petite part de cette lutte peut être menée au nom de la laïcité (songeons à la tenue des mères accompagnant les sorties scolaires, et peut-être aux tenues islamiques à l’université), mais c’est loin d’être l’essentiel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 19/12/2016 - 22:57
Crèches
C'est super les crèches de Noël, dans les églises ou dans les magasins. Dans les mairies on se demande ce que ça y fait. Les mairies n'ont pas à s'occuper de Noël mais ont a gérer les affaires de la commune du mieux possible. Et sur ce point elles ont de sacrés progrès à faire.
Benvoyons
- 19/12/2016 - 12:07
Pour moi le problème est le Coran Des ouvrages peuvent
être interdits en France Loi de 1958 et 1972.
Exemple de ce qui est dit sur la pédophilie dans le Coran ( vidéo de religieux Musulmans) https://www.youtube.com/watch?v=_A1Euzev-zQ
Aucune interprétation de ma part un simple constat qui ne peut même pas être réfuté en tant écrit du Coran qui a été incréé par Dieu.
lasenorita
- 19/12/2016 - 10:43
''Autrefois'' les crèches..
''Autrefois'' les crèches n'étaient que dans les églises et dans les familles, elles n'étaient pas dans les mairies.. qui sont des bâtiments ''laïcs''.. mais je comprends l'attitude de certains maires (le maire de Béziers, etc.) qui mettent des crèches dans des lieux publics...car à partir du moment où les musulmans font des prières dans les rues, mettent des tapis de prière dans les entreprises..où on a laissé les musulmans enfeindre les lois de la laïcité, dans un but électoral...pourquoi avoir honte d'afficher des crèches dans une mairie.. En 1962,les musulmanes criaient des you-yous vainqueurs et agressifs dans les oreilles des ''Français'' non-musulmans chassés de leur pays natal. .maintenant, j'entends ces yous-yous des musulmanes les soirs de Ramadan et ils m'empêchent de dormir parce notre ''police'' a reçu l'ordre de laisser les musulmans faire du bruit pendant le Ramadan.. tant pis pour les non-musulmans qui veulent se reposer!..