En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 13 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 15 heures 56 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 17 heures 48 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 19 heures 37 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 20 heures 10 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 20 heures 30 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 21 heures 24 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 22 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 15 heures 46 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 20 heures 20 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 22 heures 12 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 14 heures
© XAVIER LEOTY / AFP
Il est à peu près acquis que la prospérité en France ne pourra faire l’économie d’une remise à plat à la fois de son système éducatif et de sa protection sociale. Les formes prises par ces deux modèles sont en effet devenues obsolètes et inefficaces.
© XAVIER LEOTY / AFP
Il est à peu près acquis que la prospérité en France ne pourra faire l’économie d’une remise à plat à la fois de son système éducatif et de sa protection sociale. Les formes prises par ces deux modèles sont en effet devenues obsolètes et inefficaces.
Nouvelle ère

Inégalités et croissance : la fin du modèle rawlsien

Publié le 16 décembre 2016
Alors que la croissance est aujourd'hui sur toutes les bouches à l'approche de l'élection présidentielle de 2017, petit rappel de ses implications dans un modèle de société qui pourrait bien changer à l'avenir.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la croissance est aujourd'hui sur toutes les bouches à l'approche de l'élection présidentielle de 2017, petit rappel de ses implications dans un modèle de société qui pourrait bien changer à l'avenir.

Faut-il reparler du mythe de la croissance ?

Redisons-le, la notion de croissance est une carabistouille, commode certes, mais qui comporte de si nombreuses limites que le concept ne m’en paraît guère opératoire pour nos politiques économiques, sauf par défaut évidemment.

La croissance est en effet une statistique qui mesure, d’année en année, l’évolution du Produit Intérieur Brut, c’est-à-dire la somme des valeurs ajoutées. Ce chiffre n’intègre donc que les productions monétisées et met sur un même pied une valeur ajoutée productrice d’externalité positive (une inscription à l’université par exemple), et une valeur ajoutée productrice d’externalité négative (l’achat d’une voiture diesel pour prendre un autre exemple). En soi, la croissance ne dit rien sur la qualité des valeurs ajoutées.

C’est pourquoi la croissance pour la croissance est aussi absurde que l’idéologie de la décroissance. On peut très bien "décroître" positivement ou négativement. Décroître pour décroître est vide de sens.

La prospérité plutôt que la croissance

Ce petit rappel sémantique explique pourquoi je préfère généralement parler de prospérité plutôt que de croissance. D’une certaine façon, on pourrait traduire la notion de prospérité par une croissance productrice d’externalités positives. C’est un peu le contraire du gaz de schiste : ce dernier apporte (en théorie) de la croissance économique aux pays qui l’exploitent, mais c’est une croissance lourde de pollutions et de désordres. Ce n’est pas de la prospérité.

Mieux vaut privilégier un développement économique qui apporte du bonheur et de l’amélioration concrète des conditions de vie : moins de pauvreté, plus d’espérance de vie, un meilleur accès à la culture, etc.

Inégalités et croissance ne sont pas liées

Un trait marquant de notre époque tient à la dissipation des illusions sur une relation arithmétique qui existerait entre lutte contre les inégalités et croissance. Des statistiques d’Eurostat parues cette semaine le montrent parfaitement :

Source : Eurostat

Ce graphique est à comparer avec la carte ci-dessous qui représente la dispersion des taux de croissance dans les pays de l’Union en 2015 :

Source : Toute l’Europe

On le voit, il n’existe aucune corrélation directe entre inégalités et croissance. Ainsi, la Suède et la France sont les deux pays d’Europe où les dispersions salariales sont les plus faibles. L’une connaît la croissance (la Suède) et l’autre la stagnation. La même observation de non-corrélation pourrait être faite pays par pays.

La fin du modèle rawlsien

Ce constat constitue une rupture avec une époque portée par une idéologie dite rawlsienne, du nom du philosophe américain pour qui les inégalités inhérentes au capitalisme étaient souhaitables tant qu’elles permettaient une amélioration du niveau de vie et de bonheur des plus pauvres. Cette philosophie a fortement nourri le discours social-démocrate selon lequel l’action publique devait viser à la fois à la croissance et à la réduction des inégalités.

Nous savons aujourd’hui que le développement des inégalités n’est pas lié à la croissance, et que la croissance est neutre vis-à-vis du sort des plus pauvres. Certains pays connaissent la croissance et l’augmentation des inégalités, contrairement au credo rawlsien. Et inversement.

Quel modèle pour demain ?

Faut-il pour autant renoncer à toute ambition, que ce soit dans le domaine de la croissance ou de la réduction des inégalités ? Non, bien sûr, et c’est bien l’enjeu de notre monde post-moderne que de se reforger une doctrine de la prospérité et une approche des inégalités au coeur de celle-ci. Si nous savons que toute nostalgie social-démocrate fondée sur la conviction que la croissance conduit à une réduction des inégalités et procède de celle-ci, nous ne pouvons être exempts d’un "buon governo", d’un paradigme pour la conduite des affaires, qui guiderait à la fois les politiques économiques et les politiques sociales.

Protection sociale et prospérité

Premier point pour ce modèle à réinventer : nous savons que la prospérité d’une société est nourrie par l’existence d’un système de protection sociale, en tout cas lorsque cette protection sociale est productrice d’investissement et de confiance. Cela signifie que toute protection sociale n’est pas bonne pour la croissance, mais que la croissance est accrue lorsque le système économique dispose d’un système adéquat de protection des individus.

Cette formulation, qui s’appuie sur des études bien connues de l’OCDE, pose la question de notre protection sociale appelée sécurité sociale. Est-elle la forme de protection sociale qui convient pour optimiser la croissance ? Probablement pas, et c’est ici que le modèle républicain doit se réinventer.

Prospérité et égalité des chances

Deuxième point : la prospérité d’une société dépend également de l’investissement que cette société consent dans l’éducation et la formation. Là encore, le sujet est bien connu. Reste à savoir si la France dispose d’un système éducatif qui optimise ses chances en matière de prospérité.

Le sujet est interminable et peut amener à des discussions sans fin. Une évidence s’impose néanmoins avec le temps, notamment à l’occasion des enquêtes PISA menées par l’OCDE : l’école publique, en France, qui s’est construite comme l’école de l’égalité des chances, est devenue avec le temps un puissant outil d’immobilisme et de sélection sociale.

Là encore, les études qui le montrent, bien au-delà de PISA, sont extrêmement nombreuses.

Réinventer l’école et la protection sociale pour réinventer la prospérité

Au vu de ces éléments, il est à peu près acquis que la prospérité en France ne pourra faire l’économie d’une remise à plat à la fois de son système éducatif et de sa protection sociale. Les formes prises par ces deux modèles sont en effet devenues obsolètes et inefficaces. Sans une refonte fondamentale, le retour à la prospérité collective sera difficile.

Cet article a également été publié sur le site d'Eric Verhaeghe, et est disponible ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carl Van Eduine
- 20/12/2016 - 10:46
Rawls ou pas ?
Article bon et insuffisant ? Si vous considérez que le modèle de Rawls est une finalité, pas un automate, au mieux une contrainte et si vous parlez de prospérité, alias d'une croissance quantitativo-qualitative, alors Rawls resterait possible, mutatis mutandis. Les questions qui restent dans le modèle de Rawls, actualisé ou pas, ou dans un autre modèle double me sembleraient plutôt les suivantes : à partir de quand la concentration de la richesse entre quelques mains devient-elle contre-productive au regard soit de la croissance, soit effectivement plutôt de la prospérité ? A partir de quand cette concentration devient, lobbying aidant, une négation de la démocratie ? Cette négation de la démocratie connaît-elle un seuil à partir duquel la situation devient politiquement instable et vire soit à l'émeute, soit au facisme d'entreprise (le Tafta ?) qui serait le substitut moderne dans la mondialisation du fascisme d'Etat ? En clair, je pense que cet article au demeurant intéressant puisqu'il suscite le débat, pourrait d'abord exposer les problématiques multiples que soulève le passage du concept de croissance à celui de prospérité, Rawls ou pas. Mais merci de l'ouverture
Ganesha
- 17/12/2016 - 07:56
La vérité
Il y a des jours comme cela, où on se décide à dire la vérité… C'est l'évidence, mais vous avez moins de succès que l'article débile de m. Garibal qui, lui, ose encore nous sortir la connerie répugnante des ''réformes''. Et ce ''brave Filloniste'' obtient six commentaires !