En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 19 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 18 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 heure
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 22 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 31 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 heures
Préparez-vous

Alerte aux actions terroristes imminentes en Europe : où et comment auront-elles lieu ?

Publié le 05 décembre 2016
En mai, le directeur de la sécurité intérieure française alertait quant au recours aux voitures piégées par des groupes terroristes sur le sol européen. Une crainte confirmée par un récent rapport d'Europol.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En mai, le directeur de la sécurité intérieure française alertait quant au recours aux voitures piégées par des groupes terroristes sur le sol européen. Une crainte confirmée par un récent rapport d'Europol.

Tous les responsables politiques craignent que plusieurs actions terroristes aient lieu en Europe dans les prochains temps. Mais, une partie du public ne semble plus vraiment y croire car rien ne se passe depuis quelques temps et l’oubli fait rapidement son œuvre, bien sûr, en dehors des personnes qui ont été directement ou indirectement victimes des derniers évènements tragiques. Cette capacité d’absorption est d’ailleurs fascinante. Elle constitue une véritable parade qui participe à la résilience des populations. Après une période de sidération, ces dernières reprennent leurs activités normales même si elles sont traversées par quelques moments d’inquiétude au moment où elles empruntent les transports en commun ou participent à des manifestations de masse.

Mais tous les spécialistes en sont certains, les seules questions qui se posent désormais sont : "quand" et "où" ? Les services de sécurité font tout pour contrecarrer ces menaces, et des arrestations ont lieu presque tous les jours mais la tâche est disproportionnée, les effectifs et les moyens restant limités. Il ne faut pas s’illusionner : ils ne pourront pas être augmentés indéfiniment. De plus, à être trop aux créneaux, la lassitude due à la fatigue peut parfois gagner certains, même si leur motivation reste intacte. Il est impossible de rester en permanence totalement attentif. Les agresseurs ont l’avantage de la surprise car ce sont eux qui choisissent les réponses aux questions "quand" et "où", ne se préoccupant que du "comment". 

Tous les signaux sont aujourd’hui au rouge. Depuis des semaines, et plus particulièrement depuis la fin novembre, la propagande de Daech déverse de multiples appels au meurtre via ses différents canaux comme le "centre de médias" An-Nur (édité en français) qui écrit le 29 novembre : "en tant que musulman, je me sens obligé de prendre mon camion et de me diriger vers mes ennemis à qui je vais infliger une vraie punition jusqu’à les affliger". La référence à l’attentat de Nice du 14 juillet de cette année est flagrante. Le 27 novembre, An-Nur publie le texte suivant : "Ô Partisan du Califat, Les Soldats du Califat ont entraîné les adeptes de la mécréance dans une guerre et sanglante et éprouvante. Des affrontements féroces font rage dans chaque contrée et les mujahidin, arme à la main, affrontent, sans répit, les ennemis d’Allah afin d’éradiquer l’idolâtrie. Quant à vous, ô partisan(e)s du Califat, ô frères et sœurs en Allah, ne soyez pas dans l’attente des publications et communiqués ! Invoquez Allah, sans qui les victoires ne sauraient être possibles. Publiez et partagez les informations, prenez le contrôle des réseaux sociaux et participez à la guerre médiatique. Qu’Allah bénisse les mains par lesquelles la vérité éclate jour après jour". L’intérêt porté par Daech aux réseaux sociaux et à la guerre médiatique est criant.

Indéniablement, ces messages sont destinés à des fidèles à la cause islamiste radicale qui séjournent déjà en Europe afin qu’ils se décident à passer à l’action. A noter que la référence à l’islam est permanente et répétée. Le problème réside dans le fait que les sympathisants de Daech trouvent dans les textes sacrés (le Coran, la vie de Mahomet, et les hadiths) ce qu’ils viennent y chercher : la justification du recours à la violence. Il n’est pas question de leur parler d’interprétation des textes car ils revendiquent leur pureté originelle. Pour eux, ceux qui interprètent la parole de Dieu telle qu’elle est transcrite dans les textes sacrés sont des "apostats" (des traîtres à l’islam) au premier rang desquels se trouvent les chiites.

Le dernier rapport d’Europol souligne d’ailleurs que la menace pourrait être le fait d’ "acteurs solitaires" (pour ne pas employer l’appellation controversée de "loups solitaires") qu’ils aient ou non des contacts sur des théâtres de guerre extérieurs. Les moyens qu’ils pourraient employer vont de l’arme blanche au poids lourd lancé sur la foule. Il n’est pas impossible, toujours selon cette étude, que des véhicules piégés et même des armes chimiques ne soient employées. En ce qui concerne les cibles, l’hypothèse la plus probable est l’attaque de "cibles molles" mais pas d’objectifs protégés comme des infrastructures du type centrales nucléaires.

L’éventuelle entrée en lice de résidents semble être évident car les volontariats au martyre pour venger les "frères" musulmans "assassinés" par les infidèles sur les différents théâtres de guerre se multiplient. Même des femmes -souvent très jeunes- expriment leur intérêt pour le djihad et font l’éloge de la violence contre les non musulmans, ainsi que du martyre. Il convient de rappeler que l’idéologie prônée jusqu’ici par Daech leur refuse un rôle combattant direct, mais l’urgence faisant, cela est peut-être en train de changer.

 

Selon Europol, il n’est pas impossible que des commandos soient envoyés depuis le front syro-irakien mais aussi de Libye. Et même, "plusieurs douzaines" d’activistes pourraient être déjà en place.

Et c’est là que l’on reparle des Inghimasi (les "immergés"), les héritiers des Heyssessini (la secte des "assassins", 1090-1257, qui dépendait toutefois du chiisme). Cette appellation apparue en 2011 fait référence à des activistes qui partent au combat sans espoir de retour mais qui, à la différence des kamikazes -les Istishhhadi- doivent combattre. Ce sont eux qui choisissent de se sacrifier s’ils risquent d’être capturés ou de se retrouver à court de munitions.

Fréquemment employés en petits groupes sur le front syro-irakien, mais aussi en Libye et sur le front AfPak (Afghanistan-Pakistan), ils existent au sein de tous les mouvements salafistes et Al-Qaida "canal historique" en a beaucoup fait l’usage. Il convient de ne pas oublier que cette organisation est responsable de l’attaque de la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris. Les frères Kouachi en étaient peut-être.

Les Inghimasi sont équipés d’armes d’infanterie -majoritairement de fusils d’assaut- et portent un gilet explosif. Si sur les champs de bataille, ils participent aux combats aux avant-postes souvent revêtus de l’uniforme de leurs adversaires pour mieux les tromper(1), ils peuvent aussi mener des opérations de type terroriste à l’extérieur, et plus particulièrement en Europe. Les activistes de Daech, qui se sont attaqués au Bataclan et aux terrasses de café à Paris le 13 novembre 2015, peuvent être assimilés à des Inghimasi. A la différence des kamikazes (Istishhadi) du stade de France qui n’étaient pas équipés d’armes à feu et qui devaient uniquement se faire exploser au sein de la foule, ils ont conduit des combats d’infanterie (plutôt des massacres puisqu’ils s’attaquaient à des civils désarmés) et ne se sont fait sauter qu’au dernier moment. En fait, le but des Inghimasi est de combattre le plus longtemps possible pour faire un maximum de victimes ce qui les amène finalement à être coincés par les forces adverses sans être en mesure de s’exfiltrer. Ils choisissent alors de se sacrifier.

Aux résidents islamistes convaincus et aux commandos infiltrés(2), il convient d’ajouter les migrants qui constituent un cheptel de recrutement particulièrement intéressant, que ce soit des salafistes-djihadistes ou des membres du crime organisé. Europol relève d’ailleurs des connexions probables entre les deux structures, le crime pouvant fournir la logistique, et en particulier les armes qui sont délicates à acheminer depuis l’étranger. A savoir que les migrants rencontrent des conditions de vie pitoyables et certains risquent d’être tentés de rejoindre des recruteurs qui viennent leur expliquer que leur salut est dans la lutte ou dans les trafics divers et variés.

Le sentiment principal qui motive tous ces aspirants au martyre est la haine de l’autre(3) et la possibilité de rédemption par la violence qui va jusqu’au sacrifice suprême. C’est d’ailleurs là leur grande différence avec les révolutionnaires marxistes-léninistes (et quelques maoïstes) des années 1970. Ces derniers voulaient bien assassiner mais ils tenaient à rester en vie. Leur lecture de l’islam des origines sert de support central à leur démarche mortifère. Et puis aujourd’hui, tuer n’est plus tabou. De derniers faits divers relevant du domaine du droit commun viennent encore de le démontrer. On sort le couteau pour un oui ou un non.

1.        Ils sont alors utilisés en forces de rupture, accompagnant souvent un (ou des ) véhicule(s) bourré(s) d’explosifs conduits  par des kamikazes dits Istishhadi. Ils peuvent aussi être employés en combat retardateur pour permettre aux autres combattants de s’exfiltrer plus facilement.

2.        Qui peuvent comprendre à la fois des Inghimasi et des Istishhadi.

3.        Une radicalisée avoue avoir des "pulsions meurtrières" quand elle emprunte les transports en commun.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 07/12/2016 - 18:03
Et MLP affirme que l'islam est compatible avec la republique
Ces politiques sont à vomir devant la versatilité de leur " opinions" qui ne ont pour origine leurs volonté d'être élu ( dans ce cas par une partie des musulmans)!
A M A
- 07/12/2016 - 14:51
Le terrorisme islamique est
Le terrorisme islamique est un sujet tellement brûlant pour les bonnes consciences que personne n'ose l'affronter clairement. Il serait peut-être temps de prendre la chose au sérieux. Ce n'est pas une affaire de délinquants radicalisés dispersés. C'est l'affaire d'une société dans laquelle ils évoluent "comme des poissons dans l'eau". Alors faut-il les pécher à la ligne, ou au chalut?
Ganesha
- 07/12/2016 - 12:04
Voyage secret à Tanger
Primaire de rêve : nous avons choisi un obscur bureaucrate, qui participe aux réunions du Bilderberg, et nous présentant un programme farfelu ! Marine Le Pen n'en fera qu'une bouchée ! La France a miraculeusement échappé à un grand danger : non seulement nous avons éliminé l'Imam de Bordeaux, mais surtout nous nous sommes débarrassé de l'infect petit menteur populiste qui se présentait comme un ''Grand chasseur de fichiers S'', mais qui prenait secrètement l'avion pour recevoir ''en main propre'' ( ?) les mallettes de billets du roi d'Arabie Saoudite... http://www.marianne.net/visite-estivale-nicolas-sarkozy-au-roi-arabie-saoudite-100244961.html