En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 4 heures 39 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 31 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 8 heures 20 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 9 heures 14 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 10 heures 7 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 4 heures 29 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 9 heures 3 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 10 heures 55 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Centre en danger

Et un nouveau parti, un ! Comment le centre risque d’aggraver ses pertes à force de ne pas les prendre

Publié le 02 décembre 2016
Alors qu'Hervé Morin et Maurice Lacroix ont annoncé la création prochaine d'un nouveau parti centriste pour soutenir François Fillon, l'UDI de Jean-Christophe Lagarde joue la montre avant de se positionner clairement dans cette présidentielle. Une attitude qui pourrait coûter cher au centre.
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Hervé Morin et Maurice Lacroix ont annoncé la création prochaine d'un nouveau parti centriste pour soutenir François Fillon, l'UDI de Jean-Christophe Lagarde joue la montre avant de se positionner clairement dans cette présidentielle. Une attitude qui pourrait coûter cher au centre.

Atlantico : Après avoir misé sur Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre, l'UDI semble hésiter aujourd'hui sur la ligne à suivre suite à la victoire de François Fillon, Jean-Christophe Lagarde demandant du temps pour examiner les programmes des candidats. N'est-ce pas une attitude qui peut paraître risquée ? L'UDI ne pourrait-elle pas notamment avoir plus d'investitures en se ralliant dès maintenant à François Fillon ?

Eddy Fougier : Cela peut être une attitude risquée en effet. En même temps, Jean-Christophe Lagarde sait bien que François Fillon aura besoin du centre à un moment donné pour attirer les électeurs qui ont soutenu Alain Juppé au premier et second tours de la primaire et sans doute pour rassurer un électorat "modéré" par rapport à son programme marqué à droite. Cela peut donc être important dans le rapport de force qui se profile entre l'UDI et Les Républicains dominés désormais par les proches de François Fillon. Ensuite, l'UDI attend peut-être que la situation se clarifie, notamment par rapport à la potentielle candidature de François Bayrou à la présidentielle. S'il devait se présenter en 2017, cela compliquerait à l'évidence la tâche de l'UDI qui devra alors effectuer un choix entre les deux François, Fillon et Bayrou, d'autant qu'au sein de l'UDI, certains ont déjà effectué leur choix. C'est le cas du Nouveau Centre d'Hervé Morin qui a clairement annoncé son soutien à François Fillon en vue d'avoir un groupe autonome à l'Assemblée nationale. On peut supposer que ceci puisse conduire à terme à un éclatement de l'UDI.

Si jamais l'UDI venait à ne pas soutenir François Fillon pour la présidentielle de 2017, dans quelle mesure peut-on s'attendre à un éclatement du centre (entre l'UDI, Emmanuel Macron, François Bayrou, Rama Yade, etc.) ?

L'éclatement du centre est déjà bel et bien là. C'est d'abord le cas au sein de l'UDI entre juppéistes (autour de Jean-Christophe Lagarde) et fillonnistes (autour d'Hervé Morin). On pourrait dire de ce point de vue que la primaire des Républicains n'a fait qu'accentuer les divergences qui pouvaient déjà exister au sein de ce mouvement. L'inconnue Bayrou et la nouveauté Macron ne font que renforcer cette impression d'éclatement. Au-delà des querelles d'égos, le centre en France n'a toujours pas dépassé ses vieilles contradictions : doit-il opter pour une orientation ni droite, ni gauche (comme Bayrou entre 2007 et 2013 ou Macron semble-t-il aujourd'hui) ou doit-il se rallier à la droite (comme Morin l'a fait en 2007 avec Nicolas Sarkozy et l'a refait en 2016 avec François Fillon) ? Doit-il y avoir un parti autonome du centre (MoDem, UDI) ou bien les centristes doivent-ils être plus ou moins intégrés ou rattachés au principal parti de droite ? La tentation de l'autonomie centriste est toujours omniprésente a fortiori lorsque la droite se radicalise (période Sarkozy) ou bien lorsque la gauche au pouvoir ignore les centristes et déçoit (période Hollande). Mais elle tend rapidement à se heurter au système institutionnel français qui implique généralement d'opérer un choix au second tour de la présidentielle entre la droite et la gauche (soutien apporté à Sarkozy par Morin en 2007, vote Hollande par Bayrou en 2012) et surtout de se rapprocher d'un grand parti (UMP/LR, PS) pour pouvoir exister à l'Assemblée nationale, comme François Bayrou en a fait l'amère expérience depuis 2012.

Dans le système institutionnel français actuel, il n'y a pas vraiment de place pour un centre autonome. Le centre tel qu'il existe aujourd'hui n'a pas sa place à gauche (le choix de voter en faveur de François Hollande n'a absolument rien rapporté politiquement à François Bayrou, le PS n'a même pas retiré son candidat de sa circonscription lors des législatives de 2012 pour qu'il puisse être élu député). Il finit donc à un moment donné par se rapprocher de la droite comme on a pu l'observer avec Bayrou depuis 2013. Son seul espoir est l'éclatement de ce système au terme soit d'une crise majeure, soit d'une victoire assez improbable à la présidentielle (ex : Bayrou en 2007). C'est la raison pour laquelle je suis assez sceptique par rapport à Emmanuel Macron.

Par l'ampleur de sa victoire et la dynamique qui devrait s'enclencher derrière lui, François Fillon n'a-t-il pas fait la démonstration que la droite pouvait gouverner avec une majorité sans l'UDI ? Dans quelle mesure, outre la défaite d'Alain Juppé, les résultats de cette primaire ne sont pas une bonne nouvelle pour l'UDI ?

Encore une fois, les résultats de cette primaire ne sont pas une bonne nouvelle pour l'UDI car ils ne font que mettre à jour des visions divergentes entre ses différentes composantes incarnées par Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin. Néanmoins, François Fillon n'a obtenu "que" 3 millions de voix lors du second tour de la primaire. C'est une base très solide et il y a une dynamique certaine autour de lui, mais c'est largement insuffisant pour l'emporter en mai prochain. Rappelons qu'en 2007, Nicolas Sarkozy avait obtenu 11,4 millions de voix au premier tour et 18,9 millions au second et qu'en 2012, François Hollande recueillait 10,3 millions de voix au premier tour et 18 millions au second. Comme je l'ai dit plus haut, François Fillon va donc devoir convaincre les électeurs d'Alain Juppé qui pourraient être tentés par un vote Macron, voire Bayrou si celui-ci devait se présenter, et plus largement toutes celles et tous ceux qui s'interrogent sur les aspects les plus radicaux de son programme (conservatisme en matière de moeurs, réforme assez "brutale" de la protection sociale, du temps de travail ou de la fonction publique, pro-Poutine, etc.).

Le candidat des Républicains va ainsi se trouver face à un dilemme : (1) beaucoup vont l'inciter à adoucir son programme en vue de ratisser large, mais au risque de tomber dans les travers du chiraquisme aux yeux de nombreux électeurs qui pourraient être amenés à se dire que finalement, il ne mettra pas en oeuvre ses réformes et que la seule qui est susceptible de faire bouger les choses, c'est Marine Le Pen ; (2) il va préférer rester dans cette même ligne dure et volontariste pour rester convaincant dans sa capacité à mener à bien les réformes qu'il s'est engagé à faire, au risque de devenir la tête de turc de tous les autres candidats et d'effrayer quelque peu certains électeurs modérés. C'est là où les centristes ont un rôle à jouer en tentant de rassurer ces électeurs et/ou d'"humaniser" un programme plutôt marqué à droite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 01/12/2016 - 19:36
F.Fillon et son programme c'est une révolution en marche..
Le recul, le déclin de la France est largement engagé. Structurellement la France est un pays fortement influencé et imprégné par les communistes à la libération avec des mesures comme les nationalisations, la sécurité sociale, la mise en place du statut de la fonction publique, une éducation nationale sous contrôle de la gauche, des statuts particuliers EDF, SNCF, Poste, RATP etc,un centralisme très puissant de l’État. Pour sortir de cette nasse,il faut des mesures fortes,libéraliser l'économie, revoir tout le fonctionnement de l'état, redéfinir son périmètre d'intervention etc., etc. Cette révolution est la seule et unique façon de remettre la France sur les rails du redressement. Ces mesures sont le minima à accomplir. Nous sommes quasiment le seul pays à avoir le statut des fonctionnaires. Car est-il besoin d'être fonctionnaire pour être instituteur, infirmier ou jardinier dans une commune? Non.
Benvoyons
- 01/12/2016 - 15:38
Pour la Présidentielle les Français ne votent pas pour un parti
Ils votent pour celui qu'ils pensent le mieux dans son comportement et aussi pour son Programme.
Ici Londres
- 01/12/2016 - 15:07
@j'accuse...
entièrement d'accord sur le parasitisme de la notion de centriste, en general des seconds couteaux qui veulent s'arroger plus d'influence que leur valeur intrinsèque. Maintenant s'agissant du parasite Bayrou, parfois il peut être utile en fixant un électorat indécis qui peut être utile pour le tour final (on imagine mal ce bœuf appeler une nouvelle fois à faire voter pour la gauche !)