En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

04.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 8 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 7 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 7 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 10 heures
Tournant

Pétrole : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les fantasmes qui agitent les marchés de l’or noir

Publié le 03 décembre 2016
Alors que le peak oil (pic de l'offre de pétrole) a nourri tous les fantasmes ces dernières années, un pic de la demande devrait bientôt être atteint. En effet, la lutte contre le changement climatique, le ralentissement du commerce international et l'émergence d'alternatives dans le domaine de l'énergie pourraient réduire la demande mondiale.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le peak oil (pic de l'offre de pétrole) a nourri tous les fantasmes ces dernières années, un pic de la demande devrait bientôt être atteint. En effet, la lutte contre le changement climatique, le ralentissement du commerce international et l'émergence d'alternatives dans le domaine de l'énergie pourraient réduire la demande mondiale.

Atlantico : Alors que le peak oil (pic de la production de pétrole) a fait l'objet de nombreuses prédictions, se dirige-t-on vers un pic de la demande ? Quand ce pic pourrait-il être atteint ? Dans quelle mesure constituerait-il un tournant historique majeur ?

Stephan Silvestre : Le peak oil est un vieux fantasme né dans les années 1950, puis popularisé dans les années 1970 à l’occasion du pic de la production américaine, basé sur un modèle juste, mais adapté uniquement à un réservoir donné, ou à une zone géologique précise. Mais ce modèle n’est plus pertinent lorsque l’on considère la production au niveau mondial. Par exemple, il n’est prédictif que si l’on connait le volume du réservoir ; or, on ne connait pas le volume des réserves terrestres. Par ailleurs, le taux de récupération du pétrole ne cesse de s’améliorer au gré des progrès technologiques. C’est pourquoi ce modèle n’a jamais pu prédire le déclin de la production mondiale. En réalité, la production ne se retournera pas pour des raisons géologiques, mais en raison de l’inflexion de la demande. Cela pose donc la question d’un pic de la demande.

Il faut distinguer deux zones bien différentes : les pays de l’OCDE et les émergents. Pour les premiers, on observe d’ores et déjà une stagnation de la demande, voire une baisse pour certains. En revanche, la situation est très différente pour les pays émergents : une croissance toujours soutenue, notamment dans le secteur industriel, un taux d’équipement en véhicules croissant, un parc immobilier en forte expansion. Ces pays cherchent pourtant eux aussi à développer le recours aux énergies renouvelables et à des solutions techniques moins énergivores. Mais la croissance de leur demande en pétrole reste encore supérieure au tassement de celle de l’OCDE. En conséquence, la demande mondiale continuera encore de croître durant les prochaines années. Le pic ne devrait donc pas intervenir avant la fin des années 2020.

Quelles seraient les implications concrètes du pic de la demande dans le domaine pétrolier ?

La première conséquence, que nous observons d’ores et déjà, c’est bien sûr un prix du pétrole plus modéré, qui profite aux pays consommateurs. La deuxième conséquence sera, avant même le passage de ce pic, une baisse des investissements, notamment dans l’exploration. Cette baisse entraînera une stagnation, puis une diminution des réserves prouvées. Ensuite, avec une moindre rentabilité de ce secteur industriel, on assistera à sa migration des pays occidentaux vers les émergents. Ce mouvement est aussi déjà engagé. Enfin, d’un point de vue géopolitique, cela entraînera nécessairement un moindre intérêt des Occidentaux pour les pays détenteurs de réserves. Avec la perte de leurs protecteurs, certains connaîtront des périodes troublées, tant à l’intérieur qu’à leurs frontières.

Quel est aujourd'hui l'état de la demande de pétrole au niveau mondial ? Comment expliquer le ralentissement de cette demande dans les pays de l'OCDE ? 

La demande mondiale est toujours en hausse, actuellement à 97 millions de barils par jour (Mbbl/j). Ce chiffre est supérieur de 2 Mbbl/j à celui de 2015, lui-même en hausse de 2 Mbbl/j sur celui de 2014. La demande continue donc de croître globalement, même si cette croissance est très concentrée sur quelques pays émergents, en tête desquels la Chine et l’Inde. La baisse dans les pays de l’OCDE a deux causes : d’une part la stagnation économique de ces pays, notamment dans le secteur industriel (désindustrialisation), et d’autre part une réglementation qui pousse les consommateurs à se tourner vers des solutions alternatives aux énergies fossiles. Cela vaut à la fois pour la motricité, avec des véhicules moins gourmands en carburants, voire électriques, et pour le chauffage : habitats mieux isolés, remplacement du fioul par du gaz naturel ou du chauffage électrique. Ajoutons à cela un facteur non planifié : le réchauffement climatique, qui atténue la consommation de combustibles de chauffage dans les pays du nord.

Alors que l'on semble se diriger vers un recul de la mondialisation (diminution du commerce international, mesures protectionnistes), dans quelle mesure le pic de la demande pourrait-il avoir lieu plus tôt que prévu ? 

Il est encore trop tôt pour parler d’un recul de la mondialisation. Il existe certes des forces politiques qui s’exercent dans ce sens. Mais la mondialisation a ses racines avant tout dans la technologie : d’abord pour les équipements de transport, en particulier les avions. C’est la technologie qui a permis au transport aérien de se développer et se démocratiser. Puis, l’informatique et Internet ont accéléré ce mouvement à l’échelle planétaire. Quoi qu’en pensent les protectionnistes, ce phénomène est irréversible. Pour le moment, on ne constate pas d’impact sur le commerce international, qui continue de croître au même rythme. C’est d’ailleurs justement cette mondialisation qui pourrait entraîner ce pic de la demande. C’est grâce à elle que les nouvelles technologies sont diffusées dans le monde, à commencer par celles des énergies non carbonées ou des véhicules électriques. Freiner ce mouvement ne ferait que retarder le pic de la demande de pétrole.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires