En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 30 min 11 sec
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 2 heures 46 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 3 heures 17 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 17 heures 25 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 18 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 54 min 7 sec
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 17 heures 5 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 17 heures 40 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 18 heures 36 min
© Valery HACHE / AFP
Il n’est pas exclu qu’une mobilisation différentielle des électorats des différents candidats permette à N. Sarkozy d’être en tête de la primaire, en particulier à l’issue du premier tour.
© Valery HACHE / AFP
Il n’est pas exclu qu’une mobilisation différentielle des électorats des différents candidats permette à N. Sarkozy d’être en tête de la primaire, en particulier à l’issue du premier tour.
Surprise sur prise

Voter par adhésion à un candidat ou pour en éliminer un : une victoire surprise de N. Sarkozy pourrait-elle résulter de l’écart entre participation auto-déclarée dans les sondages et participation réelle ?

Publié le 18 novembre 2016
Alain Juppé est quasi systématiquement donné gagnant de la primaire de la droite et du centre. Pour autant, ce scrutin repose sur la capacité des candidats à mobiliser leur électorat... or il n'est pas impossible que la participation ait été surestimée.
Sylvain Brouard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Brouard est chargé de recherche de la Fondation nationale des sciences politiques au Cevipof.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Juppé est quasi systématiquement donné gagnant de la primaire de la droite et du centre. Pour autant, ce scrutin repose sur la capacité des candidats à mobiliser leur électorat... or il n'est pas impossible que la participation ait été surestimée.

Sondage après sondage, Alain Juppé arrive en tête au premier tour de la primaire de la droite et du centre puis gagnant au second tour de celle-ci. Ces résultats s’appuient sur l’auto-déclaration de la probabilité (entre 0 et 10) de participer à la primaire, que tous les instituts de sondage présentent comme surestimée. Dans quelle mesure une victoire surprise de N. Sarkozy pourrait-elle résulter de l’écart entre participation auto-déclarée et participation réelle ? Pour tenter de répondre à cette question, à partir de l’enquête électorale menée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et réalisée par Ipsos-Sopra Steria, les résultats de la primaire vont être simulés en fonction des logiques qui peuvent déterminer la participation à celle-ci. 


(Cliquer pour agrandir)

Pour appréhender les effets de la variation potentielle de la participation à la primaire, la première hypothèse est que la probabilité de participer à la primaire dépend en premier lieu de l’intensité du soutien dont bénéficient les différents candidats. Si l’on considère que, parmi les répondants dont la probabilité de participer à la primaire est maximale, seuls les répondants appréciant beaucoup chacun des candidats participent à celles-ci, la participation s’élève à 4,5%. A. Juppé recueille 30,1% des intentions de vote au premier tour alors que N. Sarkozy atteint 37,9 % de celles-ci. Si l’on élargit la part des électeurs de la primaire concernés (en incluant ceux dont la probabilité déclarée de participer à la primaire est sous le niveau maximum), l’ancien président reste dans tous les cas en tête au premier tour avec une différence minimale de 6 points pour une participation de 7,5% (Graphique 1). Par conséquent, si la participation à la primaire devait concerner exclusivement ceux qui apprécient beaucoup les candidats en compétition, l’ex-président de la République a plus de 99% de chances de précéder A. Juppé, au premier tour, compte tenu l’écart entre les deux candidats, de la taille de l’échantillon et de l’erreur probable d’échantillonnage. Au second tour (Graphique 2), A. Juppé serait aussi systématiquement battu par N. Sarkozy avec un score entre 52 et 54 % (et plus de 98% de chances de victoire). 

 


(Cliquer pour agrandir)

Néanmoins, il est plausible qu’une logique inverse soit également à l’œuvre : la participation à la primaire peut aussi dépendre de l’intensité de la défiance dont pâtissent les différents candidats. Dans l’hypothèse où les répondants appréciant le moins chacun les candidats participent également à la primaire, le niveau de participation atteint, au minimum, 6% et N. Sarkozy apparaît comme le principal perdant avec entre 30 et 33% des intentions de vote aux premier tour, selon le niveau de participation, contre autour de 35% pour A. Juppé. N. Sarkozy ne conserve au mieux qu’une chance sur 3 d’être en tête au premier tour (dans l’hypothèse d’une participation de 6%). En revanche il est systématiquement devancé par A. Juppé au second tour, avec moins de 5% de chances de l’emporter.

Par conséquent, il n’est pas exclu qu’une mobilisation différentielle des électorats des différents candidats permette à N. Sarkozy d’être en tête de la primaire, en particulier à l’issue du premier tour. Toutefois, ces simulations soulignent aussi que l’issue de la primaire sera déterminée par la part respective, dans la participation, des logiques d’adhésion aux candidats ou de rejet de ceux-ci. 

Les jeux ne sont donc pas faits. En outre les sondages d’intentions de vote présidentielles présentent historiquement, en France, un écart moyen de prédiction compris entre 4,5 points (200 jours avant l’élection) et 1,5 points (le jour même de l’élection) et ce malgré des échantillons consistants et une expérience avérée ayant permis de calibrer les méthodologies. Or, il n’en est pas de même pour les primaires en France où la seule expérience passée concernait le Parti socialiste et où le nombre de personnes interrogées est souvent faible. En outre, même aux Etats-Unis où les primaires sont une institution, Nate Silver a mis en évidence que la moyenne des erreurs des sondages pour ce type d’élection représente le double de celle constatée pour les élections présidentielles, déjà loin d’être anodine comme l’a spectaculairement montré l’élection de D. Trump, et est particulièrement élevée : autour de 8 points pour les seuls sondages ayant eu lieu dans les 3 semaines précédant le vote. Prudence donc !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 19/11/2016 - 20:05
D'accord avec vous Cloette
Dans les meetings de Sarko, règne une ferveur inégalée chez les autres candidats - quant à ceux de Juppe les gens ont l'air de s'ennuyer ferme pour rester polie -
cloette
- 18/11/2016 - 20:03
Regardez les meetings
Ou plutôt des extraits télévisés, l'ambiance et le contenu des discours : le dernier de Fillon est remarquable, celui de Sarkozy montre aussi ses qualités et son public fidèle. Le dernier de Juppè me fait douter ( paroles floues et public froid ) . D'où proviennent ces sondages ?
cauchoise
- 18/11/2016 - 14:13
Pas de remise en question des sondeurs
Les sondeurs n'ont pas encore admis qu'ils ne faisaient pas les élections, et qu'ils avaient tort au moins une fois sur deux ! Les journalistes n'ont que le mot "sondages" à la bouche, sans eux, ils ne sauraient quoi dire ou se verraient obligés de faire de vraies investigations ... Les lecteurs/auditeurs ont bien compris qu'en cas de sondage, il valait mieux répondre n'importe quoi !