En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 35 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 29 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 7 heures 12 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 42 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 43 min
© Reuters
Emmanuel Macron va devoir faire face à de nombreuses difficultés pour convaincre l'électorat de gauche.
© Reuters
Emmanuel Macron va devoir faire face à de nombreuses difficultés pour convaincre l'électorat de gauche.
Magicien

Emmanuel Macron peut-il réinventer la gauche sans elle, voire contre elle en six mois (pour Blair et Schröder, cela avait pris plus de temps…) ?

Publié le 18 novembre 2016
Alors qu'Emmanuel Macron a officialisé ce mercredi sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, il va devoir s'atteler désormais à l'énorme défi consistant à convaincre l'électorat de gauche d'une nouvelle vision. Comme Gerhard Schröder, Tony Blair, Michel Rocard, Pierre Mendès France, et tant d'autres avant lui.
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron a officialisé ce mercredi sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, il va devoir s'atteler désormais à l'énorme défi consistant à convaincre l'électorat de gauche d'une nouvelle vision. Comme Gerhard Schröder, Tony Blair, Michel Rocard, Pierre Mendès France, et tant d'autres avant lui.

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron vient d'annoncer sa candidature à la présidentielle de 2017, il va désormais devoir convaincre en quelques mois l'électorat de gauche de se rallier à une nouvelle "vision" de la gauche et de la politique. Au Royaume-Uni et en Allemagne, Tony Blair et Gerhard Schröder ont également emprunté ce chemin. Combien de temps cela leur a-t-il pris, et comment ont-ils procédé ?

Jean Garrigues : La première chose à dire ici, c'est que pour Emmanuel Macron, comme cela avait été le cas pour Gerhard Schröder et Tony Blair en leur temps, il y a d'abord au début du processus le constat d'une impasse du parti de gauche dont ils étaient issus (ou proches, en ce qui concerne Emmanuel Macron). C'est à partir du moment où il y a ce constat d'impasse qu'il y a nécessité de changement, de transformation, voire de transgression.

Que ce soit Gerhard Schröder ou Tony Blair, ils ont rencontré des oppositions venues des lignes de gauche à l'intérieur du SPD et du Labour, mais finalement le combat a été relativement remporté. Je dis "relativement" car cette lutte interne s'est poursuivie après leur arrivée au pouvoir, et contre leur politique. Le contre-pied a même été pris après leur départ. Mais en tout état de cause, ils pouvaient s'appuyer sur l'évolution des mentalités et sur le constat d'un échec. C'était particulièrement visible pour le parti travailliste britannique, qui était écarté du pouvoir depuis les années 1970. De son côté, le parti social-démocrate allemand sortait de plus de dix ans de pouvoir et d'hégémonie d'Helmut Kohl et de la CDU sur la vie politique allemande.

Il y avait une évolution de l'esprit qui s'appuyait aussi sur l'histoire d'une culture social-démocrate allemande, depuis le congrès de Bad Godesberg en 1959. Au Royaume-Uni, il y avait également chez les travaillistes une culture de la négociation sociale et de la co-gestion de la question sociale.

De ce point de vue, cela s'annonce peut-être un peu plus compliqué pour Emmanuel Macron. Mais si Tony Blair et Gerhard Schröder pouvaient s'appuyer sur l'évolution de leur famille politique, il est certain que ce qui a été fait depuis deux ans en partie sous l'impulsion de Macron (pacte de responsabilité, inflexion social-libérale de François Hollande et Manuel Valls, etc.) pourrait faciliter ce tournant, cette transgression, cette nouvelle donne que propose Emmanuel Macron. Il n'arrive pas totalement sur du vide. Il a pour lui le sentiment chez les Français d'une impasse de la politique qui est menée aujourd'hui et l'acculturation des socialistes avec l'idée d'une nouvelle social-démocratie ou d'un nouveau social-libéralisme. L'expérience menée depuis deux ans montre que c'est possible, même si elle n'est pas considérée comme une réussite (c'est précisément l'argumentaire d'Emmanuel Macron, qui souligne qu'elle a échoué car elle n'a pas pu être menée à son terme).

Sur le plan de la culture des sympathisants ou des électeurs de gauche, il y a quand même eu depuis deux ans des choses qui ont évolué. On voit ainsi qu'une partie de cet électorat est de plus en plus convertible à la libération des énergies productives, l'ubérisation de l'économie, etc. Toutes ces idées sont beaucoup plus plausibles aujourd'hui qu'il y a deux ou trois ans.

En revanche, il est évident que Gerhard Schröder et Tony Blair se sont tous deux appuyés pour leur conquête du pouvoir sur un parti, sur une conquête partisane qu'ils avaient réussi à faire. Schröder était devenu le leader du SPD, et Blair avait pris le parti travailliste, le transformant d'ailleurs en New Labour. C'était donc une conquête de l'intérieur, un peu comme si aujourd'hui Emmanuel Macron était devenu Premier secrétaire du PS en lieu et place de Jean-Christophe Cambadélis.

Dans l'histoire politique récente de la France, certains ont-ils déjà tenté de réinventer la gauche sans elle, malgré elle, voire contre elle, comme souhaiterait le faire Emmanuel Macron ? Pourquoi cela n'a-t-il pas fonctionné pour eux ?

Pierre Mendès France, après avoir été au pouvoir au milieu des années 1950, a essayé d'incarner et de fabriquer une nouvelle gauche, non communiste, et d'aller dans la direction de la social-démocratie. Il en a été empêché par la ligne plus pragmatique et politique de François Mitterrand, qui a réussi à s'emparer du PS en 1971 et à conduire une ligne de conquête du pouvoir, et non pas de transformation idéologique et culturelle de la gauche.

De la même manière, Michel Rocard, lorsqu'il est arrivé au PS en 1974, a lui aussi essayé de transformer la famille socialiste. Il a tenté de le faire de l'intérieur (se différenciant donc de Mendès France) en voulant créer un courant social-démocrate, qui a certes eu beaucoup d'héritiers (de Dominique Strauss-Kahn à Manuel Valls), mais qui là encore s'est heurté à l'obstacle de la maîtrise du Parti socialiste, à l'hégémonie de François Mitterrand et son habileté stratégique pour l'écarter de la course à la présidence. En focalisant son action politique sur la transformation idéologique du socialisme, Michel Rocard a échoué pour des raisons stratégiques et purement politiques, puisque François Mitterrand l'a empêché de maîtriser l'appareil partisan. Quand il y est arrivé brièvement en octobre 1993, cela a été un fiasco, François Mitterrand lui mettant alors dans les pattes la liste radicale de Bernard Tapie aux élections européennes de 1994, causant sa perte.

On peut également évoquer ici la tentative de Jean-Pierre Chevènement, qui a essayé de l'extérieur de transformer la gauche autour du thème du rassemblement républicain. Là aussi, il s'est heurté à la résistance de la forme partisane et à la prépondérance de l'institution "parti" dans la vie politique française. En l'absence d'un grand parti d'élus et de notables derrière lui, il n'a pas pu véritablement réaliser une conquête de la gauche, en témoigne son échec de 2002. La logique partisane est un obstacle majeur dans le cadre des institutions de la Vème République.

Qu'est-ce que l'expérience Raymond Barre peut-elle nous apprendre sur la manière de réformer la gauche aujourd'hui ?

Raymond Barre incarnait un principe de vérité et d'authenticité dans le discours politique, qui reprenait d'ailleurs l'image et l'action de Pierre Mendès France sur ce point. Aujourd'hui, ce créneau est plutôt repris par François Fillon, qui s'oppose à la démagogie et au populisme.

Sur le terrain de l'efficacité politique, on a vu l'incapacité de Raymond Barre à surmonter la logique des rapports de force partisans. Il émerge en 1988 et aspire à être le candidat du centre en profitant de la transition difficile entre l'époque Giscard et la nouvelle génération de libéraux. Mais il se heurte à la prépondérance de Jacques Chirac à droite et à la force du parti gaulliste. S'appuyant sur son expérience de Premier ministre, Chirac devient en effet le chef naturel de la droite. Même si le discours et la popularité intrinsèque de Raymond Barre en font le chouchou des Français, c'est la logique du rapport de force qui l'emporte face à la volonté d'une nouvelle forme de politique.

Cela confirme une nouvelle fois ce que nous avons déjà évoqué pour Pierre Mendès France, Michel Rocard, Jean-Pierre Chevènement, etc.

Le Front national a mis près de 40 ans à s'imposer comme troisième grande force politique entre le Parti socialiste et le parti dominant à droite (RPR, UMP, LR…). Emmanuel Macron peut-il y arriver en quelques mois seulement ? A quelles difficultés doit-il s'attendre ?

Les difficultés sont innombrables. Il y a d'abord l'obstacle culturel du clivage gauche-droite qui a structuré toute la vie politique de la Vème République (et même bien avant, depuis quasiment la Révolution française). Intellectuellement, cette rupture du clivage est quasiment faite aujourd'hui : on voit bien que les oppositions principales tournent plutôt autour des notions de repli identitaire ou d'ouverture européenne. D'autres considèrent aussi que le clivage dominant aujourd'hui oppose ceux qui parlent au nom du peuple et ceux qui représentent les élites. Mais il n'en reste pas moins que ce clivage culturel reste très fort dans la tête des Français.

Ensuite, il se double d'un clivage organique et institutionnel. L'organisation de l'espace politique se fait à travers de deux grands partis (PS et LR) avec une troisième force aujourd'hui qui est le Front national, mais ce dernier s'appuie sur des traditions d'alliances politiques, des réseaux de notables, de militants et d'élus. Or, c'est quelque chose qui est très difficile à obtenir en quelques mois... On connaît bien toute la difficulté qu'a eue le Front national à conquérir les mairies, les conseils généraux, les conseils régionaux, sa difficulté à former des cadres, etc. Tout cela montre bien à quel point il est difficile de créer une culture partisane en France.

Regardez par ailleurs les difficultés de François Bayrou aujourd'hui, le premier à avoir voulu transgresser le clivage gauche-droite dès 2002. Le Modem est une coquille presque vide désormais, c'est un parti avec très peu de militants et d'adhérents. C'est donc un travail très difficile, mais en même temps, l'exemple de 2007, lorsque François Bayrou a talonné Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle, peut aussi être un facteur d'espoir pour Emmanuel Macron. Et ce, d'autant plus que la situation de rupture entre les citoyens et les partis politiques traditionnels et l'attente de renouveau sont telles qu'il y a certainement aujourd'hui une masse d'indécis et d'abstentionnistes potentiels qui peut être intéressée par l'expérience Macron. Nous ne savons pas ce que peut générer la grande volatilité de l'électorat de nos jours (regardez la remontée spectaculaire de François Fillon dans les sondages pour la primaire de la droite…). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 17/11/2016 - 11:06
réinventer la gauche?
Rien que ça? S'il y a quelque chose de certain avec Macron c'est qu'il n'inventera jamais rien. Il est juste capable de recracher plus ou moins bien ce qu'il a appris et ce n'est pas forcément des choses utiles ou intéressantes.