En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 39 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 37 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 7 heures 2 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 34 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 8 heures 4 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 9 heures 11 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 19 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 3 heures 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 9 heures 2 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Désintox

Donald Trump Président : les 10 contresens (voire erreurs totales) que vous avez entendus partout sur son élection

Publié le 11 novembre 2016
Alors que Donald Trump vient d'être élu président des États-Unis en battant sa rivale Hillary Clinton, voici dix poncifs que vous avez sûrement déjà entendus à ce sujet (avec évidemment de quoi y répondre).
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Donald Trump vient d'être élu président des États-Unis en battant sa rivale Hillary Clinton, voici dix poncifs que vous avez sûrement déjà entendus à ce sujet (avec évidemment de quoi y répondre).

1) "C'est un monde qui s'effondre, c'est vertigineux"

Je retiens surtout l'idée de l'effondrement, qui me paraît révélatrice. Pour beaucoup d'observateurs, et spécialement pour ceux de l'élite française, l'élection de Trump est une sidération. Ce n'est pas le monde en général qui s'effondre. C'est leur monde ! Celui de leurs certitudes, de leurs préjugés, de leurs convictions acquises ils ne savent plus très bien comment. Cette phrase me semble illustrer une sorte d'apocalypse : le monde des élites françaises est fait d'illusions. Et soudain, la réalité les rattrape.

2) "C'est surtout la défaite de Hillary Clinton, empêtrée dans le scandale des emails"

En réalité, Trump a attiré sur lui un vote d'adhésion. Comme tous les leaders charismatiques, c'est sa personnalité qui a fait la différence, et sa capacité à insuffler une dynamique, un espoir. Face au côté strict, pincé, d'Hillary Clinton, Trump a mis de l'épaisseur humaine. Imaginer que l'affaire des e-mails ait pu faire oublier la présence du bonhomme Trump sur scène est évidemment une illusion. D'autant plus que son propre parti a cherché à l'abattre : il est devenu une sorte de super-héros capable de surmonter ces attaques.

3) "Les "bas instincts" des Américains (racisme, agressions...) risquent d'être libérés"

Cette idée est divertissante, parce qu'elle rejoint la représentation d'un Trump vulgaire, populiste, élu par les petites gens. L'idée mérite d'être creusée, car on voit bien qu'elle repose sur le principe, en creux, selon lequel ce n'est pas parce qu'on est en démocratie que tout le monde doit pouvoir être élu. Il y a en France une nostalgie pour le suffrage censitaire : ne devraient participer au jeu démocratique que les gens capables de le faire, c'est-à-dire les gens bien nés.

4) "On peut craindre le pire pour la situation au Moyen-Orient"

L'affirmation est paradoxale. L'un des premiers actes de gouvernement de Trump consistera sans doute à organiser des pourparlers pour mettre un terme au conflit en Syrie. Pour le Moyen-Orient, l'élection de Trump est donc plutôt une bonne nouvelle. On peut imaginer qu'elle se traduira par un retour assez rapide à la paix qui existait avant 2011. Pour le reste, il est encore trop tôt pour se prononcer.

5) "Il n'a pas l'expérience nécessaire"

Ce sujet est bien connu en France avec la prise de pouvoir par François Hollande. Nous avons pu tester et vérifier les difficultés de ce cas de figure. Mais, dans le cas de Trump, il peut se targuer d'une précieuse expérience que peu d'hommes politiques peuvent mettre en exergue : sa réussite dans les affaires. Trump a créé un empire et le gère. Ce n'est tout de même pas n'importe quelle responsabilité que de parvenir à ce niveau. De mon point de vue, cela vaut largement le passage par des mandats électifs nationaux.

6) "C'est le creusement des inégalités qui est à l'origine de sa victoire"

L'affirmation est contestable, dans la mesure où Trump n'est pas à proprement parler le candidat de la réduction des inégalités. Cette étiquette convenait mieux à Bernie Sanders, qui aurait probablement fait un meilleur candidat qu'Hillary Clinton. Bernie Sanders était dans la lutte contre l'injustice sociale. Il pouvait même se revendiquer d'une filiation marxiste. Chez Trump, on trouve quand même une filiation d'une autre nature. Sa volonté de baisser les impôts, notamment pour les plus hauts revenus, ne traduit pas exactement une victoire fondée sur un rejet de ces inégalités.

7) "C'est la faute des médias qui lui ont donné trop de place"

Jamais on n'a assisté pourtant à une campagne médiatique aussi haineuse vis-à-vis d'un candidat. Qu'il s'agisse des médias américains ou des médias européens, Trump n'a eu droit à aucun cadeau. La campagne anti-Trump s'est d'ailleurs faite sous la ceinture. Les médias n'ont pas argumenté, ils ont stigmatisé et cherché le bannissement. L'objectif était bien de discréditer le candidat sur le mode du "vulgaire", de l'incompétent, du simpliste, du démagogue. On connaît ça par coeur en France.

8) "Il va se lancer dans une guerre des changes et des tarifs douaniers"

Il y a là un malentendu intéressant. Tout le monde fait comme si nous vivions une période de libre-échange, et comme si les accords commerciaux multilatéraux le prouvaient. Or, non seulement le commerce mondial a connu des heures plus glorieuses qu'aujourd'hui il y a cent ans, mais nous ne connaissons qu'une situation partielle de libre-échange, notamment parce que nous importons des biens venus de Chine, mais que l'exportation en Chine est beaucoup plus complexe. Trump ne va donc pas combattre le libre-échange, mais changer les termes d'un système dont on mesure de plus en plus les limites.

9) "Ce vote est un vote racial, une "vengeance" des Blancs après huit ans d'Obama"

Voilà une très belle blague. Il suffit de regarder les images des mouvements de soutien à Trump pour comprendre que celui-ci n'est certainement pas le candidat des Blancs racistes, puisqu'il est soutenu par des membres de toutes les communautés aux Etats-Unis. Au demeurant, il est illusoire de croire que des non-Blancs soient en opposition frontale avec le discours de Trump. Pour beaucoup de communautés ethniques, la mondialisation telle qu'elle se produit, telle qu'elle se déploie, est une source de déstabilisation ou d'appauvrissement.

10) "Donald Trump, c'est l'équivalent du Front national"

On peut penser que l'appel au peuple contre les élites, largement propagé par Trump, le rattache au Front national. Reste qu'en France, le Front national est une synthèse de courants idéologiques très différents, dont on ne sait pas trop combien de temps elle tiendra. Ces courants idéologiques procèdent de la gauche, d'ailleurs, avec une étrange homonymie avec le Parti Communiste, autant que de la droite. Une Marion Maréchal-Le Pen rappelle tant les familles politiques qui ont fait Vichy ! Ces traditions-là sont absentes de la pensée fondamentalement libérale, voire libertarienne, de Trump, qu'on peut à la limite accuser d'être un parangon de libéralisme conservateur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kronfi
- 11/11/2016 - 11:15
Monsieur Verhaeghe....
pourquoi se parer de la vertu de l\expert alors que votre point 10 de conclusion est une contrevérité totale...
les vichyssois étaient dans leur immense majorité des socialistes et vous avez oublie la phrase de De Gaule en 40 a Londres: "je ne suis entoure que de juifs , maurassiens et cagoulards....."
kronfi
- 11/11/2016 - 11:07
@benvoyons
vous oubliez que certaines machines a voter , se sont un peu affoles en faveur de Clinton, et dans le nevada et dans le michigan.... Elles ont commence a se calmer lorsque l'on a vu les ecarts importants dans certains swing states... floride notamment, ohio, et caroline du nord.... Cette victoire "populaire" est a relativiser. Et pour en rajouter ca ne gene aucunement les commentateurs qui se parent du vocable de journalistes, de voir que 30% de l'electorat francais n'a que 2 representants a l'AN...
Benvoyons
- 11/11/2016 - 10:35
Quand vous voyez les commentaires des Journalistes Français
sur Trump et sa réussite à élection et bien nos médias ne sont pas démocratiques. Trump 59,6 millions de votants) contre 47,7 % pour Hillary Clinton (59,8 millions) (Dans la CONSTITUTION AMERICAINE et bien cela n'est pas le nombre de voix mais le nombre de délégués) Donc nos médias disent qu'il n'a pas été élu car Clinton à plus de voix. En effet 25,80 % du corps électoral (59,6 millions de voix sur 231 millions d'électeurs potentiels) mais Clinton avec 200000 voix de plus 59.8 millions sur 231 millions cela est superbe et elle aurait du gagner?????Donc 25.9% du corps électoral c'est Mirifique Fabuleux . Voilà nos Médias Gauchiasses qui refond l'élection Américaine en modifiant la lecture de la constitution Américaine. Ils sont tous des fieffés entourloupeurs même des salopards de la pire espèce. Comme des Colombani etc....Cela est déjà arrivé ainsi aux USA sans que cela pose problème pour nos journalistes à l'époque mais cela n'était pas TRUMP. Les Journalistes sont devenus des Lyncheurs Médiatiques et en plus se pensent honnêtes éthiques.