En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Ligonnès : les enfants drogués avant d'être tués

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 3 heures 41 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 4 heures 49 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 9 heures 17 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 10 heures 29 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 10 heures 55 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 11 heures 14 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 4 heures 29 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 8 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 9 heures 47 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 11 heures 25 min
© DOMINICK REUTER / AFP
Le pouvoir américain est par la constitution plus parlementaire que présidentiel. Malgré tout la plupart du temps, les multinationales travaillent avec leur pays plus que pour ou contre un président.
© DOMINICK REUTER / AFP
Le pouvoir américain est par la constitution plus parlementaire que présidentiel. Malgré tout la plupart du temps, les multinationales travaillent avec leur pays plus que pour ou contre un président.
Tout se perd ma bonne dame

L'homme le plus puissant du monde n'est plus ce qu'il était : quel pouvoir réel détient encore un président des Etats-Unis ?

Publié le 11 novembre 2016
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la place du président des Etats-Unis, tant dans sa fonction que dans son image, a évolué. A l'aube d'un grand changement pour le pays, revenons sur cinquante ans de pouvoir de la fonction présidentielle américaine, qui est relativement en perdition.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la place du président des Etats-Unis, tant dans sa fonction que dans son image, a évolué. A l'aube d'un grand changement pour le pays, revenons sur cinquante ans de pouvoir de la fonction présidentielle américaine, qui est relativement en perdition.

Atlantico : D'une manière générale, comment a évolué la fonction de président des Etats-Unis depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale? L'importance de la fonction, à la fois à l'échelle nationale et internationale, prévaut-elle toujours? 

Alexandre Del Valle : A la création des Etats-Unis, ils étaient relativement effacés à l’échelle des affaires mondiales. A partir de 1945 les Etats-Unis en tant que pays, plus que leur président, ont commencé à monter sur la chaîne diplomatique et médiatique mondiale à mesure qu’ils sont devenus les maîtres du monde succédant ainsi à l’empire britannique, mais ce n’est qu’après que les présidents américains ont fait preuve de leadership personnel.

Malgré tout, leur pouvoir est limité par le Congrès, la progression de l’importance du Président est concordante avec la place des médias dans la société et comme les Américains ont été les premiers à lancer les phénomènes médiatiques modernes, c’est donc dans ce pays que le Président a obtenu une image de leader.

A partir de Ronald Reagan nous pouvons constater une grande personnalisation du pouvoir présidentiel, c’est l’homme issu du cinéma qui avait vraiment une fibre populaire voire populiste, de plus il était considéré comme le vainqueur de la guerre froide, ce qui a contribué à l’hyper médiatisation de sa personnalité. Si Bush père n’a pas eu cette image de Président médiatique, c’est en revanche le cas de Bush fils. Il a connu un leadership par la guerre extrêmement fort, entre temps Bill Clinton a été un Président très fort en communication, en élément de langage comme en utilisation des médias. Obama marque une montée en puissance et un leadership présidentiel inégalé depuis Kennedy, Président très médiatique et qui a fait preuve d’un leadership personnel conséquent. Barack Obama a été, pour sa part, un président adulé, il était l’homme providentiel adoré du monde entier qui devait changer le visage des Etats-Unis pour finalement être la grande déception que nous connaissons tous aujourd'hui.

Sur le plan international, il a échoué dans son reset avec la Russie et le monde arabe et aujourd'hui nous payons les conséquences de cette idéalisation d’Obama surtout dans un temps où nous connaissons un discrédit général des hommes politiques. La présidentielle américaine n’est pas synonyme d’un retour du charisme, les hommes politiques en ont beaucoup moins qu’avant. Il me semble que Barack Obama a été le dernier homme providentiel très charismatique. Aujourd'hui, nous avons une élection présidentielle entre deux candidats détestés dans les deux camps. Une grande partie des Américains et particulièrement les indécis sont déçus des deux candidats. Beaucoup d'Américains vont voter pour Trump comme pour Clinton par dépit et contre l’autre plus que par adhésion.

Il ne me semble pas que l'importance de la fonction, à la fois à l'échelle nationale et internationale, prévaut. Avec des Présidents comme Bush père, Bush fils et Bill Clinton il y avait une réelle concordance entre l’autorité présidentielle et les intérêts de l’Etat. Ce pouvoir venait du Président même s’il découlait de plusieurs sources. Aujourd'hui il y a un vrai décalage entre Obama, son charisme, son leadership et le pouvoir des lobbies militaro-industriels. Il y a par ailleurs des réelles difficultés entre le pouvoir présidentiel, l’assemblée et le sénat. Le Président a beaucoup de pouvoir lorsqu'il bénéficie d’une convergence de vue avec d’autres sources de pouvoir. S’il n’y a pas cette convergence de vue le Président américain est relativement démuni contrairement à un Président français par exemple. Etant donné que le prochain président aura beaucoup moins de charisme et d’unanimité que ses prédécesseurs les contres pouvoirs vont être particulièrement fort. Trump aura tout l’establishment contre lui, le nouveau Président verra donc son pouvoir diminué.

A l’échelle internationale les Etats-Unis ont beaucoup moins de pouvoir qu’auparavant notamment au Moyen-Orient, ce qui a laissé une place de choix à la Russie. C’est un échec du pays et donc une perte de pouvoir pour la fonction présidentielle. Que ce soit en Asie avec la Chine ou même des anciens alliés comme les Philippines qui se retournent contre les Etats-Unis ou au Moyen-Orient nous pouvons remarquer la fragilisation de l’hyper-puissance américaine. Alors que l’armée et la technologie américaines sont inégalées, le leadership et la domination planétaire du pays se réduit. Tout cela est logique lorsque nous voyons l’apparition d’un monde multipolaire.

Dans quelle mesure l'émergence de nouveaux acteurs de la scène internationale (les multinationales notamment), mais également de nouvelles puissances, a-t-elle contribué à la dilution du pouvoir du président américain? Quelles sont les conséquences aujourd'hui observables de cette dilution? 

Les multinationales américaines contribuent à réduire le pouvoir du Président américain, elles sont un allié dont le Président ne peut pas se passer. Il me semble que ce qui réduit le plus le pouvoir de la présidence ce sont les contre-pouvoirs inscrits dans la constitution. C’est pour cela qu’un Président pour avoir une autorité importante est obligé de faire preuve de séduction auprès de ces contre-pouvoirs. Le pouvoir américain est par la constitution plus parlementaire que présidentiel. Malgré tout la plupart du temps, les multinationales travaillent avec leur pays plus que pour ou contre un président. Les Etats-Unis ont comme particularité que leur diplomatie étrangère est réellement au service de l’économie. Il y a une très grande convergence entre le monde de la recherche, le monde de la diplomatie, l’armée, le monde politique et le monde économique. Et c’est pour cette raison que les Etats-Unis peuvent se ressaisir et rester numéro un, peu importe le Président.

Encore une fois ce n’est pas la nouvelle configuration du monde multipolaire qui va changer la place de la fonction présidentielle, par contre celle-ci peut influer sur la place et le pouvoir des Etats-Unis en général. Cela va changer la capacité d’action du pays en tant qu’état mais la présidence américaine est plus liée aux contraintes nationales qu’internationales. Ce qui est certain c’est qu’actuellement la fonction présidentielle américaine apparaît très affaiblie par la vulgarité et la bassesse du débat de la primaire, mais aussi par la relative incapacité de Barack Obama d’accomplir son programme tant au niveau international qu’économique. C’est sa faiblesse qui a créé un vide qui a contribué à l'absence des Etats-Unis notamment en Syrie. Si Trump applique son programme notamment le reset avec la Russie il y aurait une influence très concrète de ses choix personnels sur l’ordre mondial. Les faiblesses d’Obama ont créé une fronde des diplomates qui ont voulu déléguer une partie de leur pouvoir à la Russie. La personnalité d’Obama a déclenché des problèmes internes qui ont fini par nuire au pouvoir international du pays.

Que conviendrait-il de faire pour que le futur président des Etats-Unis retrouve sa stature et sa puissance d'avant ?

Ce qui est à mon sens fondamental pour une nation qui brigue la première place mondiale et surtout un pays comme les Etats-Unis, qui pendant longtemps incarnait cette notion fondamentale de liberté, est la défense des peuples. Lorsque la vieille Europe était coloniale, l’Amérique donnait un message de libération des peuples. Nous en sommes aujourd'hui bien loin, les Etats-Unis semblent plus impérialiste que l’Europe pourtant berceau colonialiste. Les Etats-Unis ne peuvent pas être numéro un en employant uniquement la force, il faut regagner un attrait et une certaine séduction surtout s’ils veulent vaincre leurs ennemis de manière efficace.

Les Américains ont beaucoup de défaites à leur crédit, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie et l’Irak sont loin d’êtres des problèmes réglés. Il faudrait que le prochain président renonce à des expéditions guerrières le plus possible et n’utilise la guerre que comme moyen de défense pure. Il faut par ailleurs changer l’image des Etats-Unis d’un pays impérialiste à une nation libératrice. Le pays doit renouer avec sa tradition Wilsonienne non pas d’une nation isolationniste mais d’un pays qui affranchit les autres, comme phare de la liberté.

Depuis les guerres de Yougoslavie et d’Irak, les États-Unis apparaissent comme l’inverse de ce qu’elles étaient au moment de la Seconde guerre mondiale.

Par ailleurs, depuis que la Russie s’est montrée comme un meilleur défenseur des chrétiens d’Orient ou de l’Occident contre l’islamisme, elle a beaucoup gagné en capacité de séduction. La capacité de séduction d’une nation passe aussi par son Président. Poutine est apparu comme un vrai leader dans un temps de crise. Et au contraire les Etats-Unis paraissent comme être en porte à faux avec les valeurs qu’elles défendaient. 

Propos recueillis par Chloé Chouraqui

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/11/2016 - 20:47
Le pouvoir aux USA n'a jamais été aux mains du politique...!
......et depuis toujours, les États Unis sont entrés en guerre à chaque fois dans les conflits mondiaux lorsque leurs intérêts économiques étaient en jeu et que leur business ne pouvait plus prospérer.....Alors croire que le président Américain Démocrate ou Républicain à le moindre pouvoir relève de la foi la plus aveugle en la démocratie. Par contre chez nous,
le président dispose de tous les pouvoirs régaliens mais en plus d'une économie administrée (dans les entreprises du CAC 40) par ses copains de promo anciens fonctionnaires. Sans parler des syndicats fonctionarisés dont le plus soumis, le MEDEF aux mains du CAC 40.
vangog
- 09/11/2016 - 20:12
Rejet de Clinton, pourquoi?
échec de l'obamacare, perte d'identité, chaos moyen-oriental, responsabilité dans la montée de la violence terroriste, immigrationnisme débridé, corruption des élites bruyantes, mensonges éhontés etc...les démocrates gauchistes sont perçus comme responsables des échecs, bien qu'ils s'en défendent.
Deneziere
- 09/11/2016 - 13:05
Bien analysé
A. Del Valle, très bon comme d'habitude. L'establishment va harceler Trump pendant quatre ans, et l'allégeance des chambres est très très loin de lui être acquise.