En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

02.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

03.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

04.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 19 heures 16 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 23 heures 54 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 43 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 4 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 22 heures 15 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Télé-réalités

Tempête sur des commentaires sur les migrants : quand le service public pratique un journalisme exhibitionniste et haineux...

Publié le 30 octobre 2016
La chaîne a eu la "nausée" face à certaines des réactions de ses téléspectateurs concernant les migrants. Et, la pauvre, elle se soigne comme elle peut.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chaîne a eu la "nausée" face à certaines des réactions de ses téléspectateurs concernant les migrants. Et, la pauvre, elle se soigne comme elle peut.

L'information a été abondamment relayée par France Info. Une radio du service public se doit de voler au secours d'une chaîne du service public. Ainsi l'attitude de France 3 Midi-Pyrénées a été saluée par la radio citée plus haut : "il y a des moments où les choses doivent être dites". Curieux, nous sommes allés voir de quoi il s'agissait. Et ce qui valait à la chaîne cet hommage rendu à son courage.

Et nous avons découvert que la  pureté virginale de France 3 Midi-Pyrénées avait été souillée par une odieuse et inqualifiable agression dévoilée par le titre vengeur du communiqué de la chaîne : "Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants sont insupportables". Et pas seulement "insupportables", mais aussi "nauséeux" (ce qui représente une belle innovation par rapport à l'habituel et monotone "nauséabond"). En un mot, et il est lâché dans le texte de la chaîne, des "immondices".

France 3 Midi-Pyrénées explique qu'elle avait posté sur sa page Facebook une vidéo montrant l'arrivée de migrants à Toulouse. Et c'est ce qui a déclenché ce qu'elle qualifie de "flot de haine". Un exemple parmi d'autres avec la capture d'écran d'un post d'une nommée Katia Thomas. Où sont les femmes et les enfants ????? L'Etat a toujours pas compris qu'on ne voulait pas d'eux. Les hommes de ces pays ont été élevés avec leurs coutumes. Dont une des principales est le rabaissement de la femme. Aucun respect pour elles. Nos enfants, nos filles, on leur doit la protection. Et ce n'est pas en acceptant ces gens-là qu'on va leur apporter.

Et la chaîne s'étrangle : "Il est insupportable d'accuser ces hommes d'être des violeurs en puissance, des agresseurs d'enfants". A notre avis, Katia Thomas a sûrement été influencée par les scènes répugnantes qui se sont déroulées à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre. Gageons que la très pudique rédaction de France 3 Midi-Pyrénées n'a rien fait sur ces événements. Ou que si elle l'a fait, c'était pour expliquer que les jeunes migrants ont été provoqués, aguichés, par ces salopes d'Allemandes…

Le texte de France 3 Midi-Pyrénées est un monument d'hypocrisie. Il dit "cachez ces posts que nous ne saurions voir…" Et en même temps, il les publie pour les montrer. Ça s'appelle de l'exhibitionnisme. La rédaction de l'antenne toulousaine de France 3 aurait pu, comme cela se fait partout, modérer les commentaires, les supprimer. Ou même fermer l'accès aux commentaires sous cette vidéo. Eh bien non. Car il fallait bien les exhiber pour montrer le méritant combat de France 3 Midi-Pyrénées contre l'invasion xénophobe. On résiste à la haine raciste, donc nous sommes…

La haine, la vraie, est toute entière contenue dans le texte de la chaîne. Du haut de son Olympe bien-pensante, la rédaction-en-chef de France 3 Midi-Pyrénées écrase ceux qui ne pensent comme elle. "Nauséeux", "immondes", "haineux" ! Si ce ne sont pas des insultes, ça y ressemble beaucoup. Faut-il rappeler que l'antenne locale de France 3 fait partie du service public, pour lequel nous tous, pro ou anti-migrants, payons une redevance ? En bonne logique – et puisque les primaires sont d'actualité – on devrait au moment de payer, signer une charte indiquant que nous nous reconnaissons dans les valeurs véhiculées par France 3.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 06/11/2016 - 13:02
Ou est la racaille ?
Cela fait bien longtemps que je ne regarde plus les chaines du "service public". Comme ça j'en ai fini avec les aigreurs que me donnaient toute cette racaille gauchiste que l'on appelle journalistes. A quand des abonnements aux réseaux câblés, ou au bouquets satellites SANS ce service public de merde et SANS redevance ?
- 06/11/2016 - 11:56
minable(d'accord avec Lapalatine)
ces jeunes hommes qui fuient leurs pays me font honte, ils n'ont pas le courage d'agir pour leur pays et de faire bouger les choses CHEZ EUX, non, ils préfèrent mendiciter en France et grapiller toutes les aides qu'on leur donne, ils sont en bonne santé, ont des bras pour travailler et aider leur famille..Ce sont des couards et des faignants..
spinoztef
- 01/11/2016 - 12:38
De bien dangereux tabous
Cela fait plus de 30 ans qu'il est inconvenant de se poser de légitimes questions sur la nature de l'immigration en France et en Europe. Ces tabous, entretenus par la classe politique et journalistique, ont polarisé la société et contribué à fabriquer un Le Pen bien utile à la gauche. Aujourd'hui, la France est au bord de la crise de nerf et, après le soutien non dissimulé de dizaines de milliers de mahométans nés en France aux attentats ayant touché notre territoire (par ex. refus de la minute de silence dans les écoles), le tabou reste dangereusement d'application, au risque de faire basculer une trop grande proportion de français, dans un fascisme ressenti comme forme ultime de soulagement.