En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

02.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

03.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

04.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 19 heures 21 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 23 heures 59 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 48 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 4 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 22 heures 19 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 4 heures
© wikipédia
Les racines du paritarisme sont issues d'une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique.
© wikipédia
Les racines du paritarisme sont issues d'une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique.
Anachronisme

En finir avec le paritarisme ? Le rapport explosif qui veut traiter le malaise français à la racine

Publié le 07 octobre 2016
Le paritarisme, qui résulte de la méfiance de la population à l'égard du libéralisme économique, constitue un élément majeur des blocages français.
Jean-Charles Simon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le paritarisme, qui résulte de la méfiance de la population à l'égard du libéralisme économique, constitue un élément majeur des blocages français.

Atlantico : Vous publiez un rapport intitulé "Faut il en finir avec le paritarisme ?" avec l'Institut de l'entreprise. Comment définir le "paritarisme", quel est son poids et son impact en France, et en quoi est-il une menace pour la démocratie sociale ? 

Jean-Charles Simon : Le paritarisme est, aux niveaux interprofessionnel et des branches, le champ des interactions et prérogatives des partenaires sociaux, c’est-à-dire des syndicats de salariés et du patronat. Ils ont en France des prérogatives considérables, inégalées ailleurs. Notamment la gestion directe et exclusive de plus de 130 milliards d’euros de budgets sociaux par an, dont les retraites complémentaires obligatoires du privé (Agirc-Arrco), l’assurance chômage, une grande partie de la formation professionnelle… Soit environ 6% du PIB ! Ils ont aussi un pouvoir central en matière de droit du travail, avec même une forme de primauté sur le législateur, inscrite depuis 2007 au fronton du code du travail. Ils négocient donc des normes qui s’appliquent à tous ou à chaque secteur d’activité, avec des règles qui viennent s’ajouter à une couche législative pourtant déjà très épaisse. Mais ils sont aussi juges, par exemple aux conseils de prud’hommes ou aux tribunaux de commerce, détenteurs d’un gigantesque parc de logements sociaux, avec le "1% logement", gestionnaires de toute la kyrielle d’organismes de collecte et d’organisation de la formation professionnelle, responsables de la médecine du travail et même assureurs en santé et prévoyance avec des grands groupes comme Malakoff-Médéric, Humanis, Klésia, AG2R La Mondiale et d’autres, dont ils sont les seuls responsables.

A côté de ce champ de responsabilités pleines et entières, ils sont aussi présents dans de très nombreux organismes avec des pouvoirs plus réduits, notamment au sein des caisses de sécurité sociale. Et dans le secteur public, les syndicats cogèrent les services avec l’employeur Etat, collectivité locale, caisse ou hôpital.

Or, ces acteurs sont minés par une très faible représentativité, avec peu d’adhérents et encore moins qui le sont en toute connaissance de cause. Alors qu’ils décident pour tous. Par exemple, avec les mécanismes d’extension des accords, toutes les entreprises d’un secteur doivent respecter une convention collective, même si très peu adhèrent à la fédération professionnelle qui l’a négociée ! Ils sont très divisés, 3 organisations patronales et 5 syndicales, rien que pour ceux qui sont reconnus représentatifs au niveau national. Ils sont de piètres gestionnaires, ayant par exemple accumulé à la fin 2016 déjà 30 milliards de dette à l’assurance chômage, qui serait en faillite sans la garantie de l’Etat. Ils ont surtout la culture du statu quo, justement pour préserver ces pouvoirs considérables dont ils disposent, et parce que structurellement, un accord patronat-syndicats a toujours tendance à être le plus petit dénominateur commun. De ce fait, ils bloquent toutes les réformes structurelles. Et ils ajoutent en permanence des contraintes, comme on a pu le voir récemment avec la complémentaire santé obligatoire en entreprise, le temps partiel minimal de 24 heures par semaine ou les hausses de cotisations pour les retraites complémentaires. Ils ont enfin une culture de notables accrochés à leurs privilèges, dans un système où règne l’opacité et les conflits d’intérêts, quand ce n’est pas pire : qu’on se souvienne de l’affaire de l’UIMM ou de celles liées à la gestion de certains comités d’entreprise…

Quelles sont les racines du paritarisme ? Comment expliquer un tel ancrage du paritarisme dans notre société ? 

C’est une culture très ancienne, pluriséculaire, de défiance à l’égard de la concurrence et, plus récemment, du libéralisme économique. Sous l’Ancien régime, les corporations notamment régissaient la vie économique et sociale dans ses moindres détails. La Révolution y a mis un terme, et laissé place pendant près d’un siècle à une société basée sur le contrat individuel. Mais l’industrialisation du pays et les revendications ouvrières de la seconde moitié du XIXème siècle ont ramené la dimension collective au premier plan de la vie économique et sociale, et contribué à installer ces nouveaux acteurs, patronat et syndicats, en position de force. La construction d’une protection sociale obligatoire a fait le reste. D’autant qu’avec la crise des années 30, la culture antilibérale française s’est encore renforcée, transcendant les clivages sociaux et politiques. En établissant, de la fin de la IIIème République aux débuts de la IVème, en passant par Vichy, une sorte de curieux continuum propre à la mise en place d’un modèle social dominé par la régulation collective. Un parcours parmi bien d’autres illustre cette culture : René Belin, n° 2 de la CGT avant-guerre, ministre du Travail et père de la "Charte du Travail" sous Vichy, puis figure éminente des cercles patronaux après-guerre… La France d’alors répugne au libéralisme, et le paritarisme en est l’enfant.

Cela peut sembler paradoxal que dans un pays réputé aussi étatiste que la France, autant de prérogatives aient été confiées aux partenaires sociaux. Mais les politiques y trouvent leur compte. Ils ont des interlocuteurs et des leviers, ce qui est beaucoup moins vrai dans une économie plus libérale et atomisée. Ils peuvent jouer de ces acteurs et de leurs oppositions. Et ils peuvent se défausser sur eux quand ils ne veulent ou ne savent réformer, en invoquant un impérieux "dialogue social", ce dont ils ne se privent pas.

Au-delà du constat posé par votre rapport, quelles sont les solutions proposées ?

Le constat incite à une remise en cause radicale du système. Les acteurs actuels ne sont ni crédibles ni en mesure d’assurer les responsabilités qui leur sont confiées. Et le statu quo, c’est l’assurance d’un système social toujours plus lourd au détriment de la compétitivité des entreprises et de l’emploi.

A titre personnel, je crois donc nécessaire de leur retirer l’essentiel de leurs pouvoirs normatifs et de gestion aux niveaux interprofessionnel et sectoriel. En matière de normes, en particulier de droit du travail, c’est la seule façon de redonner un véritable champ à la négociation d’entreprise et au contrat, pour s’adapter au mieux à toutes les réalités. Ce qui donnerait une véritable bouffée d’air frais aux plus petites entreprises, écrasées sous le poids de la législation et des conventions collectives. Et cela stimulerait la concurrence, aujourd’hui bridée par cette hyper-régulation souvent conçue par les grands groupes, qui contrôlent de fait la plupart des branches professionnelles.

En matière de protection sociale, il faudrait défaire méthodiquement les structures paritaires qui pèsent très lourd sur notre compétitivité, contribuant à un niveau de prélèvements obligatoires exorbitant. Et réattribuer ces champs de protection sociale soit à l’Etat, par exemple pour une assurance chômage amincie et rénovée, soit au marché, pour les retraites complémentaires, la formation professionnelle ou encore le logement aujourd’hui géré par les partenaires sociaux.

Il faudrait aussi leur retirer les prud’hommes et les tribunaux de commerce, et les confier à des magistrats professionnels et indépendants, pour avoir des juridictions plus compétentes et efficaces, sans risques de conflits d’intérêts. On pourrait aussi se passer totalement des chambres de commerce et d’industrie, là aussi en distinguant ce qui doit revenir plutôt à l’Etat ou bien au marché. Et enfin supprimer quelques "fromages" inutiles et coûteux, comme le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et ses déclinaisons régionales. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Porcelaine
- 07/10/2016 - 10:52
Il faut casser ce blocage
Le paritarisme est une des sources du blocage Français. Je ne vois pas pourquoi des syndicats de fonctionnaires, hyper politisés, et non représentatifs, devraient être responsables de la gestion de ma retraite de salarié privé. Il faut interdire aux fonctionnaires de décider pour les emplois du secteur privé et abolir le droit de veto de des syndicats dans les entreprises
Wortstein
- 07/10/2016 - 08:55
C'est exactement ça
Exploser tout ce "gouvernement profond" absolument non représentatif qui vit au dépend de tout le système en le paralysant.
Bcp d'économies à la clé. On peut ajoute les tribunaux de sécurité sociale qui sont la honte d'un état de droit tant les "pseudo professionnels" qui vont vous zigouiller sont juges et partie payés par la sécu pour vous enfoncer... J'ai cru comprendre qu'ils étaient sur le point d'être transformés mais pas de disparaitre malheureusement.