En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

02.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

07.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 15 heures 55 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 17 heures 14 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 17 heures 46 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 18 heures 29 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 20 heures 51 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 23 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 16 heures 6 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 17 heures 22 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 18 heures 14 sec
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 21 heures 8 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 23 heures 9 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
THE DAILY BEAST

L'Etat Islamique lorgne de plus en plus vers l'Afrique

Publié le 06 octobre 2016
“Un merdier” : voilà comment Obama a résumé l’intervention en Libye. Mais si l’Occident ne se décide pas à agir rapidement, la débâcle libyenne ne sera qu’un préambule africain pour l'Etat Islamique.
Nicholas Jubber
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicholas Jubber est journaliste. Son livre The Timbuktu School for Nomads: Across the Sahara in the Shadow of Jihad sortira en novembre 2016. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
“Un merdier” : voilà comment Obama a résumé l’intervention en Libye. Mais si l’Occident ne se décide pas à agir rapidement, la débâcle libyenne ne sera qu’un préambule africain pour l'Etat Islamique.

Nicholas Jubber - The Daily Beast.

Officiellement, Daech est à la dérive : ses rangs diminuent au Moyen-Orient, ses troupes sont repoussées de leurs fiefs en Libye. Pour le président Obama, qui a admis que bâcler l’après-guerre en Lybie avait été ''la pire erreur'' de sa présidence, les avancées obtenues en Afrique du Nord sont une sorte de répit de dernière minute. Les journaux titrent que l'Etat Islamique est en fuite. Mais la question est : en fuite vers où ?

Dans un essai traduit par la fondation Quilliam, un partisan de l'Etat Islamique parle de la Libye comme étant "une passerelle stratégique" à partir de laquelle "on peut créer le chaos dans toute l’Europe du Sud". Bien plus que la Syrie, c’est la Libye qui va déterminer la politique étrangère de la prochaine présidence américaine. Si la Syrie est un tourbillon qui attire tous les éléments toxiques de la région, la Libye est une tempête de sable qui projette son chaos vers l’extérieur. D’après cet essai, la Libye est "la clé de l’Egypte, de la Tunisie, du Soudan, du Mali de l’Algérie et aussi du Niger".

Parmi les nombreuses erreurs faites après l’intervention de 2011 en Libye, une des pires a été de se demander vers où les partisans de Kadhafi ont fui. Quelques mois seulement après la chute de Kadhafi, des centaines de combattants touareg sont apparus au Mali, équipés de fusils d’assaut et de systèmes mobiles de lancements de missiles appartenant au stock du dictateur libyen déchu.

Quand je voyageais avec des nomades marchands de sel au nord de Tombouctou, je les ai vus arriver : mon guide a montré des tentes inhabituelles et s’est plaint qu’il y avait "trop d’étrangers dans le désert". Quelques semaines plus tard, un touriste allemand a été assassiné et ses trois compagnons kidnappés. Le chef de la police de la ville dans laquelle j’étais a insisté pour que des policiers à moto fassent des rondes toute la nuit pour éviter d’autres enlèvements. Peu de gens en ont eu conscience à ce moment, mais le cauchemar du Mali avait commencé. L’impact de la crise malienne est jugé à la Haye ce mois-ci. Ahmad Al Faqi Al Mahdi a été condamné pour ''destruction du patrimoine mondial de l’humanité'' à Tombouctou. Les routes classiques de la contrebande ont été prises d’assaut, ces mêmes routes qui vont transporter l'Etat Islamique au cœur de l’Afrique.

Les groupes djihadistes qui opéraient au Mali n’avaient aucune limite dans leurs ambitions territoriales, tout comme l'Etat Islamique. La différence est que l'Etat Islamique a une vraie puissance financière, une puissance de feu et une renommée forte. S’il arrive à franchir la membrane de sable qu’est le Sahel, l'Etat Islamique aura accès à l’Afrique subsaharienne et à la possibilité de s’étendre sur tout le continent en exploitant l’enchevêtrement d'ethnies marginalisées comme les tribus Anbar en Irak et les soutiens de Kadhafi en Libye.

Ça ne devrait pas se passer ainsi. Comme l’a précisé le comité britannique des Affaires étrangères la semaine dernière, la campagne libyenne de 2011 fut marquée par "une faille dans l'élaboration d’une stratégie cohérente en Libye" qui a conduit à "un effondrement économique et politique'', un afflux non maitrisé de migrants et "une augmentation du terrorisme".

Au Royaume Uni, les reproches se portent sur David Cameron, mais aux Etats-Unis, c’est Hillary Clinton qui est sous le feu des critiques pour avoir dit que la Libye est ''toujours en projet''.

Non pas que son rival soit en mesure d’en dire plus. La position de Donald Trump sur la Libye est aussi incohérente que ses calculs sur les migrants ou sa position sur l’OTAN. Il vacille entre la critique de Clinton pour avoir ''mis en œuvre" l’intervention de 2011, une prise de positions pour un renforcement de l’implication militaire américaine, et des fanfaronnades sur ses liens d’affaires avec feu le Colonel Kadhafi. Inconsistant ou compromis : ça n’augure rien de bon pour le rôle central qu’entend jouer l’Amérique dans la région.

C’est problématique car il faut un leadership positif maintenant plus que jamais. Il faut contenir l'Etat Islamique et non pas le déplacer. Il est crucial de s’assurer le soutien des dirigeants africains, du chef de tribu aux gouvernements, d’arrêter la corruption et d'améliorer la qualité et non pas la quantité des investissements.

Des milliards de dollars ont été jetés dans les pays d’Afrique du Nord sans que cela bénéficie aux plus pauvres et aux plus démunis. Au niveau international, il faut oeuvrer de façon à éviter les conflits par procuration qui ont détruit la Syrie. Là-bas, une horrible parodie de la guerre froide fait s'opposer les avions de chasse russes aux rebelles appuyés par la CIA, sur fond de querelles ancestrales entre chiites et sunnites ravivées par l’Arabie Saoudite et l’Iran.

La Syrie, une nation dont on célébrait autrefois la diversité, est désormais pourrie par les conflits confessionnels et elle s'effondre sous la partie d’échec des "super puissances". L’Afrique est la proie suivante.

L’Arabie Saoudite et d’autres états du Golfe ont élargi leur influence en finançant des imams wahhabites ou en fournissant le système de santé que des gouvernements africains sont incapables de fournir en raison de la corruption galopante. La présence économique de la Chine permet de lever des fonds importants pour des investissements structurels, faisant ainsi reculer l’exploitation des ressources naturelles et d’une main d’œuvre bon marché.

La France joue un rôle très important en Afrique de l’Ouest où sa campagne militaire qui dure depuis plus de trois ans et demi est motivée, en grande partie, par la présence de mines d’uranium au Niger (qui fournit le tiers de l’uranium dont a besoin sa lucrative industrie nucléaire). Quiconque pense que l’Afrique du Nord ne peut pas sombrer dans une guerre par procuration doit jeter un œil sur la carte. D’autres acteurs se positionnent, attirés par le potentiel important en ressources de l'Afrique du Nord. La région a un potentiel économique très prometteur, même si les prévisions politiques sont agitées. Mais il est essentiel de s’attaquer à ces problèmes.

LOccident profite de son uranium, du phosphore, du pétrole et d’autres ressources, mais il ressent également l’impact du djihadisme, du trafic de drogues et de l’immigration de masse. Nous devons nous engager dans cette région et non pas lui tourner le dos. Se confronter à ce qu’Obama a appelé ''un merdier'' et la myriade de conflits qui l’entourent est essentiel.

Sinon, ces désastres vont continuer de s’étendre et les vents de sable du Sahara vont ternir le mandat et la politique étrangère du prochain président américain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/10/2016 - 10:13
"La Syrie, une Nation dont on célébrait autrefois...
la diversité"...les analystes devraient comprendre pourquoi ces diversités ne se faisaient pas la guerre, car il existait un ciment, la police, et un Maitre d'oeuvre, Bachar Al Assad en Syrie, Khadafi en Lybie...voila pourquoi Donald Trump parle de Khadafi sans être compris par les analystes, biberonnés au droidelhommisme...éliminer ces hommes forts, c'est s'assurer des révoltes des tribus, clans, ethnies, terroristes, autrefois maîtrisés par une police féroce mais efficace. Importer le droidelhommisme au Moyen-Orient, cela ne fonctionne pas, surtout si cela est réalisé par des bisounours sans vision, comme Hilarious-les dents longues, ou Sarko-le-tricheur. Les deux commandements de la Lybie, Tripolitaine et Cyrrenaique, cela ne fonctionne pas, contrairement à ce que croient naïvement certains parlementaires français...non! Il faut à la Lybie ce que la Syrie est en train de réaliser, un homme fort à la tête d'un état fort (oh putain! Le gros mot pour les bisounours...) mono céphale. Le général Khalifa Haftar, commandant en chef de l’armée nationale libyenne, hostile au processus d'union voulu par les occidentaux, est parfait pour cela...mais l'Occident mondialiste est sans vision..