En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 7 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 51 min 42 sec
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 1 heure 35 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 min 3 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 13 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 9 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 26 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 9 heures 56 min
© Reuters
Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, Donald Trump et ses lieutenants ont fondamentalement réussi à bouleverser les règles du fair-play en politique.
© Reuters
Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, Donald Trump et ses lieutenants ont fondamentalement réussi à bouleverser les règles du fair-play en politique.
THE DAILY BEAST

Pourquoi Donald Trump gagne même quand il perd

Publié le 09 novembre 2016
Après une semaine de campagne désastreuse, il ne peut plus gagner. Mais il a déjà fait de nous tous des perdants, et nous avons été complices de ses crimes.
Goldie Taylor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Goldie Taylor est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une semaine de campagne désastreuse, il ne peut plus gagner. Mais il a déjà fait de nous tous des perdants, et nous avons été complices de ses crimes.

The Daily Beast - Goldie Taylor (traduction Julie Mangematin)

C’est fini.

Lors du premier débat présidentiel de la semaine dernière, il a livré une performance désastreuse, surréaliste. Une enquête du New York Times a enfoncé le clou, faisant l’effet d’une bombe : elle révèle les pertes financières astronomiques accusées par Donald Trump au milieu des années 1990, pertes qu’il a probablement utilisées pour éviter de payer son impôt sur le revenu depuis près de deux décennies. Ces derniers développements ont définitivement enterré toute chance pour le candidat républicain de remporter l’élection présidentielle du 8 novembre prochain.

Ce fiasco suicidaire n’aura presque aucun effet sur les inconditionnels de Donald Trump. Mais à 36 jours de l’élection, l’heure de vérité a sonné pour le magnat de l’immobilier. Doté d’un service de communication chaotique, et en l’absence d’organisation significative sur le terrain, il n’a plus aucune chance de réunir la grande coalition nécessaire pour renverser la tendance en sa faveur. Hillary Clinton fait la course en tête des sondages. D’ici au jour de l’élection, l’écart est trop important, il reste trop de kilomètres à parcourir pour rattraper sa rivale. Le promoteur immobilier a creusé sa tombe.

Sans aucun doute, Donald Trump aurait fait le président américain le plus désastreux de l’ère moderne. Mais de sérieux dégâts ont déjà été faits. Sur son passage, Trump a levé tous les tabous qui limitaient le répertoire de ce qui est jugé acceptable dans notre discours politique. Sa campagne a changé la façon dont on détermine la viabilité à long terme des candidats. Enfin, elle est un affront à l’esprit de fair-play le plus fondamental. Et il n’y a pas de retour en arrière possible.

Les coupables se comptent à la pelle : un grand nombre d’électeurs des primaires républicaines, les journalistes qui ont accordé une légitimité à ses raccourcis fallacieux au nom du clic et de l’audience, et même les responsables de la convention nationale républicaine qui ont refusé d’utiliser les moyens légaux à leur disposition pour arrêter Donald Trump. Bien sûr, il y a aussi la société dans son ensemble, qui a gobé la fable autour de son sens des affaires, qui a regardé son émission de télé-réalité sur NBC, et qui a alimenté sa célébrité. Ensemble, et chacun de notre côté, nous avons créé Trump.

Le matraquage d’agressions verbales qui a caractérisé la campagne de Donald Trump aura inévitablement des conséquences sociales et politiques. Nonobstant quelques actes héroïques de journalisme, la couverture médiatique de l’élection, prétendument égalitaire et équilibrée, a été dominée par des affairistes corrompus. Au-delà de l’émergence d’une nouvelle espèce enhardie d’ethno-nationalistes sectaires, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, Donald Trump et ses lieutenants ont fondamentalement réussi à bouleverser les règles du fair-play en politique.

Donald Trump a distendu les lignes du terrain de jeu (dont certaines pour toujours) et les poteaux de but semblent se déplacer selon ses désirs. Tout est permis.

Pour Trump, il n’y a pas de hors-jeu et pas de cartons rouges quand un joueur touche la balle de la main. Au contraire, il a pu, en toute impunité, éluder les questions sur les comptes de sa fondation, mentir pour éviter de rendre publiques ses déclarations d’impôts, et proférer des remarques dénigrantes à l’encontre de catégories toujours plus variées de citoyens américains.

Il a battu une douzaine d’opposants à la primaire en tenant des propos discriminatoires sur les musulmans, les Hispaniques, et les femmes ; et le "tournant" promis dans sa stratégie n’est jamais arrivé. Le fait que Donald Trump n’ait pas été forcé de suspendre sa campagne après avoir tenu des propos racistes à l’encontre d’un juge fédéral en dit aussi long sur nous que sur le candidat républicain lui-même. Avec notre accord tacite, il a utilisé les stéréotypes les plus vicieux sur les Afro-Américains et a refusé de s’excuser d’avoir tenté de délégitimer le premier président noir de la nation. En réalité, il a même estimé que l’on devrait le remercier pour avoir dit la vérité et pour avoir forcé le président Barack Obama à rendre public son certificat de naissance in extenso. Au lieu de faire son mea culpa, Donald Trump a accusé à tort l’équipe de campagne de 2008 d’Hillary Clinton d’avoir lancé la polémique, et il s’est félicité d’avoir mis un point final au débat.

Sauf que Trump n’a jamais arrêté le birtherism (la théorie selon laquelle Barack Obama n'est pas né sur le sol américain et est donc inéligible à la présidence, ndlr.). Il a continué à prétendre que le document était falsifié et a même avancé que l'agent de santé qui l’a signé aurait été assassiné. A deux reprises, il est monté à la tribune et a suggéré les circonstances dans lesquelles son opposante pourrait se faire tirer dessus.

Une seule de ces actions aurait suffi à disqualifier n’importe quel autre candidat, n’importe quelle année. Mais Donald Trump sait que cette règle ne s’applique pas à lui. "Elle est méchante, mais je peux être plus méchant qu’elle ne pourra jamais l’être", s’est-il vanté dans un entretien au Times.

Il sait que lui et ses plus proches lieutenants (Chris Christie, Rudy Giuliani et Newt Gingrich) peuvent continuer à distribuer les coups de sifflet et changer les règles du jeu en cours de route. Il ont presque tout fait, sauf peut-être reprocher aux Américains de payer leur juste part d’impôts et d’honorer leurs obligations contractuelles. Selon l’expression du maire de New York Rudolph Giuliani, Donald Trump a eu un éclair de "génie" en utilisant la déduction fiscale des "reports de pertes d’exploitation nettes" – une obscure niche fiscale inaccessible à la plupart des Américains – pour éviter d’avoir à payer ses impôts pendant près de deux décennies.

Il a déclaré plusieurs faillites, il a refusé de payer ses prestataires externes, et il a coûté leur emploi à des dizaines de milliers de personnes : et alors ? Tout cela a été fait dans les règles de la légalité, selon Donald Trump. C’est un mari adultère notoire et récidiviste qui n’hésite pas une seconde avant de cracher des remarques misogynes, hypersexuelles à propos des femmes : et alors ? Tout le monde trompe, du moins selon Rudolph Giuliani, et les femmes l’ont bien cherché, n’est-ce pas ? Et s’il s’avérait que Donald Trump n’a effectivement pas payé un centime d’impôts pendant 18 ans (laissant les policiers, les enseignants, les vétérans et tous les autres débourser pour lui) : et alors ? Cela fait de lui quelqu’un de "malin", non ?

L’année 2016 a été une expérience grandeur nature sur la déviance décadente.

Il fut un temps (révolu) où les accusations de fraude, les manœuvres pour échapper au service militaire, le flagrant délit d’adultère, le délit d’initié, sans parler des agressions verbales publiques contre une myriade de gens, auraient été rédhibitoires. Un milliardaire auto-proclamé qui n’aurait pas payé ses impôts pendant ne serait-ce qu’un an aurait été rayé de la carte. Plusieurs candidats ont déjà dû par le passé jeter l’éponge pour moins que ça. Le torrent d’enquêtes à charge dans la presse aurait suffi à n’importe quel candidat qui se respecte pour se retirer. En l’espace de quelques heures, le candidat et sa femme seraient montés sur une tribune aux couleurs du drapeau américain pour proclamer, la larme à l’œil, leur allégeance à leur pays, et promettre de poursuivre leur combat pour l’intérêt public dans l’ombre, en tant que simple citoyen.

Et pourtant, gaffe après gaffe, polémique après polémique, et mensonge après mensonge éhonté, non seulement il est toujours dans la course, mais il est debout à 3 heures du matin, tweetant des tacles vulgaires et puérils à une ancienne Miss Univers.

Jamais, dans l’histoire politique américaine, un candidat d’un parti majeur n’avait à ce point ridiculisé le processus démocratique. Mais la roue a tourné le jour où les électeurs républicains ont jeté leur dévolu sur une star de télé-réalité dénuée d’expérience politique, dépourvue d'un socle de valeurs morales, et de curiosité intellectuelle. La roue a tourné le jour où les membres républicains du Congrès ont refusé de dénoncer ses remarques les plus outrancières. Si vous ne croyez en rien, vous pouvez dépasser les bornes, tout est permis. Et, pour Donald Trump, les excuses sont un aveu de défaite.

Au point que Donald Trump (avec l’aide d’une classe médiatique quasiment passive) a commencé à banaliser différents types de racisme, de discrimination et de misogynie. Cela nous concerne tous. Il avait besoin de participants consentants, et malheureusement, il les a trouvés. Mais pas seulement parmi l’Alt right et les suprémacistes de la race blanche. Mais aussi dans les couloirs des chaines d’information, avec des équipes incapables de contredire ses diatribes absurdes et d’arrêter d’inviter ses collaborateurs qui mentent effrontément. Incapables… ou réticentes ?

Donald Trump a trouvé des complices parmi les démocrates et indépendants soi-disant réformistes qui préfèreraient voir le "système" partir en fumée plutôt qu’élire un nouveau membre de la famille Clinton. Ils voient moins en Donald Trump un homme dangereux qu’un simple outil au service de leurs fantasmes nihilistes.

A nos risques et périls politiques,  nous avons permis à Donald Trump de déchirer le mode d’emploi et de piétiner les règles du jeu. Mais cela ne va pas s’arrêter avec lui. Donald Trump pourrait finalement perdre dans un raz-de marée démocrate, récoltant seulement les plus rouges des Etats rouges. Mais cela ne réparera pas le terrain de jeu. Au cours de ce cycle électoral, le jeu a été perverti, défiguré et mutilé au point qu’il est presque méconnaissable.

Malheureusement, après cette campagne, nous allons voir davantage de candidats grossiers comme Donald Trump défier le filtrage républicain et parvenir à se frayer un chemin jusqu’aux urnes – au niveau local, au niveau de l’état et au niveau fédéral. Nous devons prendre conscience du fait que Donald Trump leur a préparé le terrain, en créant une base de supporters clé-en-main qui blâment déjà un "système truqué", et seront vite désillusionnés.

Bien sûr, nous pouvons blâmer les électeurs de la primaire républicaine. Et la convention nationale républicaine ne pourra pas faire l’impasse sur un examen de conscience : elle devra prendre sa part de responsabilité dans la pagaille dans laquelle nous nous trouvons. Mais ce serait une erreur de ne pas reconnaitre le rôle que beaucoup d’entre nous avons joué involontairement dans l’ascension politique de Trump. Les signes précoces de sa propension aux divagations narcissiques et sa piètre compréhension des politiques publiques sautaient aux yeux dès le départ.

Nous l’avons bien cherché.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 06/10/2016 - 06:49
Encore un journaliste objectif
Trop de médias prennent leurs désirs pour la réalité
Liberte5
- 05/10/2016 - 23:40
La bave au coin des lèvres G. Taylor n'en peut plus de la haine
qu'il porte à D. Trump et à ses électeurs. Ce torchon à charge ne mérite pas de commentaires.
Texas
- 05/10/2016 - 23:07
Donc...
...le répertoire illimité de D.J.Trump a provoqué plus de dégâts que l' oligarchie corrompue au pouvoir , de cette " Ruling Clique " qui entraine les Etats-Unis et l' Europe vers un Socialisme permanent et autoritaire, dans lesquels sont déjà verrouillés , Medias , Justice , et Enseignement......? . The Daily Beast at his Best .