En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Macron skie français

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 11 min 26 sec
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 3 heures 10 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 3 heures 38 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 4 heures 22 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 4 heures 41 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 5 heures 13 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 5 heures 54 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 16 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 17 heures 21 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 1 heure 15 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 3 heures 18 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 3 heures 46 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 4 heures 29 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 6 heures 11 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 16 heures 56 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 17 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
À la Giscard-Chirac 1974

Emmanuel Macron saura-t-il détacher le bloc des députés socialistes dont il aurait besoin pour "tuer" Hollande ?

Publié le 07 octobre 2016
En 1974, Jacques Chirac avait isolé Jacques Chaban-Delams en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Si Emmanuel Macron se targue d'une quarantaine de soutiens, il est peu probable qu'il soit suivi par un nombre important de parlementaires lorsqu'il annoncera sa candidature. En effet, ceux-ci ont une aversion pour le risque, et se ranger derrière l'ancien ministre de l'Economie comporte de trop nombreuses incertitudes.
Jean-Jérôme Bertolus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1974, Jacques Chirac avait isolé Jacques Chaban-Delams en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Si Emmanuel Macron se targue d'une quarantaine de soutiens, il est peu probable qu'il soit suivi par un nombre important de parlementaires lorsqu'il annoncera sa candidature. En effet, ceux-ci ont une aversion pour le risque, et se ranger derrière l'ancien ministre de l'Economie comporte de trop nombreuses incertitudes.

Atlantico : En s'écartant de la majorité présidentielle et en préparant à priori une campagne présidentielle en indépendant, Emmanuel Macron semble aujourd’hui se retrouver dans une situation comparable à celle de Chirac en 1974, étant parvenu à isoler Jacques Chaban-Delmas, en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Emmanuel Macron, même s'il semble se défendre de toute volonté d'user des techniques de parti, serait-il en passe de "chabaniser" François Hollande ? Ne s'agit-il pas du seul moyen à sa disposition lui permettant de se mettre en "situation" ?

Jean-Jérôme Bertolus : "Chabaniser" François Hollande est une expression intéressante. Néanmoins, les différences sont très notables entre 1974 et aujourd'hui.

Premièrement, Emmanuel Macron s'inscrit dans la continuité de la nouvelle société développée par Jacques Chaban-Delmas. Il  incarne aujourd'hui cette espèce de centre-gauche, de centrisme promu par Jacques Chaban-Delmas qui a tant irrité Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Deuxième différence essentielle dans le combat politique : Jacques Chirac était à l'époque ministre de l'Intérieur. Ce statut lui a permis d'être en liaison avec les préoccupations de tel ou tel parlementaire et explique qu'il ait réussi à établir une liste de 43 députés. Troisième différence, alors que Jacques Chirac a trahi Jacques Chaban-Delmas avec sa fameuse liste des 43 députés, aujourd'hui François Hollande et Emmanuel Macron sont assez seuls : Emmanuel Macron, même s'il se targue d'une quarantaine de soutiens, est en réalité assez isolé et n'a qu'un cœur de 6 ou 8 personnes derrière lui, quant à François Hollande, il a taillé en morceaux sa propre majorité.

En revanche, ce qui peut rapprocher Jacques Chirac d'Emmanuel Macron, c'est la trahison. La trahison d'Emmanuel Macron est tellement transgressive qu'elle rappelle celle de Jacques Chirac à l'égard de Jacques Chaban-Delmas. Jacques Chirac a trahi son propre camp – puisque son parti était derrière Jacques Chaban-Delmas -. Si Emmanuel Macron ne trahit pas forcément son parti, il trahit quand même une partie de la gauche institutionnelle et celui qui l'a fait, François Hollande. Des trahisons très fortes, émerge toujours une dynamique, reste à savoir quel cours prendront les événements dans les semaines qui viennent.

De son côté, Jean Christophe Cambadélis a d'ores et déjà prévenu que les députés tentés par l'aventure d'En marche, aux côtés d'Emmanuel Macron, ne pourront sans doute pas se prévaloir de l'investiture socialiste aux prochaines législatives. En quoi Emmanuel Macron, s'il veut garder les instances du parti, doit-il rallier un nombre suffisamment important de députés pour empêcher de telles mesures de rétorsion de la part de Solférino ? Un tel scénario est-il pour autant probable ? Quelles sont les chances d'Emmanuel Macron de parvenir à un tel résultat ?

Tout d'abord, il est tout à fait naturel que Solférino menace de ne pas investir les parlementaires qui soutiennent Emmanuel Macron. Emmanuel Macron se lance avec un mouvement, pas un parti, et essaie de briser le carcan de l'affrontement droite-gauche ainsi que le carcan du scrutin majoritaire de la Ve République. Il est normal que le système tel qu'il existe depuis la formation de la Ve République se rebelle et tente de garder la main.

Emmanuel Macron avait cité cette phrase de Marcel Pagnol " Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors n'achetez pas un bateau : achetez une île ! ". La candidature d'Emmanuel Macron est à risque. Or, les parlementaires détestent cela car ils sont déjà confrontés au risque intrinsèque de l'élection - surtout dans un climat très compliqué -. Ils ne vont donc pas précariser davantage leur situation en se rangeant derrière un candidat qui va échouer, exploser en vol et ne pas atteindre le deuxième tour. 

Rallier à lui un nombre important de parlementaires ne peut être le cas qu'aujourd'hui en cette période de flou, avant la candidature et à un moment où les sondages sont bons. Quand Emmanuel Macron annoncera sa candidature et entrera en campagne, les canonnières se feront entendre. La situation deviendra nécessairement plus difficile quand Emmanuel Macron rentrera de plein feu dans l'arène. Des parlementaires regagneront alors la rue de Solférino, surtout si François Hollande se déclare. Même s'ils pensent que François Hollande n'a qu'une chance sur un million, les parlementaires le choisiront.

Par ailleurs, si les centristes peuvent faire des scores très honorables à la présidentielle, ce n'est pas le cas aux législatives. Ainsi, les parlementaires qui ne sont ni de droite ni de gauche n'ont de sièges que quand ils s'allient soit à la droite soit à la gauche (et que la droite ou la gauche leur réservent une circonscription). Mais seuls contre la droite ou la gauche, ils n'ont aucune chance. Cela joue également en la défaveur d'un ralliement important de députés à la candidature d'Emmanuel Macron.

Quels sont les moyens dont dispose François Hollande permettant de "museler" son ancien ministre de l'Economie ?

François Hollande dispose du système de la Ve République. Il peut enclencher la dynamique d'une candidature à la présidentielle qui s'appuie sur un parti et un réseau d'élus locaux –même si ce réseau a été un peu amoindri -. La présidentielle est une machine à éreinter les voix différentes, les voix hors système : que ce soit la machine du scrutin ou la machine médiatique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 03/10/2016 - 00:14
Macron est dans une impasse évidente
mais un deal avec le Gros nain n'est pas à exclure. Aucun des deux n'a rien à perdre, ni aucun amour(propre. La trahison chez Hollande, un affamé du pouvoir, n'est pas un sujet de rancune, du moment que sa route peut s'ouvrir.
emem
- 02/10/2016 - 21:05
Don Juan
Les députés femmes le suivront certainement
foxlynn
- 02/10/2016 - 11:30
Le PS
La majorité des députés PS savent qu'hollande est foutu ... ils suivront Macron comme des moutons car ce sera peut-être pour eux le seul moyen de conserver leur situation personnelle .. les hommes politiques n'ont pas de convictions mais des intérêts .. ils iront la ou ils auront leur sécurité perso leurs avantages conserves ... pour l'instant Macron soutenu par les médias (qui font de la politique et non pas du journalisme) beau parleur sans ne rien dire précisément cajole droite et gauche , même si son bilan au gouvernement est totalement oublié , il est bien l'auteur du matraquage fiscal et sa loi Macron a bien des égards est un fiasco ..