En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 2 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 39 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 7 heures 50 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 heures 51 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 43 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 43 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 heures 47 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Etat perturbateur

Mais pourquoi le préfet d’Eure-et-Loir s’obstine-t-il à mettre des bâtons dans les roues aux 21 communes qui souhaitent rejoindre (les succès de) l’agglomération de Chartres ?

Publié le 16 septembre 2016
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.
Jean-Pierre Gorges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.

Atlantico : Politique de grands chantiers grâce à un fort volume d'investissements, mixité sociale favorisée par le redéploiement du parc d'habitat social sur l'ensemble de la ville, niveau de dette maîtrisé, etc. Chartres Métropole est une structure intercommunale qui affiche de bons résultats. C'est, vraisemblablement, l'une des raisons pour lesquelles près d'une vingtaine de communes souhaitent la rejoindre. Or cet accroissement de Chartres Métropole semble connaître des difficultés. Pouvez-vous nous expliquer précisément la situation ? Quelles en sont les raisons d'après vous ? 

Jean-Pierre Gorges : Effectivement, 21 communes souhaitent rejoindre l'agglomération en raison de son dynamisme. Elles finiront, très certainement, par obtenir cette autorisation d'intégrer l'agglomération chartraine en vertu de la loi, même si cela risque de prendre du temps. Ces communes souhaitaient rentrer dans l'agglomération de Chartres au 1er janvier 2017 parce qu'il s'agit là de la meilleure date qui soit pour l'intercommunalité en général. Or il leur a été notifié qu'elles n'entreraient pas avant le 1er janvier 2018, et ce sans réelle explication. Pour moi, cela est révélateur d'une décentralisation qui ne fonctionne pas. Les communes souhaitent s'organiser en fonction de leur bassin de vie, de ce qu'elles vivent au quotidien, et ce dans un contexte qui se durcit. La situation actuelle inquiète ces communes qui ont peur que le fait de reculer la date de leur entrée dans l'agglomération ne remette en cause leur choix qui a été voté démocratiquement.

Avant l'échéance du 1er janvier 2018, il y a l'élection présidentielle. Et on sait très bien qu'au moment d'une élection présidentielle, tout peut être remis en cause. 

Votre parcours professionnel, avant la politique, est marqué par le fait que vous soyez directement issu de la société civile. Pensez-vous que cela ait pu constituer une force dans votre action en tant que maire de Chartres et président de Chartres Métropole ?

Je pense qu'effectivement, mon parcours à Chartres Métropole constitue une vraie force dans la mesure où j'ai recours à des procédures auxquelles les personnes ne sont pas habituées. Même si cela peut choquer au départ, ces procédures ont donné des résultats satisfaisants. La population locale l'a bien compris : à chaque élection d'ailleurs, je suis reconduit ; lors du dernier scrutin, j'ai même été élu dès le premier tour.

En revanche, il n'en va pas de même dans le cadre de mes activités de député à Paris. Du fait de mon parcours, n'étant pas du sérail, je passe pour une personne atypique à l'Assemblée nationale. Ainsi, mes propositions sont malheureusement très rarement retenues.

Cette situation, qui est paradoxale, me conduit à dire que la France a un véritable problème : sa forte centralisation, qui provoque un décalage entre les élites politiques et les préoccupations de la population.

La France compte près de 618 000 élus locaux qui font marcher le pays quotidiennement. Le constat que je fais au bout de quinze ans est le suivant : je pense que si vous arrêtez les activités de l'Assemblée nationale pendant un an, la situation de la France pourrait s'améliorer ; en revanche, si vous arrêtez le fonctionnement de la commune pendant un an, celle-ci sera en danger. 95% des élus locaux sont issus, comme moi, de la société civile, je tiens à le préciser. 

Dans quelle mesure votre action et ses résultats, en tant qu'élu municipal, vous ont-ils décidé à vous porter candidat pour la présidentielle de 2017 en tant que candidat "républicain indépendant" ? 

Compte-tenu des résultats affichés par l'agglomération de Chartres et mes trois réélections, je me dis, sans avoir la "grosse tête", que les solutions proposées fonctionnent. Par ailleurs, je trouve terrible de constater, depuis près de quinze ans au sein de la Commission des finances, les échecs de notre pays. Je trouverai donc dommage de quitter la politique sans laisser de trace.

Le système des primaires est vraiment révélateur de cette caste qui souhaite bloquer le dispositif. À l'heure actuelle, les candidats désignés ou potentiels aux primaires de droite et de gauche sont d'anciens ministres qui ont échoué. Je ne veux donc pas passer mon temps à expliquer leurs échecs, mais à présenter et développer mon projet qui est nouveau et différent, et qui s'appuie sur une forte décentralisation, un rapprochement vers les citoyens du processus décisionnel, etc. L'organisation jacobine de la France, qui a fait sa force pendant un temps, finira par tuer le pays. Le meilleur accompagnement à la mondialisation réside dans la décentralisation. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires