En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 22 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 14 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 3 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 20 heures 36 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 20 heures 56 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 21 heures 50 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 12 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 9 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 20 heures 45 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 22 heures 37 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Etat perturbateur

Mais pourquoi le préfet d’Eure-et-Loir s’obstine-t-il à mettre des bâtons dans les roues aux 21 communes qui souhaitent rejoindre (les succès de) l’agglomération de Chartres ?

Publié le 16 septembre 2016
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.
Jean-Pierre Gorges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.

Atlantico : Politique de grands chantiers grâce à un fort volume d'investissements, mixité sociale favorisée par le redéploiement du parc d'habitat social sur l'ensemble de la ville, niveau de dette maîtrisé, etc. Chartres Métropole est une structure intercommunale qui affiche de bons résultats. C'est, vraisemblablement, l'une des raisons pour lesquelles près d'une vingtaine de communes souhaitent la rejoindre. Or cet accroissement de Chartres Métropole semble connaître des difficultés. Pouvez-vous nous expliquer précisément la situation ? Quelles en sont les raisons d'après vous ? 

Jean-Pierre Gorges : Effectivement, 21 communes souhaitent rejoindre l'agglomération en raison de son dynamisme. Elles finiront, très certainement, par obtenir cette autorisation d'intégrer l'agglomération chartraine en vertu de la loi, même si cela risque de prendre du temps. Ces communes souhaitaient rentrer dans l'agglomération de Chartres au 1er janvier 2017 parce qu'il s'agit là de la meilleure date qui soit pour l'intercommunalité en général. Or il leur a été notifié qu'elles n'entreraient pas avant le 1er janvier 2018, et ce sans réelle explication. Pour moi, cela est révélateur d'une décentralisation qui ne fonctionne pas. Les communes souhaitent s'organiser en fonction de leur bassin de vie, de ce qu'elles vivent au quotidien, et ce dans un contexte qui se durcit. La situation actuelle inquiète ces communes qui ont peur que le fait de reculer la date de leur entrée dans l'agglomération ne remette en cause leur choix qui a été voté démocratiquement.

Avant l'échéance du 1er janvier 2018, il y a l'élection présidentielle. Et on sait très bien qu'au moment d'une élection présidentielle, tout peut être remis en cause. 

Votre parcours professionnel, avant la politique, est marqué par le fait que vous soyez directement issu de la société civile. Pensez-vous que cela ait pu constituer une force dans votre action en tant que maire de Chartres et président de Chartres Métropole ?

Je pense qu'effectivement, mon parcours à Chartres Métropole constitue une vraie force dans la mesure où j'ai recours à des procédures auxquelles les personnes ne sont pas habituées. Même si cela peut choquer au départ, ces procédures ont donné des résultats satisfaisants. La population locale l'a bien compris : à chaque élection d'ailleurs, je suis reconduit ; lors du dernier scrutin, j'ai même été élu dès le premier tour.

En revanche, il n'en va pas de même dans le cadre de mes activités de député à Paris. Du fait de mon parcours, n'étant pas du sérail, je passe pour une personne atypique à l'Assemblée nationale. Ainsi, mes propositions sont malheureusement très rarement retenues.

Cette situation, qui est paradoxale, me conduit à dire que la France a un véritable problème : sa forte centralisation, qui provoque un décalage entre les élites politiques et les préoccupations de la population.

La France compte près de 618 000 élus locaux qui font marcher le pays quotidiennement. Le constat que je fais au bout de quinze ans est le suivant : je pense que si vous arrêtez les activités de l'Assemblée nationale pendant un an, la situation de la France pourrait s'améliorer ; en revanche, si vous arrêtez le fonctionnement de la commune pendant un an, celle-ci sera en danger. 95% des élus locaux sont issus, comme moi, de la société civile, je tiens à le préciser. 

Dans quelle mesure votre action et ses résultats, en tant qu'élu municipal, vous ont-ils décidé à vous porter candidat pour la présidentielle de 2017 en tant que candidat "républicain indépendant" ? 

Compte-tenu des résultats affichés par l'agglomération de Chartres et mes trois réélections, je me dis, sans avoir la "grosse tête", que les solutions proposées fonctionnent. Par ailleurs, je trouve terrible de constater, depuis près de quinze ans au sein de la Commission des finances, les échecs de notre pays. Je trouverai donc dommage de quitter la politique sans laisser de trace.

Le système des primaires est vraiment révélateur de cette caste qui souhaite bloquer le dispositif. À l'heure actuelle, les candidats désignés ou potentiels aux primaires de droite et de gauche sont d'anciens ministres qui ont échoué. Je ne veux donc pas passer mon temps à expliquer leurs échecs, mais à présenter et développer mon projet qui est nouveau et différent, et qui s'appuie sur une forte décentralisation, un rapprochement vers les citoyens du processus décisionnel, etc. L'organisation jacobine de la France, qui a fait sa force pendant un temps, finira par tuer le pays. Le meilleur accompagnement à la mondialisation réside dans la décentralisation. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires