En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
Sauvez Belfort !

L'Etat ne peut pas tout mais quand même... Voilà comment le gouvernement avait le temps et la possibilité d’anticiper la crise Alstom qui couvait depuis plus de deux ans

Publié le 16 septembre 2016
Le 7 septembre, Alstom a annoncé la fermeture du site de Belfort. Le gouvernement était conscient du risque qu'un tel scénario se produise... et se réveille malheureusement un peu tard.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 7 septembre, Alstom a annoncé la fermeture du site de Belfort. Le gouvernement était conscient du risque qu'un tel scénario se produise... et se réveille malheureusement un peu tard.

Atlantico : Le 7 septembre, Alstom a annoncé le transfert de la production de train de Belfort vers Reichshoffen, dans le Bas-Rhin. L'entreprise invoque les baisses de commandes pour justifier cette situation. Pour autant, cette situation n'était-elle pas connue et prévisible ? De quels outils disposait l'État actionnaire pour y faire face ?

Loïk Le Floch-Prigent : A partir du moment où a été accepté le démantèlement d’Alstom avec la cession de 70% de l’activité correspondant au département énergie à General Electric, il était inéluctable que l’activité restante, le transport ferroviaire, cyclique par nature, allait connaitre des problèmes. Les commandes de trains dépendent des programmes d’investissements de la SNCF, car les autres compagnies à l’étranger demandent que les constructions soient effectuées chez eux, comme cela vient d’être le cas aux Etats-Unis pour la commande de rames TGV. Il n’y a donc aucune surprise dans cette annonce, mais les politiciens souhaitaient que l’on attende 2017 pour passer les présidentielles ! Belle hypocrisie ! On savait que le plan de charge faiblissait en 2018, simplement on imaginait recevoir une commandes de locomotives SNCF-DB, association franco-allemande mais elle est allée à un concurrent allemand ! Mais ce n’était que pour reculer de quelques mois. À partir du moment où l’essentiel des activités d’Alstom ont été reprises sur Belfort par General Electric, Alstom ne pouvait que se replier vers d’autres implantations ! Il ne fallait donc pas accepter le démantèlement d’Alstom qui n’était en rien justifié pour permettre à ces activités cycliques de coexister et de maintenir une activité d’ensemble pour les salariés de Belfort. L’État pouvait imposer un autre dénouement que celui qui a finalement eu lieu, Alstom devait conserver au moins les activités où il avait une position de leader mondial, hydraulique, nucléaire et réseaux (ou "grids"). Rien ne pouvait être décidé sans que l’État ne donne son aval, et l’État pouvait conserver la majorité des activités d’Alstom grâce à une association avec General Electric sur les seules turbines à gaz, en droite ligne de ce qui existe pour les turbines avion avec Safran. Les sommes en jeu étaient de l’ordre de grandeur de ce que l’État fait ailleurs, en particulier pour Areva .

Au regard des dernières déclarations du gouvernement, Belfort semble être devenu une priorité en cette période pré-électorale. Quelles sont les solutions évoquées qui vont dans le bon sens ? Est-il réellement rationnel de vouloir sauver Belfort ? 

On a laissé le site ferroviaire de Belfort vieillir tandis que les centres de La Rochelle et de Reichshoffen étaient mieux maintenus. L’essentiel du site de Belfort devait sans doute concerner l’énergie. Dans le futur, le relais sera repris par General Electric dans les conditions qui seront les siennes. Il n’y a plus de fluidité d’emploi entre les activités d'Alstom et celles de General Electric. Les prétendues entreprises "communes" qui avaient été annoncées sont en fait des filiales de General Electric seul maitre à bord . Les responsables d’Alstom parlent d’ateliers de maintenance pour les locomotives, c’est mieux que rien, mais cela n’aura qu’un temps… électoral, en tordant les bras aux dirigeants ! Il ne fallait pas démanteler Alstom, je le répète. Pour les pouvoirs publics qui ont accepté General Electric, il faut maintenant savoir comment ils vont travailler avec General Electric pour conserver une activité industrielle à Belfort. 

Quels seraient les dispositifs à mettre en œuvre afin de pouvoir anticiper ce type de situations ?

Dans le concert de la mondialisation, nos grandes entreprises souffrent toutes. Mais certaines continuent à prospérer tandis que d’autres s’effondrent. Celles que l’État essaie de diriger avec des cocoricos sont les premières à disparaitre, leur direction n’est pas exempte de critiques… Cependant c'est surtout l’électoralisme permanent qui les empêche de prendre les décisions nécessaires à la survie de leur entreprise. On reproche au dirigeant aujourd’hui la date d’annonce, on croit rêver ! La stratégie est-elle bonne ? Dispose-t-on des produits du futur ? A-t-on fait les efforts d’innovation nécessaires ? Les nouveaux produits sont-ils adaptés à la clientèle ? Voilà les bonnes questions ! Ce  ne sont pas celles de l’État, qui a une culture industrielle insuffisante à tous les niveaux. Pour éviter les drames permanents de notre grande industrie, il faut disposer de patrons courageux et visionnaires et les laisser diriger leurs entreprises. Si l’on prend des individus arrogants, cupides et incompétents ; que les jeunes gens des cabinets ministériels leur donnent des ordres incessants et contradictoires, on connait les résultats. Nous les vivons actuellement. Je pense qu’il est temps dans notre pays de prendre la mesure de l’importance de l’industrie et de favoriser l’épargne à long terme dans l’industrie. La principale différence entre l’Allemagne qui se développe et la France qui s’effondre, en dehors du profil de quelques dirigeants, c’est que l’Allemagne favorise l’épargne vers l’industrie. Nous avons tout fait, nous, pour orienter l’épargne des Français vers la pierre et l’immobilier. Tant que nous n’aurons pas compris que le risque de nos sociétés, ce n’est pas l’industrie mais l’absence d’industrie, nous aurons du mal à gagner la bataille de l’industrie au niveau mondial. Nous avons les capacités scientifiques, techniques, et professionnelles, il nous manque l’acceptation du risque de l’investissement productif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 13/09/2016 - 23:02
La sagesse viendrait-elle en vieillissant?
LFP me rappelle LouisXIV disant sur son lit de mort au Dauphin, futur LouiXV :" J'ai trop fait la guerre"
LFP pourrait dire "je suis trop intervenu lorsque j'étais dans les canbinets ministériels", et ça continue!
jurgio
- 13/09/2016 - 22:47
Le gouvernement voulait laisser le bébé
à l'Opposition ou encore à la Cohabitation. D'abord s'occuper du désordre du parti socialiste. C'est aussi simple.
- 13/09/2016 - 17:01
Un fin connaisseur des magouilles socialistes ! Les mauvaises langues vont jusqu'à affirmer qu'il louait (sur les fonds d'Elf) une maison pour le compte de Mitterrand et où cette canaille venait se reposer quand il venait faire sa partie de golf ! Une sacré feignasse Mitterrand. Et un baiseur aux frais des contribuables ! Comme le plouc suprême. Bon lui il traversait la rue à pieds pour "tirer".