En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

07.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

ça vient d'être publié
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 3 min 33 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 1 heure 27 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 17 heures 16 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 1 jour 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 1 jour 40 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 10 min 40 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 1 heure 27 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 17 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 18 heures 27 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 1 jour 40 min
© Reuters
La France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.
© Reuters
La France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.
Succession

L’Europe et les Nations-Unies, dessous de la campagne pour l’élection du prochain Secrétaire Général des Nations-Unies

Publié le 12 septembre 2016
Avec Joël Ruet
Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd'hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition. Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est...
Joël Ruet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Ruet est économiste, chercheur CNRS au CEPN (Centre d'économie de Paris-Nord) et associé au Centre de Recherche en Gestion de l’Ecole Polytechnique. Il a enseigné à l'École des Mines de Paris, à HEC-Paris, à l’université Jawaharlal Nehru ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd'hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition. Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est...
Avec Joël Ruet

La France se met déjà en ordre rangé pour l’élection présidentielle de 2017. Mais le reste de l’Europe et du monde bruit d’une autre élection qui a lieu maintenant : le ou la futur(e) Secrétaire Général(e) (SG) des Nations-Unies sera élu(e) dans les semaines à venir, et une règle non écrite de l’institution voudrait que ce soit au tour de l’Europe de l’Est d’occuper le poste. La France, membre permanent du Conseil de Sécurité, aura un rôle à majeur à jouer.

Le calendrier est serré. Les leaders du G20 ont échangé informellement sur le sujet les 4 et 5 septembre à Pékin, le vendredi 9 septembre le Conseil de Sécurité se réunissait à New York pour un « pré-vote », le quatrième à ce jour, et il ne fait nul doute que ce sera l’un des sujets du Sommet informel de l’Union européenne en Slovaquie, pour lequel le Chef de l’Etat François Hollande s’envolera vers Bratislava le 16 septembre.

Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd’hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition.

Les Etats-Unis ont bien tenté de soutenir des candidats de leur zone d’influence, la Costa Ricaine Christiana Figueres et l’Argentine Susana Malcorra, mais sans succès, et la France a su ne pas s’aligner sur Washington. De même, la Russie a activement promu la candidature du Serbe Vuk Jeremić et du Slovaque Miroslav Lajčák. Là encore, il est de l’intérêt de la France de ne pas s’aligner avec Moscou. Jeremić s’est de tous temps opposé à l’OTAN et refuse de reconnaître l’indépendance du Kosovo, tandis que Lajčák s’est illustré par un refus dogmatique de l’accueil des réfugiés syriens au motif que “les Slovaques n’ont jamais été en lien avec les musulmans et sont effrayés”. Aucun de ces candidats ne devrait franchir la ligne d’arrivée.

En revanche, en parallèle à ces manœuvres d’influence de Washington et de Moscou, deux candidats indépendants ont réussi à générer un soutien large et constant auprès des membres du Conseil de Sécurité : le portugais António Guterres et la Bulgare Irina Bokova. Tous deux sont francophones et francophiles. Il est socialiste, elle est non affiliée politiquement.

Même s’il est arrivé largement en tête des votes, Guterres fait face à une double difficulté : premièrement c’est un homme, alors qu’Obama tient à soutenir l’élection de la première femme à la maison blanche ainsi qu’à l’ONU ; deuxièmement il est d’Europe Occidentale, alors que les Russes tiennent à ce que le principe de rotation géographique soit scrupuleusement respecté et qu’on élise un leader d’Europe de l’Est.

Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est. Très grande diplomate, femme à la fois habile et de principe, parlant quatre des six langues officielles de l’ONU, respectée à la fois à Washington, Moscou et Pékin, elle est la candidate idéale de compromis entre les membres permanents du Conseil de Sécurité. Directrice Générale de l’UNESCO, basée à Paris, elle est aussi la candidate soutenue par la France.

La confusion est venue ce week-end du fin fond de l’Europe de l’Est : Sofia envisagerait de remplacer la candidature de Bokova par celle d’une autre Bulgare, la Commissaire Européenne Kristalina Georgieva. Il semblerait que le Premier Ministre bulgare Borissov soit sous la pression de la droite européenne – le Parti Populaire Européen – afin d’aligner un candidat conservateur pour s’opposer au socialiste Guterres. La charge est menée par le peu fréquentable Premier Ministre hongrois Viktor Orbán qui doit se rendre mardi à Sofia. Amalgame, vision à courte vue, qui méconnaît les réalités des Nations-Unies : changer de candidate à ce stade serait un suicide politique pour Borissov. Alors même que Bokova a de bonnes chances de l’emporter, Georgieva n’a rien à espérer. Le porte-parole du ministère des affaires étrangères russe a été clair sur ce point ce weekend : la Russie s’oppose à Georgieva qui a contribué à mettre en œuvre au sein de la Commission Européenne les sanctions économiques contre Moscou.

Technocrate, elle n’a quasiment aucune expérience diplomatique. Georgieva suivra probablement le même chemin que Christiana Figueres, une autre technocrate très compétente qui s’est effondrée dans sa course aux Nations Unies malgré le soutien très appuyé des Américains. Même le Venezuela, membre du Conseil de Sécurité, vient d’indiquer publiquement son opposition : ‘trop tard‘ alors que la majorité de l’Assemblée Générale pousse pour une élection enfin transparente et que la campagne a commencé il y a déjà plusieurs mois. De nombreux autres membres du Conseil de Sécurité partageraient le même agacement face à cette candidature peu crédible de dernière minute.

D’autres surprises et coups de théâtre ne devraient pas manquer d’avoir lieu dans les semaines à venir jusqu’à la décision finale courant octobre. D’ici là, la France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires