En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 min 26 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 40 min 29 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 43 min 38 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 43 min 38 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 43 min 39 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 43 min 39 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 43 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 49 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 25 min 32 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 40 min 56 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 43 min 38 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 43 min 39 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 43 min 39 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 43 min 39 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 43 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 36 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 16 min
© DR
© DR
Recette miracle

Après la sortie de la pauvreté, le nouveau défi de la Chine et des grands Emergents : trouver un modèle de développement économique qui leur permettra de sortir de la trappe à revenus intermédiaires

Publié le 09 septembre 2016
Les pays industriels pauvres en matière premières d'Asie du Sud-est et les pays riches en ressources naturelles mais très peuplés d'Amérique Latine sont pris dans ce qui a été qualifié de "trappe à revenus intermédiaires". S'il n'y a pas de stratégie unique à mener pour rejoindre le club des pays riches, plusieurs pistes peuvent être explorées : développement des innovations, investissements dans le capital humain et l'éducation, construction d'infrastructures.
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays industriels pauvres en matière premières d'Asie du Sud-est et les pays riches en ressources naturelles mais très peuplés d'Amérique Latine sont pris dans ce qui a été qualifié de "trappe à revenus intermédiaires". S'il n'y a pas de stratégie unique à mener pour rejoindre le club des pays riches, plusieurs pistes peuvent être explorées : développement des innovations, investissements dans le capital humain et l'éducation, construction d'infrastructures.

Atlantico : Si l'essor du capitalisme a permis une réduction du phénomène de la trappe à pauvreté au niveau des états, de plus en plus de pays se sont trouvés coincés dans la trappe à revenus intermédiaires. Quelles sont les stratégies qui ont permis à certains pays de passer du statut de pays pauvre à celui de pays à revenus moyens ? De quels pays s'agit-il ?

Jean-Marc Siroën : Le terme de "pauvre" pour qualifier un pays est à manier avec précaution. Le revenu moyen est un indicateur statistique trompeur. Lorsque les inégalités sont fortes, un pays peut être "riche" avec une population pauvre. 

Cette réduction du nombre de pays à faible revenu est relativement récente et postérieure au capitalisme et à l’indépendance de ces pays. En 1994, 56,1 % de la population du globe vivait dans les pays à faible revenu contre 8,5 % en 2014. Si, les années 1980 furent des années "perdues" du développement du moins en Afrique et en Amérique latine, le début du XXIeme siècle est une revanche des pays en développement. Mais ce retournement est aujourd’hui remis en cause par la crise des pays émergents. 

Il n’existe certainement pas de stratégie miracle. Les pays en développement  ou émergents ont bénéficié d’un exceptionnel "alignement des planètes". La croissance chinoise a tiré la croissance mondiale et, en même temps, favorisé une hausse du prix des matières premières extraordinairement favorable aux pays producteurs "pauvres". La forte croissance chinoise a donc pu se propager au reste de l’Asie, à l’Afrique et à l’Amérique latine. D’une certaine manière, il s’agissait pour beaucoup d’entre eux d’une manne tombée du ciel, gonflant un revenu monétaire qui a été trop rarement consacré à des projets de développement plus durables comme le montre aujourd’hui la situation affligeante du Brésil ou du Venezuela ! A contrario, la remise en cause du modèle de développement chinois et la chute du prix des matières premières font aujourd’hui douter de la pérennité de taux de croissance souvent à deux chiffres et donc de l’accession rapide de nombreux pays au statut de pays "riche".

Parmi les pays appartenant à la catégorie des revenus intermédiaires, quels sont les différents types de profil ? Sur quelles bases peuvent-ils s'appuyer pour passer à un stade supérieur de développement ? Quels sont les exemples à suivre, et quelles sont les difficultés rencontrées ?

La Banque Mondiale considère comme "intermédiaire" des pays avec des revenus moyens en réalité très différents : entre 1 046  et 4 125 dollars pour les intermédiaires "inférieurs" et entre 4 126  à 12 735 dollars pour les intermédiaires "supérieurs". Le revenu moyen des pays intermédiaires peut donc varier de 1 à 12 ! L’ensemble comprend plus de 100 pays, qui comprennent les cinq BRICS. Ils sont très différents en taille,  en ressources, en systèmes politiques, en héritage culturel et … en niveau de développement et structures démographiques. On ne trouvera donc pas de profil type et il faut se garder de préconisations qui auraient une portée universelle comme sont parfois tentées de le faire les organisations internationales. On peut néanmoins distinguer les pays, dépourvus de matières premières, qui fondent leur économie sur des stratégies mercantilistes de développement industriel. Ils sont surtout situés en Asie, la Chine et l’Inde étant les exemples les plus spectaculaires, auxquels on peut ajouter des pays comme le Vietnam ou le Bangladesh entrés plus récemment dans le club des intermédiaires. A côté, on trouve  en Afrique, en Amérique latine, dans le Golfe ou en Europe centrale et orientale, des pays qui s’appuient sur la production de matières premières, minières ou agricoles. Ces pays sont exposés non seulement à la volatilité des cours mondiaux, mais à la "malédiction des matières premières" liée aux rentes qui nourrissent la corruption et l’instabilité politique.

Cette économie de rente contribue par ailleurs à évincer les autres activités productives en poussant les salaires et le taux de change vers le haut, minant ainsi la compétitivité de l’industrie et de l’agriculture (ce que les économistes appellent le "mal hollandais"). Les premiers ont évidemment plus de chances d’entrer durablement dans le club fermé des  pays à revenu élevé. Parmi ceux qui, depuis 1960, sont passés dans cette catégorie, on relève beaucoup de pays asiatiques (Corée, Taiwan, Singapour, Hong Kong, Japon) mais aussi des pays aujourd’hui membres de l’Union européenne (Irlande, Grèce, Espagne, Portugal). Ils ont progressivement ouvert une économie initialement très fermée. Ils ont souvent démocratisé  leurs institutions et donné la priorité à l’éducation et aux infrastructures. Le soutien des Etats-Unis ou de l’Europe n’a pas été non plus un élément négligeable. On remarquera qu’à l’exception du Japon, qui a d’ailleurs stagné depuis 20 ans, on ne compte aucun grand pays parmi ces entrants. Les plus petits, ont choisi de se spécialiser finement en adoptant  des stratégies certes "déloyales", comme le "dumping" fiscal, qui se sont néanmoins révélés efficaces pour attirer les firmes multinationales. Dans ces petits pays, la difficile réallocation des ressources humaines de la campagne vers la ville est moins moins complexe. Elle est même inexistante dans les cités-états comme Hong Kong ou Singapour qui adoptent des stratégies très spécifiques de "hub" pour les exportations chinoises. 

Au regard de la situation et des tendances actuelles, comment peut-on imaginer les niveaux de développement des pays intermédiaires actuels ? Comment imaginer une carte du monde économique à horizon 20 ans ? A quels changements majeurs doit-on s'attendre ?

Les pays "rentiers" verront leur statut indexé sur le prix des matières premières qui dépend lui-même de la conjoncture mondiale. Cela a pu suffire à certains pays pour se hisser au rang de pays à revenu élevé comme les pays pétroliers peu peuplés (Arabie Saoudite, Qatar,…) voire un producteur de cuivre comme le Chili. Mais, avec la chute actuelle du prix des matières premières, certains pourraient régresser. On pense, parmi d’autres, au Venezuela, ou … à la Mongolie. Les pays qui ont fondé  leur croissance sur l’industrialisation,  sont a priori plus solides, mais ils se heurtent néanmoins à des limites assez bien identifiées.  Une fois un certain niveau de développement atteint, les salaires tendent en effet à augmenter. En Chine,  ils  ont triplé en dix ans. Cette évolution est due au tassement de l’exode paysan et donc à une certaine raréfaction de la main d’œuvre, mais aussi, et peut-être surtout,  à des revendications  sociales elles-mêmes attisées par la croissance des inégalités et par la volonté des moins favorisés de se rapprocher du niveau de vie des classes moyennes. La compétitivité de ces pays est alors affaiblie dans  les industries exportatrices  traditionnelles, utilisatrices de main d’œuvre, comme le textile ou les produits industriels assemblés dans les zones économiques spéciales. Une transition est donc nécessaire pour atteindre un taux de croissance qui permettrait de passer le seuil du club des pays à revenus élevés.  

Pour réussir, cette transition  impose une stratégie économique claire qui soit cohérente avec les ressources et la localisation géographique du pays. Elle doit conduire à une augmentation de la productivité. Elle exige de l’état qu’il définisse des priorités au-delà même du nécessaire soutien à la formation et aux infrastructures : quels secteurs ? Quels programmes scientifiques encourager? Cette stratégie doit être appropriée par les entreprises, nationales ou étrangères. L’état ne doit pas être capté par une élite conservatrice qui serait, de plus, corrompue. La transition, qui génère des perdants, repose enfin sur une politique sociale qui la rende acceptable. Une des raisons du succès des pays asiatiques a été de limiter, voire de réduire les inégalités. Les populations adhèreront à cette transition si elles s’attendent à en recueillir les fruits. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires