En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 39 min 51 sec
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 5 heures 58 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 28 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 7 heures 53 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 27 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 6 heures 45 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 7 heures 47 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 8 heures 3 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 8 heures 24 min
© Reuters
Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde".
© Reuters
Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde".
On y est presque !

Université d’été du Medef : ce que Pierre Gattaz pourrait utilement ajouter à son programme pour relancer l’économie française

Publié le 02 septembre 2016
Les objectifs posés par le président du MEDEF sont clairs : plein-emploi (soit pas plus de 6% de chômage) et un retour à une croissance de 3%. Pour autant, les solutions qu'il propose pour y parvenir pourraient s'avérer insuffisantes.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les objectifs posés par le président du MEDEF sont clairs : plein-emploi (soit pas plus de 6% de chômage) et un retour à une croissance de 3%. Pour autant, les solutions qu'il propose pour y parvenir pourraient s'avérer insuffisantes.

Atlantico : Dans une interview donnée au quotidien Les Echos, Pierre Gattaz met en avant les mesures qui, selon lui, permettront un retour au plein emploi et à une croissance de 3%. Il s'agit pour le patron du MEDEF de louer la politique de l'offre. Si cette politique peut être utile à l'amélioration de l'économie, est elle suffisante pour permettre un retour au plein emploi et à une croissance  de 3% ?

Jean-Paul Betbeze : Une croissance à 3% est toujours à souhaiter, bien sûr, mais 2% seraient déjà bien. Nous sommes en effet scotchés à une croissance faible parce que l’emploi augmente peu, comme la productivité. Or, la croissance, c’est l’addition de l’emploi privé et de la productivité. Ce sont donc les deux chantiers sur lesquels il faut travailler. La politique de l’offre, c’est une politique de la compétitivité et de la formation, aujourd’hui plus que jamais. La compétitivité est une notion protéiforme : il ne s’agit plus d’être moins cher dans les activités que nous connaissons dans les pays développés, mais d’être en avance, pour les technologies, pour la connaissance des clients et pour la satisfaction des marchés. Ceci suppose donc de l’investissement physique, de l’investissement immatériel, en logiciels par exemple, et surtout cet investissement immatériel qui fera la différence : la formation, encore et toujours, dans la durée.

On le comprend, pour sortir aujourd’hui du carcan qu’est notre production potentielle estimée à 1,8%, c’est d’un vrai sursaut qu’il s’agit. Ce sursaut d’investissements implique évidemment plus de souplesse dans les embauches et plus de simplicité avec la puissance publique, mais surtout plus de rentabilité. Aujourd’hui, selon les dernières études de l’Insee, l’excédent brut d’exploitation rapporté à la valeur ajoutée atteint 32,2% en début d’année, grâce à la réduction des charges du CICE. C’est évidemment mieux que les 27 ou 28% antérieurs, mais ce ne sont pas les 35% allemands. Aussi longtemps que la marge des entreprises ne sera pas durablement rehaussée, il est peu probable que les entrepreneurs investiront davantage, ce qui est par construction un risque, surtout s’il s’agit de capital humain.

On dit toujours que le patronat veut moins de contraintes et plus de marges, ce n’est pas illégitime quand il a plus de contraintes et moins de marges que ses concurrents immédiats !

Quelles sont les mesures ignorées ici par le patron du MEDEF ? Que révèle l'absence de vision macroéconomique, ou européenne, à cette analyse?

Dans l’interview, Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde". Pourquoi ? Parce que notre système de formation initiale et d’apprentissage n’est pas assez adapté, et plus encore parce que le climat social n’est pas assez confiant. On parle en effet en France d’emploi et de salaires, qu’il convient d’augmenter régulièrement. Mais l’essentiel est l’emploi et les salaires dans la durée, pas l’évolution de l’embauche ou la hausse de salaires sur une année. Le nouveau contrat de travail, au moins d’un point de vue économique, devrait mettre au centre l’employabilité du salarié, seul gage de son revenu sur longue période, puis de sa retraite. Au lieu de discuter seulement du salaire annuel lors du bilan RH, il vaudrait bien mieux intégrer l’ensemble des composantes de la rémunération : le salaire bien sûr, avec bonus, avantages divers, actions gratuites ou stock-options, plus encore compléments de retraite et, surtout, un programme de formation sur plusieurs années. Mais, encore une fois, pour arriver à ce type de négociation, il faut des entreprises qui aient les moyens financiers de les mener, et on retrouve les marges, plus le climat social nécessaire pour les obtenir. C’est alors que l’on peut regretter que le débat français soit si tendu, par comparaison avec l’Allemagne bien sûr. On ne peut donc pas dire que Pierre Gattaz manque de vision macroéconomique ou européenne, mais plutôt que les problématiques macroéconomique ou européenne ne sont pas très présentes ici !

Quel serait le "policy mix" le plus probant pour permettre la réalisation de l'objectif du MEDEF, entre plein emploi et croissance à 3% ?

Ne rêvons pas : 3% de croissance représente un saut considérable par rapport au potentiel actuel de l’économie française. Il faudra plusieurs années pour l’atteindre, si c’est possible, avec bien plus d’emploi et de formation, car le monde ne va pas s’arrêter de faire des progrès et de nous concurrencer. Symétriquement, il n’est pas mauvais de se donner des objectifs ambitieux. Aujourd’hui, on ne mobilise personne en disant qu’il faudrait passer à 1,6 ou 1,7% dans les années qui arrivent contre 1,5% espéré pour 2016. C’est donc d’un engagement dans la durée qu’il s’agit. D’ores et déjà, le Premier ministre a annoncé des baisses de l’impôt sur les sociétés dans les années à venir, au delà même du quinquennat actuel. C’est obligatoire : pour pousser les entrepreneurs à investir davantage, il faut voir bien plus loin. Et, pour faire évoluer les rapports sociaux, la loi El Khomri nous l’a bien montré, il faut beaucoup expliquer et préparer les esprits. Une croissance plus soutenue dans la mutation actuelle implique donc un "policy mix" d’une autre nature : il ne s’agit pas simplement de taux d’intérêt plus bas et d’un Etat plus compréhensif, mais bien de nouveaux rapports sociaux, notamment au niveau de l’entreprise. Et, là aussi, il faudra bien plus de formation. L’essentiel, c’est la productivité du travail, elle ne se décrète pas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 31/08/2016 - 12:00
P. Gattaz
Echec, pour dire le moins