En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 3 heures 44 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 12 heures 31 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 12 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 14 heures 29 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 4 heures 55 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 12 heures 5 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 12 heures 39 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 13 heures 13 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 13 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 14 heures 7 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 14 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
La justice de monsieur Tuot

Conseil d'Etat sur le burkini : l'arrêt co-signé par l'auteur d'un rapport sur l'intégration à la lecture très "instructive"

Publié le 30 août 2016
Le vendredi 26 août, le Conseil d'Etat a rendu sa décision au sujet des arrêtés anti-Burkini en suspendant l'arrêté de Villeneuve-Loubet. Une décision qui pourrait bien faire jurisprudence.
Drieu Godefridi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Drieu Godefridi est docteur en philosophie (Sorbonne), juriste, et dirigeant d'entreprise. Il est notamment l'auteur de Le GIEC est mort, vive la science ! (Texquis, 2010), La réalité augmentée (Texquis, 2011) et De la violence de genre à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le vendredi 26 août, le Conseil d'Etat a rendu sa décision au sujet des arrêtés anti-Burkini en suspendant l'arrêté de Villeneuve-Loubet. Une décision qui pourrait bien faire jurisprudence.

En février 2013, le Conseiller d'Etat Thierry Tuot remettait au gouvernement socialiste français, qui le lui avait demandé, un rapport sur la question de l'intégration, sous le titre "La grande nation : pour une société inclusive".

Monsieur Tuot est l’un des trois signataires de l’arrêt que vient de rendre le Conseil d’Etat sur la question du "burkini".

Puisqu’il faut éviter de parler de ce que l’on ne connaît que par des sources secondaires, il m'a paru intéressant de lire intégralement le rapport de Monsieur Tuot.

Gardons-nous d'ironiser sur l’orthographe et le style pompier du Conseiller d'Etat, qui forge des expressions telles que "péter de trouille" (sic) et taxe ses adversaires idéologiques de "haïssables", pour en venir directement au fond.

Le projet de Monsieur Tuot consiste à refonder "la base idéologique" de la politique de l'intégration (page 10). La veine idéologique dans laquelle s’inscrit le rapport de Monsieur Tuot — il n'y a rien de choquant à ce que ce rapport soit politique, c'était ce qui lui était demandé — est celle qui, de Terra Nova au Parti socialiste, en passant par les écologistes, domine la gauche et l'extrême gauche françaises depuis trente ans. La thèse, en rien méprisable, est que l’islam est une religion comme une autre, et que le devoir de la société française est de dépasser la stigmatisation et la discrimination pour inclure chacun dans une société rénovée. 

Bien entendu, cette thèse est fausse : l’islam est plus qu’une religion, il définit un projet politique et une code normatif complet (le fiqh, d’où la Sharia) qui se veut immuable, car enraciné dans la parole de Dieu (Coran) et les faits et gestes du prophète (la Sunnah). Méconnaître cette différence ontologique entre christianisme et islam n’est pas une question d’opinion, c’est une erreur intellectuelle. (*)

Toutefois, le problème n’est pas là. Il réside dans le fait que l’auteur d’un rapport idéologique sur l’islam rende un arrêt de droit — qui plus est au contentieux objectif de la légalité — sur le même sujet. Comme le résume parfaitement l’aphorisme anglo-saxon : "Not only must Justice be done ; it must also be seen to be done.” (La justice ne doit pas seulement être rendue, elle doit aussi en avoir l’apparence). Ce qui signifie qu’un conflit d’intérêts vicie nécessairement une décision de justice, quel qu’en soit le contenu. Ayant pris parti sur le plan idéologique, la justice exigeait de Monsieur Tuot qu'il s’abstienne de juger.

(*) Voir mon bref essai La trahison des clercs — Lettre à un combattant de l'islam, Texquis, 2016.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 01/09/2016 - 07:04
Cet arrêt stalinien peut être annulé !
Un referendum serait le bienvenu !
jurgio
- 31/08/2016 - 16:56
Même le Conseil d'État a son mur
mais ceux qui y sont affichés sont ceux qui veulent défendre la démocratie d'une idéologie malsaine, putride et malfaisante. On n'en peut plus d'une telle cafarderie ! Tout le système français est bloqué par des apparences de liberté. Si on ne peut révoquer une décision, on peut attaquer un de ses membres de forfaiture et de prévarication. Le « socialisme » de ce pays est une hyène républicaine, vêtue d'une fourrure de chat démocrate.
lexxis
- 31/08/2016 - 12:09
EN PLEINE HYPOCRISIE
Un juge rend des jugements ou des arrêts, pas des rapports au Gouvernement. Mais ce n'est pas la première fois que le Conseil d'Etat se trouve pris en flagrant conflit d'intérêts en la personne de tel ou tel de ses membres. Il n'y a pas si longtemps et sans que cela ne gêne personne Madame Méadel cumulait très officiellement ses fonctions au Conseil avec celles de porte-parole du parti socialiste. Or les juges n'ont pas à trainer médiocrement dans les allées du pouvoir. Remarquons d'ailleurs que tout notre Conseil d'Etat est conçu en porte-à-faux puisque c'est lui également qui en tant que conseiller du prince examine les projets de loi ou de décrets avant leur adoption. Difficile après de porter dessus un regard critique ou indépendant sur la légalité du texte quand le projet a été revu et amendé par des collègues que l'on croise tous les jours, même si eux font partie de la formation administrative du Conseil, censée - bien sûr - ne pas avoir la moindre contact avec la formation juridictionnelle! La question est bien entendu encore plus brûlante lorsqu'un Conseiller d'Etat ne dédaigne pas de se faire nommer au Cabinet d'un Ministre et qu'il rejoint ensuite son ancien poste.