En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 20 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 23 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 heures
© Flickr/edwin.11
De par son histoire, son architecture et les œuvres qu'il abrite le musée du Louvre fait l'objet de bien des fantasmes.
© Flickr/edwin.11
De par son histoire, son architecture et les œuvres qu'il abrite le musée du Louvre fait l'objet de bien des fantasmes.
Incident pharaonique

Quand le Louvre était au cœur d'une mini-affaire d'Etat

Publié le 05 février 2012
De par son histoire, son architecture et les œuvres qu'il abrite le musée du Louvre fait l'objet de bien des fantasmes. "La face cachée du Louvre" écrit par Ariane Warlin nous permet de lever le voile sur quelques uns des secrets qui planent autour de la pyramide. (Extrait 2/2).
Ariane Warlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ariane Warlin est journaliste pour la presse écrite et audiovisuelle, elle travaille sur des sujets aussi variés que l'économie, la politique internationale et la culture. Sa passion des musées l'a naturellement conduite à s'intéresser au plus étonnant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De par son histoire, son architecture et les œuvres qu'il abrite le musée du Louvre fait l'objet de bien des fantasmes. "La face cachée du Louvre" écrit par Ariane Warlin nous permet de lever le voile sur quelques uns des secrets qui planent autour de la pyramide. (Extrait 2/2).

Octobre 2009. Le Louvre doit répondre à des demandes de restitutions embarrassantes. L’Égypte manifeste son souhait de récupérer des fragments de fresques qui figuraient sur le tombeau d’un dignitaire de la XVIIIe dynastie. Ils auraient été acquis dans des conditions peu claires. Levée de rideau sur une mini affaire d’État…

Imbroglio politico-diplomatico-culturel

Selon la version officielle, ces fragments de stèle auraient été achetés « de bonne foi » lors d’une vente publique. Manque de chance, des photographies compromettantes révèlent que la France les aurait en réalité prélevés dans un tombeau de la Vallée des Rois au cours des années 80 et sortis illégalement du territoire égyptien. Le Louvre l’ignorait-il vraiment ? Assurément pas, selon le tonitruant Zahi Hawass, président du Conseil suprême des antiquités égyptiennes. À ses yeux, la France devrait se poser davantage de questions sur la « traçabilité » des oeuvres.

Il affirme d’ailleurs à qui veut l’entendre que le Louvre a fait la sourde oreille pendant des années, de façon à les conserver.« Dans une missive très amicale, le 1er janvier 2009, j’ai rappelé l’excellence des relations entre l’Égypte et la France, et j’ai demandé à Henri Loyrette de rapatrier ces stèles. Il ne m’a pas répondu. D’autres lettres sont également demeurées sans réponse », expliquait-il fin 2009 à la journaliste Denise Ammoun, dans le cadre d’un entretien pour La Croix. Alors, pour faire avancer les choses, l’Égypte a choisi de frapper fort et de rompre ses relations avec le Louvre. La mission archéologique du musée a même été interdite de séjour au pays des pharaons.

Étrange coïncidence de calendrier : ces incidents diplomatiques sont survenus au moment de la non élection du ministre égyptien de la Culture Faruq Hosni à la tête de l’Unesco. Une déception vécue comme un camouflet et qui pourrait expliquer que les Égyptiens aient eu envie de ressortir ce dossier en guise de représailles, afin de faire payer à la France un soutien qu’ils estimaient insuffisant. Quelles que soient les vraies motivations, cet exemple montre, une fois de plus, à quel point le Louvre est malgré lui impliqué dans des considérations politico-diplomatiques.

Suite à la polémique générée par cette affaire, après quelques jours de tergiversation, la commission scientifique nationale des collections des musées de France a finalement décidé de restituer ces éléments de stèle pharaonique. Pour cela, elle a dû les déclasser, car, en vertu du principe d’inaliénabilité, c’était la seule solution pour pouvoir les céder. Ce choix pourrait créer un précédent.

Ce ne sont pas les seules pièces revendiquées par Zahi Hawass. Il veut aussi récupérer Le Zodiaque de Dendérah, prélevé par le général français Desaix lors de l’expédition d’Égypte et apporté en France en 1821. Exposée depuis presque deux siècles au Louvre, cette œuvre était à l’origine fixée sur le plafond d’une chapelle dédiée à Osiris. Dans une interview accordée au journal L’Express, Guillemette Andreu, chef du département des antiquités égyptiennes au Louvre, feignait de ne pas s’émouvoir de ces demandes : « Hawass a remis de l’ordre sur les chantiers, il exige des publications systématiques et en arabe, là où nous avons pris du retard : nous devons lui proposer des coopérations. » Pour l’heure, en effet, le Louvre n’a d’autre choix que de composer et de tenter de trouver des terrains d’entente.

__________________________________

Extrait de La face cachée du Louvre - Enquête sur les dérives du musée le plus célèbre au monde, MICHALON (12 janvier 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 05/02/2012 - 11:06
"la face cachée du Louvre" se trouve également dans le coût
pharaonique de la pyrapide du Louvre.......que même google ne révèle pas.
Qui aura lecourage d'en parler?