En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

07.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 2 heures 39 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 4 heures 57 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 7 heures 18 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 7 heures 48 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 10 heures 14 sec
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 10 heures 50 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 11 heures 8 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 6 heures 57 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 7 heures 37 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 8 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 9 heures 26 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 10 heures 35 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 11 heures 49 sec
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 11 heures 34 min
© Reuters
Une vague de froid a déferlé cette semaine sur le pays.
© Reuters
Une vague de froid a déferlé cette semaine sur le pays.
"Mal chauffement"

Vague de froid : qui sont les Français qui ne peuvent pas se chauffer ?

Publié le 03 février 2012
Portrait des Français les plus touchés par la vague de froid qui gagne ces jours-ci l'ensemble du territoire.
Bertrand Lapostolet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Lapostolet a pris depuis 2017 la direction de SoliNergy, Fonds de dotation dédié à la lutte contre la précarité énergétique, au sein du groupe Effy.De 2008 à 2017, responsable de programmes à la Fondation Abbé Pierre, a notamment animé le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portrait des Français les plus touchés par la vague de froid qui gagne ces jours-ci l'ensemble du territoire.

Atlantico : Une vague de froid a déferlé cette semaine sur le pays. Combien de personnes en France sont-elles considérées comme « mal chauffées » ?

Bertrand Lapostolet : Il existe malheureusement un nombre important de personnes en situation de précarité énergétique en France. Sur la base de l’enquête nationale de logement de l’Insee, on estime qu’il existe environ 3 800 000 ménages qui consacrent plus de 10% de leur budget à l’énergie dans le logement. C’est le seuil admis de manière très consensuelle aujourd’hui.

A cela, nous pouvons rajouter des personnes qui sont en dessous de ce seuil mais qui déclarent en même temps qu’elles se sont privées de chauffage pour des questions financières. Ce qui nous amène à un chiffre supérieur à 4 millions de ménages (un peu plus de 8 millions de personnes) qui sont touchés par ce phénomène.

Ces Français se privent car ils font des arbitrages entre des postes entre lesquels normalement on ne devrait pas avoir à arbitrer. Ils ne veulent pas se mettre en situation d’impayé sur leur facture énergétique où veulent tout simplement être capable de payer le loyer à la fin du mois.

 

Qui sont ces Français « mal chauffés » ?

Sur le plan géographique, il y a évidemment un impact des zones climatiques mais ce n’est pas si important que cela.

Le plus frappant est de voir qu’il y a une proportion de propriétaires occupants qui est loin d’être négligeable. Ils sont même majoritaires car ils représentent 55% des ménages touchés. Ils résident globalement dans le parc privé. Même s’il reste beaucoup de choses à faire, le parc social est globalement de meilleure qualité à ce niveau-là.

Ce sont donc en majorité des propriétaires occupants, en maisons individuelles situées en zone périurbaine rurale. C’est une surprise car le chiffre des propriétaires est toujours sous-estimé. En effet, ils ne s’adressent pas forcément beaucoup aux guichets sociaux ou ne demandent pas toujours des aides.

Ceci étant, il ne faut pas oublier les 45% de locataires restant. On peut regretter que, pour l’instant, les mesures prises ne concernent que les propriétaires occupants. Je pense notamment au programme « Habiter mieux » qui est une bonne chose mais qui traite la question de la précarité énergétique uniquement sur l’aspect « propriétaire occupant ».

 

Une aide qui oublie donc totalement les locataires ?

Le programme « Habiter mieux » a été déclenché à la suite  du Plan bâtiment grenelle par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Il vise à donner des aides, en accompagnement et en subventions, aux propriétaires occupants pour une amélioration thermique de leur logement. Pour le moment, rien n’a été fait concernant les locataires. Nous demandons d’intégrer un minimum de critères thermiques dans la définition du logement décent. En clair, un propriétaire ne devrait plus louer de « passoires thermiques ». On devrait rapidement modifier les textes, ce n’est pas très compliqué et cela ne coûte rien…

 

La part des dépenses thermiques dans le budget des ménages a-t-elle évolué ?

Ce que l’on appelle la dépense contrainte (logement, eau, gaz, électricité…) était en 1979 de l’ordre de 25%, soit un quart du budget total. Cela variait un petit peu en fonction des quantiles de revenu, mais pas tant que cela. En 2006, pour le quintile le plus aisé, le chiffre est environ de 27%. Mais pour les ménages pauvres, nous sommes passés à plus de 48%. Pour les ménages modestes, le chiffre est de 46% et même pour les classes moyennes inférieures le chiffre est de 38%.

Malheureusement, nous n’avons pas de mises à jour pour ces statistiques qui datent de 2006 mais on peut imaginer que la situation empire encore. Depuis 2006, il y a eu des augmentations majeures au niveau de l’énergie.  

 

Quelles sont les conséquences néfastes d'un logement mal chauffé ?

Couper le chauffage et même le réduire sont des pratiques qui génèrent des problèmes de santé mais aussi de sécurité.

On note beaucoup de foyers qui coupent le chauffage principal et qui prennent des chauffages d’appoint, en imaginant qu’ils vont pouvoir dépenser par petits bouts, se chauffent en fait très mal et produisent de l’humidité et même du monoxyde. Cela peut causer par la suite des accidents, des brûlures.

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), concernant le Royaume-Uni, montre qu’un euro investi pour rendre un logement chauffable représente directement 42 centimes d’économies sur les dépenses de santé. L’impact est énorme. Nous parlons de spirale de la précarité énergétique. La privation entraine des problèmes de santé, de mal-être, de repli sur soi. Mais cela entraine aussi une dégradation du logement (un logement mal chauffé se dégrade toujours). C’est un cercle vicieux dont les conséquences peuvent être dramatiques, jusqu’à aller à des pathologies cardio-vasculaires.

 

Quelles solutions préconisez-vous pour un meilleur chauffage des logements français ?

Aujourd’hui l’enjeu n’est pas sur les modes de chauffage. Il faut intervenir au niveau de l’isolation sur les 3,7 millions de « passoires thermiques » françaises. Je parle de l’isolation des combles, des murs périphériques, des taules etc… Ce que l’on appelle l’enveloppe du bâtiment. Pour que la maison soit maintenue au chaud, il faut avant tout que l’enveloppe soit performante. Ensuite, nous pourrons nous occuper du chauffage.

 

La question thermique est-elle mise de côté par les politiques ?

On constate quand même qu’il y a une prise de conscience. Il y a encore quatre ou cinq ans, on ne parlait pas de précarité énergétique. Aujourd’hui, c’est inscrit dans la loi (Loi grenelle 2). Je parlais aussi d’ « Habiter mieux » qui va dans le bons sens. Tout cela est bien mais c’est absolument insuffisant. Il faut passer très vite à l’étape suivante.

Il faut conjuguer des interventions à effet à long terme et des interventions d’urgence. Concernant le long terme, il faut, comme je vous l’expliquais, intervenir sur le bâti au niveau de l’isolation. Mais il faut aussi que la communauté participe financièrement sinon cela ne marchera pas. Les ménages aisés seront les seuls à avoir les moyens de faire des économies. Il faut donc consacrer des moyens pour que, justement, les ménages modestes et pauvres habitent dans des logements performants et soient moins exposés à l’évolution des prix qui est inéluctable (nous avons eu l’année dernière deux augmentations assez sensibles du prix du gaz – 5,2% au premier avril 2011 et 4,4 % le 1er janvier 2012).

Il faut aussi faire de l’action à effet immédiat. Car, il ne faut pas se leurrer, cela prendra du temps. Pour revenir sur presque quatre millions de logements, même si l’on « met le paquet ». En attendant, il faut maintenir la tête des ménages hors de l’eau. Nous avons besoin d'un "bouclier énergétique". Il nous faut des moyens d’aide aux paiements des factures, un système d’allocation différentielle pour limiter l’effet des prix sur les ménages les plus exposés et limiter ainsi les effets de privation qui sont humainement insupportables et socialement coûteux.

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Petra
- 03/02/2012 - 18:31
choix budgétaires
pour avoir connu une situation similaire dans mon adolescence avec mes parents, les choix sont parfois nécessaires (nourriture, chauffer les pièces principales, ne pas chauffer les chambres). même si le contexte a changé avec les technologies, le mal logement existe et porter un jugement péremptoire digne d'un préjugé c'est faire fi de la réalité. il aller dans les campagnes et les petits bourgs de village pour se rendre compte de cette réalité sociale. demandez à certaines personnes âgées !!!
stelhou
- 03/02/2012 - 15:13
Question de priorité des dépenses
Ces Français qui ne peuvent soi-disant pas de chauffer, ou qui sont très regardants à la dépense, ont sûrement..., euh..., voyons..., au minimum, un portable, la télévision payante et l'ordinateur qui va avec, un micro-ondes, un lave-vaisselle, qu'ils partent en vacances chaque année, qu'ils vont au cinéma... Chacun est libre de dépenser son argent comme il l'entend, de là à faire pleurer le bon peuple, c'est un peu trop demander.