En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 13 heures 21 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 14 heures 59 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 17 heures 52 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 19 heures 37 sec
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 21 heures 55 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 22 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 14 heures 34 sec
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 19 heures 18 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 19 heures 50 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 21 heures 38 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 22 heures 29 min
© Romeo Ranoco / Reuters
Rodrigo Duterte, le président des Philippines, a promis de "nettoyer" le pays des trafiquants de drogue.
© Romeo Ranoco / Reuters
Rodrigo Duterte, le président des Philippines, a promis de "nettoyer" le pays des trafiquants de drogue.
Double vie

"Je me suis approché de lui, et lui ai tiré une balle dans la tête" ; à la rencontre de Maria, mère de famille et tueuse à gage au sein des milices anti-drogues philippines

Publié le 04 novembre 2016
Depuis que le Philippin Rodrigo Duterte est arrivé à la tête du pays le 30 juin 2016, il mène la vie dure aux trafiquants de drogue. Il a même autorisé les habitants à tuer les dealers présumés sans autre forme de procès. Maria est mère de famille le jour, tueuse à gages la nuit.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que le Philippin Rodrigo Duterte est arrivé à la tête du pays le 30 juin 2016, il mène la vie dure aux trafiquants de drogue. Il a même autorisé les habitants à tuer les dealers présumés sans autre forme de procès. Maria est mère de famille le jour, tueuse à gages la nuit.

C'est un témoignage révélateur de la situation chaotique qui règne dans les Philippines, que le journaliste Jonathan Head a retranscrit dans un article publié sur le site de la BBC. Le journaliste britannique correspondant en Asie du Sud-Est a rencontré Maria et Roger (dont les prénoms ont été changés), respectivement tueuse à gages et trafiquant de drogue. Deux personnes dont les destins devraient se croiser, depuis que le nouveau président du pays, Rodrigo Duterte, mène une politique de terreur sur le territoire en incitant la population à prendre les armes et à se débarrasser des dealers de rue d'une balle dans la tête.

L'habit ne fait pas le moine : en rencontrant l'un des assassins qui se font payer par le gouvernement pour tuer les dealers et consommateurs de drogue, Jonathan Head ne s'attendait certainement pas à voir arriver vers lui une jeune femme, bébé au bras. Maria est une habitante de Manille, la capitale du pays, que la police philippine paie pour tuer. Et elle n'est pas la seule : depuis que Rodrigo Duterte est arrivé au pouvoir, la situation aux Philippines a tout d'un film dystopique aux allures de American Nightmare.

"Oubliez les droits de l'Homme"

L'ancien avocat de 71 ans élu à 39% des voix – scrutin uninominal à un tour oblige – a promis de "nettoyer" son pays des trafiquants de drogue. Et autorise les citoyens eux-mêmes à passer  à l'action : "Appelez-nous ou appelez la police, sinon faites-le vous-même si vous avez une arme, vous avez mon soutien" avait-il déclaré. Les Philippins n'en demandaient pas tant : depuis le 1er juillet, quelque 1900 meurtres ont été commis, dont environ 750 par la police. Le reste est l'œuvre des habitants et des milices qui se sont mises en place au sein des villes.

La terreur a au moins une utilité : près de 700 000 trafiquants et consommateurs de drogues se sont rendus à la police. Mais les prisons sont bondées. Au sein du centre pénitentiaire de Quezon, il y a 3950 détenus pour 800 places. Des conditions insalubres qui confirment un peu plus que Duterte ne compte pas s'encombrer des droits de l'Homme. De toute manière, il avait lui-même prévenu : "Oubliez les droits de l'Homme. Si je deviens président, ça va saigner". Une sortie polémique parmi tant d'autres, qui feraient passer Donald Trump pour un enfant de chœur.

Itinéraire d'une tueuse

Mais revenons à Maria, cette femme au statut particulier, puisqu'elle obtient une récompense de la part de la police pour chaque assassinat. La nuit avec son mari, elle parcourt la ville en moto à la recherche de trafiquants. Au départ, son mari agissait seul. Puis il lui a demandé de l'aider, car une femme réveille moins les soupçons qu'un homme qui s'approche de sa victime. Elle raconte : "Ma première mission s'est déroulée il y a deux ans, non loin d'ici. J'étais très effrayée et nerveuse parce que c'était la première fois que je faisais cela […] Quand j'ai vu l'homme que je devais tuer, je me suis approchée de lui et lui ai tiré une balle dans la tête".

Aujourd'hui, elle a déjà tué six personnes. Et pour chaque assassinat, elle touche 20 000 pesos philippins, soit 380 euros, qu'elle partage avec les deux autres femmes de son unité. Une coquette somme qui représente la principale motivation de Maria. Car si la drogue fait des ravages sur l'archipel, c'est surtout pour joindre les deux bouts que la jeune femme commet ces exécutions en pleine rue. Dans cet archipel, un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et le typhon Haiyan, qui a impacté 9 millions de personnes en 2013, n'a pas aidé.

Drogue et meurtres, engins de destruction massive

Et dans tant de misère, il est difficile de trouver une autre échappatoire que celle de la drogue. La méthamphétamine particulièrement, appelée "shabu" en Asie du Sud-Est, fait des ravages. Pour vingt euros, cette drogue très addictive provoque une sensation d'extase totale. Roger est l'un de ces dealers et addict que Jonathan Head a rencontré. Conscient de la misère sociale à laquelle il participe, il n'accepte tout de même pas la chasse à l'homme dont il est victime : "J'ai fait de nombreuses mauvaises choses. J'ai causé beaucoup de tort aux gens en les rendant accros. […] Je suis un addict, mais je ne tue pas. Je suis un addict, mais je ne vole pas. Et de faire part de ses peurs : "Je n'arrive pas à sortir cette peur de ma poitrine. C'est vraiment éprouvant et effrayant de se cacher constamment. Tu ne sais pas si la personne en face de toi va te dénoncer, ou s'il s'agit d'un tueur à gages. C'est difficile de dormir la nuit. Un simple petit bruit, et je me réveille. Et le plus dur est de ne pas savoir à qui faire confiance, de ne pas savoir dans quelle direction aller chaque jour pour trouver un endroit où me cacher". Une situation difficile à supporter pour celui qui pensait que cette guerre contre la drogue viserait les producteurs et les gros trafiquants, et non les dealers de rue comme lui.

Maria, elle aussi, a du mal à tenir cette cadence morbide. "Je me sens coupable, et c'est difficile pour mes nerfs. Je ne veux pas que les familles de ceux que j'ai tués me traquent", s'inquiète-t-elle. Elle a peur de ce que ses enfants vont penser, alors que l'ainé commence déjà à se demander comment ses parents gagnent autant d'argent : "Je ne veux pas qu'ils viennent me voir et qu'ils me disent qu'ils ont pu vivre parce que j'ai tué pour de l'argent". Maria est piégée. Elle dit que si elle quitte ses fonctions de tueuse à gages, les policiers qui la dirigent la tueront à son tour. Des regrets et une culpabilité que Maria confesse régulièrement sur les prie-Dieu de l'église la plus proche.

Mais Dieu entendra-t-il ses prières, assourdi par les bruits des coups de feu ? Rien n'est moins sûr. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/08/2016 - 13:16
D'où l'importance d'avoir des juges non laxistes, ni idéologisés
car le laxisme provoque cet engrenage d'auto-défense et de tueurs à gages...dura lex, sed lex!
fred69440
- 27/08/2016 - 12:45
De l'importance de lire l'article jusqu'au bout ..
Le dernier chapitre est assez édifiant ... ou débouchera cet engrenage mortel ?