En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

06.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 18 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 13 heures 34 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 15 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 16 heures 49 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 19 heures 11 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 19 heures 56 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 20 heures 36 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 20 heures 57 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 14 heures 33 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 16 heures 19 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 19 heures 22 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 19 heures 37 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 20 heures 10 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 20 heures 21 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 20 heures 54 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 21 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Affaires et corruptions au CIO, dopage des sportifs : les JO modernes loin de l'apolitisme prôné par Pierre de Coubertin

Publié le 13 août 2016
Pascal Boniface décrypte l'histoire du mouvement, entre boycott, polémiques et médiatisation. Il évoque la compétition entre nations, l'affirmation des identités nationales, mais aussi les événements dramatiques et les espoirs portés par l'olympisme. Il nous donne également de nombreuses clés pour repenser les JO, dans leur approche politique et géopolitique. Extrait de "JO politiques", de Pascal Boniface, aux éditions Eyrolles 1/2
Pascal Boniface
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseignant à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris VIII. Il est l'auteur du livre JO politiques (éditions Eyrolles,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Boniface décrypte l'histoire du mouvement, entre boycott, polémiques et médiatisation. Il évoque la compétition entre nations, l'affirmation des identités nationales, mais aussi les événements dramatiques et les espoirs portés par l'olympisme. Il nous donne également de nombreuses clés pour repenser les JO, dans leur approche politique et géopolitique. Extrait de "JO politiques", de Pascal Boniface, aux éditions Eyrolles 1/2

Le CIO, un gouvernement mondial ?

À l’origine, Pierre de Coubertin voulait que le Comité international olympique soit composé d’« un petit noyau de membres travailleurs et convaincus, une pépinière de membres de bonne volonté et éduqués ». En 1908, deux tiers des membres sont des nobles. C’est sous la présidence de Juan Antonio Samaranch (de 1981 à 2001) que les milieux d’affaires font leur entrée en masse au CIO. Le système de cooptation permet d’étendre progressivement le réseau d’influence de celui-ci. Les membres sont choisis intuitu personæ et, contrairement à ce qui est géné- ralement véhiculé dans les médias, ils ne représentent pas leur État.

Le CIO est responsable de la Charte olympique. Il est l’autorité suprême du Mouvement olympique ; toute personne ou organisation appartenant à un titre quelconque au Mouvement olympique est soumise aux dispositions de la Charte et doit se conformer aux décisions du CIO. C’est dire la toute-puissance de l’organisme.

Les enjeux économiques, politiques ou stratégiques, qu’il s’agisse du choix des épreuves ou plus encore celui de la ville hôte, voire de celui de l’admission ou non des comités nationaux olympiques ou des partenaires commerciaux, sont énormes.

Certains membres du CIO n’ont pas résisté à la tentation de ce si grand pouvoir. Des cas flagrants de corruption, notamment pour obtenir leur vote, ont été dénoncés. Ainsi, à la suite du scandale des Jeux de Salt Lake City – et après la révélation de l’achat de votes pour obtenir les Jeux –, le CIO a modifié sa composition. Il compte désormais 15 athlètes, 15 dirigeants de fédérations internationales, 15 dirigeants de comités nationaux olympiques et 70 autres membres que le CIO juge qualifiés pour servir l’olympisme, soit 115 membres au total. La limite d’âge est fixée à 70 ans pour les nouveaux membres, nommés comme le président pour huit ans renouvelables. L’idée est d’accélérer la rotation de membres. Après Pierre de Coubertin, il n’y a eu en effet que 7 présidents !

Il y a également eu une tentative de diversification géographique et de démocratisation du CIO. Les femmes y ont fait leur entrée, certes timide car elles représentent encore moins d’un cinquième des membres. L’Europe en fournit encore plus de 40 %, l’Amérique du Nord 5 %, l’Amérique latine 12 %, le Moyen-Orient 7 %, l’Afrique 16 % et l’Asie 18 %. D’ailleurs, tous les présidents du CIO ont été européens mis à part l’Américain Avery Brundage. Quant au Conseil exécutif du CIO, il est composé de 15 membres, dont 9 sont européens. Ainsi, on voit que le processus de démocratisation et de transparence qui a été initié en 1999 est encore amené à s’approfondir.

Le CIO est en fait une organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif, ou une ONG, à l’instar d’Amnesty International ou de Médecins sans frontières. Mais c’est aussi une institution quasi diplomatique et son président est reçu partout comme un chef d’État, et non des moindres. Le fait qu’il compte plus de membres que l’ONU lui donne également une dimension universelle à laquelle nul autre, à part la FIFA, ne peut prétendre. Finalement, c’est l’opinion publique mondiale qui exerce un contrôle indirect sur les activités du CIO.

Il est indéniable qu’à l’origine, ses membres partageaient les préjugés des élites nobiliaires européennes : méfiance – voire mépris – des non-Européens, sentiments colonialistes et sexistes. Brundage et Samaranch étaient notoirement proches de l’extrême droite. Par la suite, le CIO s’est diversifié. Les accusations de corruption, notamment après les Jeux de Salt Lake City, ont été prises en compte. Le développement des contre-pouvoirs, des réseaux sociaux, des médias, permet d’exercer un contrôle indirect plus fort. La grande force du CIO, c’est l’image des Jeux. Si ceux-ci étaient durablement discrédités par la corruption ou le dopage, ils perdraient de leur attractivité. Aussi, la défense des intérêts du CIO l’a amené à plus de rigueur.

Celui-ci veut, inconsciemment ou non, contribuer à façonner le monde. L’attribution des Jeux en est un élément clé. Bien sûr, le dossier technique, les installations, les infrastructures, les garanties données comptent, mais le CIO se plaît à faire de la géopolitique quadriennale en attribuant les Jeux à un pays qui représenterait un fort symbole de l’évolution du monde.

Le CIO aime à donner le sentiment de reconnaître ces évolutions et même de les préempter (attribution des Jeux à la Chine, au Brésil). Dans tous les cas, les proclamations d’apolitisme sont une plaisanterie qui a été démentie à chaque olympiade.

Extrait de "JO politiques", de Pascal Boniface, publié aux éditions Eyrolles. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 15/08/2016 - 07:20
Les temps
ont changé, les JO aussi !