En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 8 heures 25 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 9 heures 22 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 12 heures 19 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 15 heures 51 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 16 heures 9 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 16 heures 56 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 17 heures 29 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 8 heures 55 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 10 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 12 heures 39 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 15 heures 6 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 17 heures 31 min
© Capture écran
© Capture écran
Bonnes feuilles

Comment celui que l'on surnommait le Gros à Nancy est devenu le légendaire Platoche

Publié le 08 août 2016
Comment l'ancien numéro 10 virtuose est-il tombé de son piédestal ? Meilleur joueur français de tous les temps selon de nombreux spécialistes, Michel Platini avait parfaitement réussi sa reconversion. Après la chute de son mentor, Sepp Blatter, au printemps 2015, le président de l'UEFA devait, c'était écrit, lui succéder à la tête de la FIFA... De son enfance lorraine à la crise de la FIFA et au récent scandale des Panama Papers, l'enquête de Jean-Philippe Leclaire révèle les facettes les moins connues du triple Ballon d'Or. Extrait de "Platoche, gloire et déboires d'un héros français", de Jean-Philippe Leclaire, aux éditions Flammarion 1/2
Jean-Philippe Leclaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Leclaire est rédacteur en chef à L'Equipe. Il est notamment l'auteur de "Platini, le roman d'un joueur (éditions Flammarion, 1998), récompensé par le prix du Meilleur livre de sport cette année-là. Il vient de publier "Platoche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment l'ancien numéro 10 virtuose est-il tombé de son piédestal ? Meilleur joueur français de tous les temps selon de nombreux spécialistes, Michel Platini avait parfaitement réussi sa reconversion. Après la chute de son mentor, Sepp Blatter, au printemps 2015, le président de l'UEFA devait, c'était écrit, lui succéder à la tête de la FIFA... De son enfance lorraine à la crise de la FIFA et au récent scandale des Panama Papers, l'enquête de Jean-Philippe Leclaire révèle les facettes les moins connues du triple Ballon d'Or. Extrait de "Platoche, gloire et déboires d'un héros français", de Jean-Philippe Leclaire, aux éditions Flammarion 1/2

La période qui court de l’automne 1975 au printemps 1976 marque pour Michel Platini un véritable tournant : sa première saison complète au plus haut niveau. Il dispute trente-cinq matchs et marque vingt-huit buts avec Nancy, auxquels il faut ajouter neuf sélections et deux réalisations en équipe de France « Militaires », « Espoirs » et « Olympiques ». Ces cadences infernales avec match tous les trois jours, affinent la silhouette et renforcent la musculature de l’ex-dégonflé du spiromètre. Si à Nancy, par habitude, tout le monde ou presque l’appelle encore le Gros, le reste de la France se familiarise peu à peu avec les exploits de celui qui deviendra bientôt Platoche ou la Platine.

Après avoir largement participé à la qualification de l’équipe de France olympique pour les Jeux de Montréal, Michel Platini reçoit même sa première convocation pour la « vraie » équipe de France, la A, entraînée par un tout nouveau sélectionneur, nommé quelques jours plus tôt, un certain Michel Hidalgo.

Le jeudi 25 mars à 12 h 45, un taxi laisse Platini devant l’entrée du domaine La Forestière à Saint-Germain-en-Laye. Le nouveau venu pose son sac à la réception puis pénètre un peu intimidé dans la salle à manger. Les quinze autres joueurs convoqués par Hidalgo sont là, en train de terminer leur repas, et l’arrivée du retardataire fait à peine se tourner quelques têtes. D’un rapide coup d’œil, Platini constate qu’autour de la table, peu de visages lui sont familiers. Le Nancéen connaît le Sochalien Gérard Soler, et surtout les Nantais Maxime Bossis et Loïc Amisse appelés en même temps que lui sous les drapeaux. En revanche, pour le petit nouveau de l’équipe de France, les grands anciens comme Marius Trésor, Albert Emon ou Henri Michel ne représentaient jusque-là que des inconnus aux noms glorieux, des adversaires de prestige croisés au hasard des matchs disputés avec Nancy.

En cette avant-veille de week-end, La Forestière affiche complet, et les Bleus doivent se serrer. Michel Platini se trouve donc surpris d’avoir à partager la même chambre que son capitaine Henri Michel. La cohabitation entre le jeune et l’ancien se passe moyennement bien. Grâce aux privilèges que lui confè- rent ses quarante-six sélections en équipe de France, le plus capé des Bleus a en effet l’habitude de dormir seul. Qu’un problème de surréservation lui impose un compagnon de chambrée, soit ! Mais que le nouvel arrivant se comporte comme un ouragan de poche, et là, Henri Michel manque vraiment de perdre son célèbre flegme nantais. « J’avais toujours des chambres très rangées, impeccables. Et lui débarque, met ses chaussures sur le lit et s’allonge par terre pour lire le journal. Je n’avais jamais vu ça ! »

Depuis une dizaine d’années, la vie de l’équipe de France A ressemble à la chambre d’Henri Michel : propre, ordonnée, mais sans la moindre fantaisie. Incapables de se qualifier pour les deux phases finales de la Coupe du monde en 1970 au Mexique et en 1974 en Allemagne, plusieurs générations de Bleus ont vécu et vivent toujours dans l’ombre tutélaire des « Anciens de Suède » (Kopa, Fontaine, Piantoni) qui avaient glorieusement atteint la demi-finale du Mondial 1958.

L’arrivée comme patron des Tricolores, à l’automne 1973, du Roumain Stefan Kovacs, encore auréolé de ses succès avec l’Ajax d’Amsterdam, avait brièvement laissé espérer un certain renouveau. Mais après trente mois d’essais infructueux (trentetrois joueurs ont débuté en sélection !), Kovacs quitte à son tour l’équipe de France. Ses adieux officiels le 16 novembre 1975 coïncident avec une nouvelle sinistre soirée de football. La France et la Belgique font match nul 0-0. « Des matchs comme celui-là, on voudrait vite les oublier et ne pas avoir à en parler cent sept ans, tellement ils sont désolants, insipides et énervants », écrit Jean-Philippe Réthacker pour L’Équipe. Le journaliste n’aurait plus qu’à se jeter du haut du Parc des Princes refait à neuf si, le même jour, l’équipe de France « Espoirs » n’avait triomphé à La Louvière de son homologue belge sur le score plus enthousiasmant de trois buts à deux. Cette victoire des Dropsy, Janvion, Lopez, Bossis, Bathenay et autres Platini ou Zimako redonne un peu le moral à Réthacker qui conclut ainsi : « Kovacs va partir, sans avoir pu trouver l’hommemiracle. Michel Hidalgo, héros du chapitre qui va suivre, le cherchera à son tour… Peut-être se trouve-t-il aujourd’hui du côté de La Louvière, avec ces Espoirs qui peuvent eux nous consoler. Peut-être s’appelle-t-il Platini et peut-être naîtra-t-il au printemps… »

Quatre mois plus tard, cette prophétie des jours sombres se réalise. Le soir du match contre la Tchécoslovaquie, Michel Platini montre toujours le même culot. À la soixante-treizième minute de jeu, suite à un corner, le milieu de terrain tchèque Jaroslav Pollak commet une obstruction sur le Français Patrice Rio. L’arbitre belge, M. Rion, siffle un inhabituel coup franc indirect dans la surface de réparation. Mains sur les hanches, Michel Platini s’avance, bientôt rejoint par son capitaine Henri Michel. Habituellement spécialiste de ce genre d’exercices, le Nantais va devoir partager son coup franc comme il avait déjà partagé sa chambre. « Tu me la passes, et je marque… », lui glisse en effet le jeune Platini. La balle, très brossée, s’élève au-dessus du mur puis retombe juste sous la barre. But et stupeur dans le Parc ! Ivo Viktor, l’un des meilleurs gardiens d’Europe, inaugure la future longue liste des malheureux portiers internationaux battus « sur un coup franc de Platini ». Michel Hidalgo, lui, façonne déjà l’une de ses formules footballistico-imagées qui le rendront si populaire. « Non seulement Michel sait tout faire, mais en plus, il ose tout faire », confie-t-il dans les vestiaires, satisfait de lui-même et de ce match nul 2-2 contre les champions d’Europe. À l’autre bout de la pièce, près des douches, les journalistes se pressent autour de Michel Platini. « Qu’avez-vous pensé après avoir marqué le but1 ? » demande Dominique Grimault du journal France-Soir. Pas du tout intimidé par les micros, le Nancéen affiche le grand sourire du potache qui vient de réussir une bonne blague et en prépare déjà une autre. Il fixe dans les yeux l’auteur de la question et répond sans se démonter. « À quoi j’ai pensé ? Au roquefort. Au roquefort d’abord ! »

Extrait de "Platoche, gloire et déboires d'un héros français", de Jean-Philippe Leclaire, publié aux éditions Flammarion.  Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 07/08/2016 - 09:18
Platini
Il a finalement justifié son surnom de jeunesse: "le gros". Il l'est maintenant et y ajoute la plus parfaite vulgarité multipliée par la corruption. Répugnant!