En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 6 heures 50 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 8 heures 11 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 12 heures 6 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 12 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 14 heures 34 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 7 heures 37 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 8 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Attachez votre ceinture

Et Paris redécouvrit l’incroyable opportunité urbaine offerte par cette petite ceinture sombrée dans l’oubli

Publié le 02 septembre 2016
L'axe ferroviaire qui fait le tour de Paris attend depuis quelques décennies d'être réaménagé. Depuis le mois de juillet, la Mairie de Paris a lancé un appel à des projets participatifs. L'avenir de la Petite Ceinture promet d'être grand.
Michel Carmona
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Carmona est professeur de géographie émerite de l'université Paris Sorbonne. Passioné de la Ville de Paris, il a soutenu une thèse en 1980 sur le "Grand Paris", ce qui l'a mené à créér et diriger le département d'aménagement et d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'axe ferroviaire qui fait le tour de Paris attend depuis quelques décennies d'être réaménagé. Depuis le mois de juillet, la Mairie de Paris a lancé un appel à des projets participatifs. L'avenir de la Petite Ceinture promet d'être grand.

Atlantico : Depuis le 20 juillet, des chantiers participatifs ont été lancés pour aménager certains tronçons de la Petite Ceinture. S’étendant sur 32km autour de Paris, en quoi le réaménagement de l'axe ferroviaire peut-il être considéré comme une opportunité unique ? Quels sont les projets qui vous semblent les plus intéressants ? 

Michel Carmona : Ce réaménagement peut être considéré comme une opportunité pour plusieurs raisons. La première concerne la taille de Paris. Si on la compare aux autres grandes métropoles du monde, on se rend bien vite compte que la densité urbaine est très élevée : sur 100 km2 se pressent près de deux millions d’habitants. Donc pouvoir investir un espace de l’ampleur de la Petite Ceinture est une oportunité évidente pour participer à une "décongestion" de la capitale. La deuxième raison concerne les espaces verts : dans Paris, leur nombre est insuffisant. Les 32kms sont donc pour le moins attrayants. Enfin, la Petite Ceinture est un lieu qui accueille une biodiversité importante, ainsi qu'un grand corridor naturel (zone de passage qui favorise la dissémination et la migration de différentes espèces). L'aspect symbolique de ce regroupement de biodiversité est d'ailleurs assez signifiant puisque la Petite Ceinture est un territoire créé originellement par l’homme, qui a été depuis la fin du XIXème siècle reconquis par la nature ; et aujourd'hui, l'Homme semble s'accommoder de cette conquête.

Quant à la question de l'intérêt des projets, je dirais que tout type de projet est par principe attrayant. Bien qu'ici, il soit nécessaire de considérer le bien-être du voisinage. Il a déjà été question de redonner la fonction de transport à la Petite Ceinture, mais l'idée n'avait pu être concrétisée car les voisins avaient protesté : ils anticipaient les bruits, et tous les troubles que peuvent susciter les animations sociales. Donc concrètement, il faut être lucide : les bars ou les Festivals de musique ne pourront pas voir le jour en très grand nombre, ou de façon permanente. En définitive, ce sont surtout les projets d’espaces verts qui pourront fleurir en paix. A condition, bien sûr, que ces espaces verts ne soient pas envahissants d'un point de vue sonore. Imaginez un peu la construction de terrains de sport, type courts de basket : les voisins feront un carnage encore plus grand que s'il s'agissait de la réouverture de la ligne de transport ! Le bruit d'un ballon qui rebondit sur un sol bétonné est pire que les secousses sonores d'un métro, qui elles, sont au moins régulières. 

Obligation d’une réversibilité des projets pour ne pas compromettre un potentiel usage futur des transports, nuisances pour le voisinage... A quelles difficultés de réalisation les concepteurs de ces projets sont-ils confrontés ?

Je pense que la nature des projets dits participatifs est ancré dans l’air du temps. Et c’est tant mieux, car ils sont la condition de la réussite du projet de réaménagement de la Petite Ceinture. En effet, l'implication d'une pluralité d'acteurs évite qu'un concepteur, ou qu'un urbaniste, penche égoïstement pour la création d'un espace qu'il considère exceptionnel, doté d'une une identité forte, dont il veut qu'on parle pendant des générations. Car alors, il risque d’aller trop loin et de ne pas être assez à l'écoute des attentes des riverains et du public, de manière générale. 

Si l'on critique souvent l'aspect démagogique, ou le risque de retard des projets provoqués par ces ateliers participatifs, j'avancerai l'argument suivant : la Petite Ceinture attend depuis bien longtemps d'être réaménagée, prendre le temps de concerter en profondeur les riverains n'entachera pas le projet. Et puis, pour ce qui est de l'obligation de réversibilité, ce n’est pas une si mauvaise chose. Personne ne semble envisager de construire du dur, des grands immeubles... Conserver le critère d'espace utilisable par la SNCF est une bonne chose ! Quand on a mis en place le tramway sur le boulevard des Maréchaux, c'était pour éviter les nuisances sonores qui auraient pu gêner les riverains de la Petite Ceinture. Mais aujourd'hui, avec toutes les nouvelles technologies, on peut imaginer des transports qui ne produiraient qu’un minimum de bruit.

D'ailleurs, la Petite Ceinture gagnerait à retrouver sa fonction de transport, car cela diminuerait le nombre de camions qui traversent Paris et qui assurent l’approvisionnement quotidien du secteur tertiaire. La Petite Ceinture, avec des moyens écologique et nouveaux complèterait ainsi l'usage que l'on fait de la Seine, qui, elle, n'en fait pas le tour, mais traverse la ville. Et puis la fonction de transport qui se cache derrière ce critère de réversibilité n'empêcherait pas de préserver l’idée de l’espace vert... Donc il s'agit plus d'un grand potentiel que d'une contrainte !

A New York, le projet de réaménagement d'anciennes voies ferrées de métro aériennes a permis de stimuler l'économie locale ainsi que l'immobilier. Quelles pourraient être les conséquences d'un aménagement réussi de la Petite Ceinture à Paris ?

L’aménagement de la Petite Ceinture ne créera surement pas un "boom immobilier" car le parcours est déjà bordé d’immeubles. Ce ne sont sûrement pas les aménagements qui vont, dans les dix années à venir, changer grand-chose. Surtout qu'il n'y a que trop peu d’espaces grands et vides qui pourraient donner lieu à des investissements immobiliers. Néanmoins, le réaménagement de la Petite Ceinture va donner "un plus" indéniable aux quartiers avoisinants : cela va apporter une qualité de vie, une source d’attractivité. Et donc automatiquement, une multiplication d’opérations commerciales, d'installation de bureaux... Aujourd'hui, tout l'enjeu de la Petite Ceinture est de ne pas être associée à une frontière parisienne qui mènerait vers un désert inactif. Le but est qu'elle soit investie et perçue comme un lieu dans lequel il se passe des choses, où l’espace est vert, car cela est source d'attractivité. Et cette dernière est synonyme, dans notre société, de développement économique, et par conséquent, de création de bien-être. 

Propos recueillis par Victoire Barbin Perron

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires