En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
Bonnes feuilles

Et l'homme souhaita devenir machine : les origines du transhumanisme

Publié le 25 juin 2016
Le transhumanisme est un courant de pensée, désormais international, prônant l'usage des sciences et des techniques, dans le but d'améliorer l'espèce humaine, en augmentant les performances physiques et mentales de L'homme. Il considère en outre certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. À ce titre, il interroge et il inquiète... Extrait de "Le transhumanisme, Faut-il avoir peur de l'avenir ?", de Béatrice Jousset-Couturier, aux éditions Eyrolles (1/2).
Béatrice Jousset-Couturier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Jousset-Couturier est scientifique de formation, docteur en pharmacie, diplômée en droit de la santé et en bioéthique. Elle a travaillé pour plusieurs laboratoires pharmaceutiques avant de soutenir en 2014 une thèse sur le transhumanisme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le transhumanisme est un courant de pensée, désormais international, prônant l'usage des sciences et des techniques, dans le but d'améliorer l'espèce humaine, en augmentant les performances physiques et mentales de L'homme. Il considère en outre certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. À ce titre, il interroge et il inquiète... Extrait de "Le transhumanisme, Faut-il avoir peur de l'avenir ?", de Béatrice Jousset-Couturier, aux éditions Eyrolles (1/2).

Apparu en Europe du Nord et aux États-Unis il y a plus de 30 ans, le transhumanisme est un mouvement philosophique et scientifique qui veut utiliser tous les moyens mis à la disposition de l’homme par la technologie, pour améliorer l’espèce humaine, augmenter ses capacités de perception, de cognition, de réflexion, de performance, et en finalité faire naître le posthumanisme.

Précurseur, l’écrivain américain Isaac Asimov, dès 1950, avait établi trois lois fondamentales sensées régir dans un futur qu’il imaginait très technicisé, les relations entre l’homme et ses machines. Ces trois règles fondamentales, avaient pour finalité de protéger tant les humains que les robots, ces derniers, de plus en plus perfectionnés, devenant haïs des premiers. La première loi imposait au robot de ne pas faire de mal à un humain et de ne pas rester passif devant un humain en danger. Dans la deuxième, il devait obéir aux ordres des humains, sauf si ces ordres étaient en contradiction avec la première loi.

Et dans la troisième, le robot devait protéger sa propre existence dans la mesure où ce n’était contradiction avec les deux premières lois. Mais, si l’on veut vraiment dater la naissance de ce mouvement, il faut retenir l’année 1957 avec les débuts de la cyberculture américaine, lorsque Julian (frère d’Aldous Huxley) Huxley utilise pour la première fois le terme « transhumain » pour définir un l’homme souhaitant dépasser ses propres limites, pouvant s’améliorer grâce à la science et la technologie, avec l’aide possible de l’eugénisme, mais surtout grâce à l’amélioration des conditions de vie.

Aujourd’hui représenté par le symbole le « transhumanisme » est devenu synonyme d’amélioration humaine, humain augmenté : « un homme qui reste un homme, mais se transcende lui-même en dé- ployant de nouveaux possibles de et pour sa nature humaine » selon les propres mots de Julian Huxley.

Au début des années 1960, la thématique centrale du transhumanisme relative aux relations entre intelligence artificielle et humaine, est abordée par le scientifique Marvin Minsky dans son ouvrage Steps Toward Artificial Intelligence, domaine qui très rapidement attire de nombreux chercheurs, penseurs tels Ray Kurzweil.

À la même époque, le monde est en pleine conquête de l’espace. Afin de permettre à des humains de préserver l’équilibre de leurs relations avec un environnement hostile et inconnu, des ingénieurs envisagent de les relier à des machines capables d’autorégulation : ce sera l’origine du « Cyborg ».

Après avoir désigné la simple mise en relation d’un humain avec des dispositifs rétroactifs (c’est-à-dire capables de modifier leur comportement en fonction de l’environnement), ce mot, inventé par l’américain Nathan Kline pour désigner l’interdépendance de l’astronaute et de la technique dans la fusée, servira à qualifier l’être hybride. Maintenant, il désigne le couplage être humain/machines.

Extrait de "Le transhumanisme, Faut-il avoir peur de l'avenir ?", de Béatrice Jousset-Couturier, publié aux éditions Eyrolles.  Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires